Les hommes préfèrent de loin être le principal soutien de famille. Leur indice de détresse grimpent quand le revenu de leur épouse dépasse un certain seuil. Shutterstock

Lorsque leur conjointe gagne plus de 40% du salaire de la maison, les hommes commencent à angoisser !

Les mariages les plus réussis sont sans doute ceux qui reposent sur un travail d’équipe. Mais il semblerait que la part respective de la contribution financière de chacun ait une importance significative.

Selon mes recherches, dans le cas de couples hétérosexuels, les hommes sont plus heureux lorsque les deux partenaires contribuent au pot commun – mais ils préfèrent de loin être le principal soutien de famille.

Si leur niveau de stress est élevé lorsqu’ils sont le seul gagne-pain de la famille, ils semblent se détendre quand leur conjointe gagne jusqu’à 40 pour cent du revenu familial.

Mais les indices de détresse grimpent quand le revenu de leur épouse dépasse ce seuil. Et le plus stressant pour eux, c’est le cas de figure où ils se retrouvent en situation de dépendance financière totale vis-à-vis de leur conjointe.

Ces résultats s’appuient sur l’analyse de plus de 6000 couples hétérosexuels mariés ou vivant ensemble aux États-Unis, et ce, sur une durée de 15 ans. Le degré de détresse est calculé sur la base des sensations de tristesse, de nervosité, d’agitation, de désespoir, d’inutilité, ou l’impression que leur quotidien est lourd.

Les hommes qui sont le seul soutien de famille sont relativement malheureux, mais moins stressés que ceux dont la partenaire est le gagne-pain principal. Ces deux scénarios sont négatifs pour la santé mentale des hommes.

L’exception à cette règle se trouve dans le cas de figure ou les hommes convolent en toute connaissance de cause avec une femme aux revenus élevés. Ces hommes ne semblent pas souffrir d’un niveau de détresse psychologique élevé lorsque leurs partenaires gagnent davantage qu’eux. On ne choisit pas un partenaire par hasard, donc si la femme gagnait plus avant le mariage, l’écart salarial était évident. Peut-être même était-il une des motivations pour concrétiser la relation.

Rapport de force

Plusieurs raisons expliquent pourquoi les hommes gagnant moins que leur conjointe souffrent de détresse psychologique.

Quand l’un des deux conjoints gagne beaucoup plus que l’autre, cela peut créer un déséquilibre au sein du couple. Si, par exemple, la relation se détériore de manière significative, l’éventualité d’un divorce ou d’une séparation peut insécuriser celui des deux qui gagne moins. Ce sentiment est plus fort si le couple n’est pas marié, peut-être parce que le risque de rupture est plus élevé.

Même si la rupture n’est pas envisagée, le rapport de force est déséquilibré quand l’argent du couple provient principalement d’un des deux partenaires. C’est particulièrement visible si les conjoints ont une perspective différente sur ce qui compte pour la famille, combien épargner, comment dépenser et pour quoi, et sur les plans et les décisions importantes à long terme.

Les normes de genre traditionnelles

Une autre théorie repose sur la longue histoire des normes psychologiques et culturelles qui s’appliquent au genre. Le concept social du mâle pourvoyeur perdure depuis fort longtemps.

Pendant des générations et dans bien des cultures, on s’est attendu à ce que l’homme soit la principale source de revenus, et la virilité a été fortement associée à l’accomplissement de cette tâche. Face à l’inversion des rôles, les hommes sont plus susceptibles de souffrir d’un degré élevé de détresse psychologique.

Mais la réalité, c’est que le monde change. Aux États-Unis, la proportion de femmes gagnant davantage que leurs maris est en hausse. En 1980, elle était de 13 pour cent. En 2000, ce chiffre a presque doublé pour atteindre 25 pour cent, et en 2017, on parle de 31 pour cent. C’est une tendance durable qui a également été observée dans d’autres pays, notamment au Canada.

Le stress du seul pourvoyeur

En moyenne, les sujets de mon étude ont déclaré que le degré le moins élevé de détresse psychologique se situait dans la zone où leur conjointe ne gagnait pas plus de 40 pour cent du revenu familial.

Mais lorsque les hommes sont le seul soutien financier de la famille, il y a un prix à payer du point de vue psychologique. Car même si les normes sociales encouragent ce schéma, le poids qui repose sur leurs épaules en tant que seuls gagne-pain du foyer apporte son lot de responsabilités et de contraintes et, de ce fait, peut provoquer d’importants états anxieux et de détresse.

Graphique :

Variation de la perception du stress : détresse psychologique de l’homme (modèle 1) ; détresse psychologique de l’homme modèle 2 – revenu relatif de la conjointe ; répondant féminin répondant masculin. Joanna Syrda, Author provided

Et s’il y a eu beaucoup de recherche sur le profil émergent de la femme soutien de famille et ses conséquences, on a peu prêté attention aux barrières psychologiques rencontrées par les hommes dans cette situation.

L’absence de recherche dans ce domaine est peut-être symptomatique de la force de la tradition. La recherche en santé a typiquement tendance à s’intéresser à ce qui est nouveau, plutôt qu’aux normes sociétales traditionnelles.

Les normes relatives à l’identité de genre sont largement hostiles à un contexte ou la femme gagne plus que son mari. Au fur et à mesure que leur nombre augmente, nous assisterons certainement à un ajustement des perceptions sociétales conventionnelles qui font de l’homme le pourvoyeur de la famille.

[Ne manquez aucun de nos articles écrits par nos experts universitaires. Abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire. ]

This article was originally published in English