Des partisans du Bloc Québécois célèbrent l'élection de 32 députés lors de la soirée électorale, à Montréal. La Presse Canadienne/Graham Hughes

Les Libéraux ont pavé la voie au retour du Bloc Québécois. Voici comment

Les libéraux ont lancé leur campagne électorale en entretenant beaucoup d'espoir pour le Québec.

Après tout, leur victoire en 2015 découlait de l'obtention de 40 sièges dans la province. Lorsque les élections ont été déclenchées, les sondages révélaient que les libéraux pouvaient compter sur l'appui de 36 pour cent des électeurs de la province, soit 15 points de plus que leur plus proche concurrent.

Certains sondages suggéraient qu'ils pourraient remporter 50 sièges dans de telles conditions. Si ce scénario s'était produit, les libéraux seraient majoritaires aujourd'hui. Au lieu de cela, leurs espoirs ont été anéantis par le retour triomphal du Bloc québécois.

Le chef du Bloc Québécois, Yves-Francois Blanchet, devant ses partisans, à Montréal, lors de la soirée électorale. La Presse Canadienne/Graham Hughes

Les libéraux n'ont réussi à remporter que 35 sièges dans la province alors que le Bloc en a remporté 32, un gain de 22 depuis 2015.

Qu'est-ce qui peut expliquer un tel revirement dans la province ?

Un facteur important expliquant ce changement dans la dynamique électorale peut être lié à la préoccupation des libéraux fédéraux pour la politique provinciale. La stratégie de la campagne libérale reposait en grande partie sur des tentatives visant à effrayer les électeurs et à les éloigner du Parti conservateur en établissant des comparaisons avec les politiciens provinciaux conservateurs.

Les fréquentes remarques de Trudeau au sujet de Doug Ford et Jason Kenney ont été parmi les exemples les plus remarquables de cette stratégie. Cependant, cette stratégie n'a pas trouvé de résonance au Québec.

En 2018, les Québécois ont élu un gouvernement (légèrement) conservateur qui maintient un haut niveau d'approbation publique dans la province.

Un sondage de juin 2019 a montré que François Legault était le deuxième premier ministre le plus populaire au Canada. En revanche, Ford s'est avéré être l'avant-dernier. Cela donne à penser que la stratégie libérale a peut-être été efficace en Ontario, mais qu'il était peu probable qu'elle obtienne des résultats au Québec.

Programmes déjà en place au Québec

Un deuxième point touche les principaux enjeux mis de l'avant par le programme électoral libéral. Les principaux enjeux de l'élection concernaient des compétences provinciales ou encore, des programmes déjà existant au Québec. Par exemple, la taxe sur le carbone proposée par les libéraux ne s'applique pas aux provinces qui ont des plans environnementaux équivalents, dont le Québec.

Le régime d'assurance-médicaments, un programme mis de l'avant par les libéraux et le NPD en 2019, existe déjà au Québec. Ces propositions n'ont pas réussi à susciter l'enthousiasme au Québec, car elles ne faisaient que reproduire des politiques déjà adoptées par le gouvernement provincial.

Elles ont aussi fourni au Bloc un terrain fertile pour présenter les libéraux comme empiétant sur les compétences provinciales, ce qui lui a permis d'obtenir des appuis.

D'autres promesses libérales pourraient avoir un impact sur le Québec, mais elles ne sont pas aussi importantes que dans les autres provinces. C'est le cas pour celles concernant l'habitation. Elles peuvent certainement jouer un rôle au Québec, mais elles ne sont pas aussi importantes que dans des marchés hautement spéculatifs comme Toronto ou Vancouver.

Un argument similaire peut être invoqué pour la promesse de restreindre ou d'interdire davantage les armes à feu. Après l'élimination du registre fédéral des armes à feu sous l'ancien premier ministre conservateur Stephen Harper, le Québec a créé son propre registre provincial des armes à feu, qui garantit une certaine surveillance.

De plus, les données sur les homicides montrent que le problème est moins alarmant au Québec que dans les autres provinces. Un rapport de 2017 de Statistique Canada indique que le Québec a le plus faible taux d'homicides au pays après l'Île-du-Prince-Édouard et Terre-Neuve-et-Labrador.

Parmi les villes d'au moins un million d'habitants, Montréal a le plus faible taux d'homicides au Canada et le plus faible taux d'homicides liés à un gang.

Ces statistiques donnent à penser que les promesses concernant le contrôle des armes à feu ont peut-être reflété davantage les priorités d'autres provinces.

La liste des demandes du Québec

Enfin, le premier ministre du Québec, François Legault, a présenté aux dirigeants fédéraux une liste des demandes de son gouvernement.

Justin Trudeau rencontre François Legault à Sherbrooke, en janvier 2019. Le premier ministre canadien a largement ignoré les demandes son vis-à-vis québécois. La Presse Canadienne/Paul Chiasson

La liste comprenait les pleins pouvoirs en matière d'immigration, laisser la loi 21 intacte, étendre l'application de la Loi 101 aux entreprises sous réglementation fédérale et une déclaration fiscale unique gérée par le gouvernement du Québec. En réponse, Justin Trudeau s'est montré évasif, bien qu'il ait finalement exprimé sa volonté d'intervenir devant les tribunaux dans le cas de la loi 21.

Bien que Justin Trudeau n'ait pas abordé directement la question d'une déclaration fiscale unique durant la campagne, il s'est opposé à sa création en février 2019. Et tandis qu'il a déclaré qu'il collaborerait avec le Québec en matière d'immigration, il a fourni peu de détails. Enfin, la plate-forme libérale ne contient aucun engagement à l'égard de la loi 101 et des entreprises sous juridiction fédérale.

Bref, la campagne libérale s'est concentrée sur les premiers ministres des autres provinces, a promis des initiatives qui existent déjà au Québec, a offert d'autres promesses qui ne profiteraient pas autant aux Québécois qu'aux autres Canadiens et a ignoré les demandes du premier ministre très populaire de la province.

Face à une telle plate-forme, certains Québécois ont déserté les libéraux et ont voté pour un parti voué à la protection des intérêts de leur province.

[ Vous aimez ce que vous avez lu ? Vous en voulez plus ? Abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire. ]

This article was originally published in English