Les chercheurs sont friands de déplacements à l'étranger. Or, les transports contribuent de façon importante aux émissions globales de gaz à effet de serre. Shutterstock

Les universitaires sont de gros émetteurs de gaz à effet de serre. Voyagent-ils trop?

Un article paru récemment dans la revue Science a fait grand bruit dans le milieu universitaire: il relate le cas de la professeure Kim Cobb, du Georgia Institute of Technology.

La chercheuse spécialisée en science du climat a calculé qu’en 2017, elle avait parcouru près de 200 000 km, surtout pour participer à des conférences – soit l’équivalent de 10 allers-retours Montréal-Beijing, ou cinq fois le tour du monde ! Elle s’est donc questionnée sur l’impact environnemental de ses activités professionnelles et a réduit de 75 pour cent la distance parcourue en avion l’année suivante.

Bien que son cas soit extrême, Kim Cobb ne fait pas exception. Les chercheurs universitaires sont souvent appelés à voyager pour participer à des conférences, des réunions, des comités ou pour effectuer des travaux de recherche. Une enquête que nous avons réalisée parmi les professeurs de l’Université de Montréal a permis de déterminer que ceux-ci parcourent en moyenne 33 000 km par année dans le cadre de leurs activités professionnelles, majoritairement par avion. Les stagiaires postdoctoraux et les étudiants aux cycles supérieurs voyagent aussi dans le cadre de leurs travaux de recherche et pour présenter leurs résultats, à raison de 13 600 km et 5 900 km par personne, respectivement.

Un impact environnemental non négligeable

Tous ces kilomètres parcourus pour la science laissent des traces. Les transports contribuent de façon importante aux émissions globales de gaz à effet de serre, qui sont en grande partie responsables du dérèglement climatique actuel. Le transport aérien contribue à lui seul pour près de 2 pour cent des émissions annuelles globales de dioxyde de carbone (CO₂) en plus d’émettre de nombreux autres polluants nocifs à la fois pour la santé et l’environnement. C’est aussi une des sources de CO₂ qui croissent le plus rapidement dans le monde : les émissions dues à l’aviation ont augmenté de plus de 75 pour cent entre 1990 et 2012, et elles continuent de croître à un rythme effréné.

Un congrès de cardiologues à Mannheim, en Allemagne. Tous ces kilomètres parcourus pour la science contribuent de façon importante aux émissions de gaz à effet de serre. Shutterstock

À l’échelle individuelle, le Canadien moyen émet, par sa consommation de biens et services, environ 13 tonnes de CO₂ par an. Or, à elles seules, les émissions résultant du transport aérien des professeurs de l’Université de Montréal atteignent en moyenne 11 tonnes de CO₂ annuellement par personne. Pour rester dans la moyenne canadienne des émissions, les chercheurs devraient donc réduire pratiquement à néant les émissions produites dans les autres sphères de leur vie, incluant leur alimentation, leur consommation d’énergie et leurs transports quotidiens – mission presque impossible.

Si l’on compile le CO₂ généré par tous les déplacements reliés à la recherche pour l’Université de Montréal (chercheurs, stagiaires postdoctoraux et étudiants aux cycles supérieurs), ceux-ci sont responsables de près de 40 % de toutes les émissions de CO₂ de l’université, un calcul qui tient compte de la consommation d’énergie sur le campus, des déplacements quotidiens du personnel et des étudiants, et de la production de la nourriture vendue sur le campus, entre autres.

Le cas de l’Université de Montréal n’est toutefois pas unique. D’autres universités, comme l’Université McGill ou l’Université de la Colombie-Britannique, ont fait cet exercice. Les résultats varient, mais une constante subsiste : les déplacements reliés à la recherche sont nombreux et responsables de l’émission d’une quantité importante de CO₂.

Pourquoi tous ces déplacements

Les chercheurs ont plusieurs raisons de voyager, mais la raison principale est liée à la présentation des résultats de recherche : 67 pour cent des voyages effectués par les répondants de l’Université de Montréal avaient pour but de participer à des conférences ou des séminaires, alors que 18 pour cent permettaient la tenue de travaux de recherche, le reste étant liés à des réunions, des comités ou autres rencontres.

Ces activités sont prisées par les universités et les organismes subventionnaires, qui valorisent le rayonnement international de la recherche. Cette internationalisation ne se limite toutefois pas aux chercheurs : les universités cherchent de plus en plus à recruter des étudiants étrangers et favorisent les échanges internationaux chez leurs propres étudiants, ce qui a aussi un impact environnemental non négligeable.

Une conférence scientifique à Varsovie, en Pologne. Les voyages sont prisées par les universités et les organismes subventionnaires qui valorisent le rayonnement international de la recherche. Shutterstock

Des déplacements rentables

Une question demeure : tous ces déplacements sont-ils rentables scientifiquement ? Le débat a été lancé en début d’année par des chercheurs de l’Université de la Colombie-Britannique, qui ont évalué la productivité scientifique des chercheurs en fonction de la fréquence de leurs déplacements en avion. Le raisonnement est simple : plus les chercheurs voyagent, plus ils étendent leurs réseaux, plus ils disséminent leur recherche, plus ils ont du succès.

Les résultats surprennent : le nombre de voyages effectués n’influencerait que très peu la productivité des chercheurs. Une hypothèse qui pourrait expliquer ces résultats est que les chercheurs qui voyagent beaucoup auraient moins de temps pour effectuer leurs travaux de recherche et rédiger des articles pour les revues scientifiques. Autre constat : 10 pour cent des voyages rapportés auraient été faciles à éviter, puisqu’il s’agissait de voyages de moins de 24 heures qui auraient pu se tenir par vidéoconférence ou dont la distance ne justifiait pas un voyage en avion.

Existe-t-il des solutions ?

Certains chercheurs, comme Kim Cobb, ont opté pour un engagement clair visant à réduire leurs déplacements. Plusieurs, en particulier des spécialistes du climat, sont signataires de l’initiative No Fly Climate Sci, où ils s’engagent à voyager moins par avion entre autres en limitant leur présence à des conférences internationales pour favoriser des conférences régionales.

Certaines institutions ont également pris les devants. Par exemple, l’Université de Californie à Los Angeles exige une contribution de tous les chercheurs voyageant en avion pour compenser les émissions de CO₂ de leurs déplacements. D’autres, comme le Centre Tyndall pour la Recherche sur les Changements Climatiques en Angleterre, ont établi des règles claires pour valoriser les rencontres à distance, utiliser un autre mode de transport lorsque c’est possible, et combiner différentes activités professionnelles à l’intérieur d’un même voyage.

À l’Université de Montréal, pour l’instant, il n’existe aucune politique pour réduire les impacts environnementaux des déplacements académiques. Bien que plusieurs chercheurs interrogés souhaitent réduire leurs émissions, deux enjeux ont été soulevés par nos répondants : (1) la difficulté de payer pour la compensation carbone à même leurs fonds de recherche en raison des règles des organismes subventionnaires, qui ne permettent souvent pas ce type de dépense; (2) le manque d’accessibilité à des systèmes de vidéoconférence.

Enfin, il faut se demander si tous les chercheurs ont la même responsabilité ou la même capacité à réduire leurs émissions, ce qui renvoie à des questions d’équité. Par exemple, les chercheurs qui proviennent de la Nouvelle-Zélande ou de l’Australie peuvent difficilement trouver des moyens de transport alternatifs vers des destinations internationales. C’est le cas aussi des chercheurs qui proviennent de pays en développement qui ont avantage à présenter leurs résultats dans des conférences européennes ou nord-américaines. Les déplacements sont aussi essentiels pour les chercheurs en début de carrière qui doivent étendre leur réseau de contacts pour sécuriser un emploi permanent ou pour ceux dont les travaux de recherche nécessitent une présence sur le terrain.

Bref, les impacts environnementaux des voyages académiques sont connus. Les solutions aussi. C’est aux institutions de déterminer maintenant comment les adapter à leurs réalités et aux chercheurs de les adopter.