Les deux tiers des femmes disent que la ménopause a un impact modéré à grave sur leur vie professionnelle. Certaines ont même dû quitter leur emploi. Shutterstock

Ménopause : la discrimination au travail est bien réelle. Voici comment les employeurs peuvent aider

Pour de nombreuses femmes, la ménopause peut être une période difficile. Elle survient généralement chez les femmes âgées de 45 à 55 ans et dure de quatre à huit ans. La plupart des femmes éprouvent certains symptômes, dont la gravité et la durée peuvent varier d’une à l’autre.

Les symptômes les plus courants comprennent les bouffées de chaleur, les maux de tête, les problèmes de mémoire ou de concentration et les changements d’humeur.

Passer par la ménopause alors qu’on est toujours sur le marché du travail peut être particulièrement difficile. Les deux tiers des femmes interrogées dans cette étude ont signalé un impact modéré à grave sur leur vie professionnelle et certaines ont même complètement quitté leur emploi. Mais les femmes de ce groupe d’âge représentent une proportion croissante de la main-d’œuvre britannique. Le taux d’emploi des femmes de plus de 50 ans est de 67,2 pour cent, contre 58,3 pour cent en 2008. Au Canada, 82,4 pour cent des femmes âgées entre 45 et 54 ans sont sur le marché du travail.

Un sondage commandé l’an dernier par l’émission de radio britannique Radio 4’s Woman’s Hour a révélé que 48 pour cent des femmes en ménopause ont déclaré que cela avait « un impact négatif sur leur santé mentale et leur humeur ». De même, notre recherche auprès des services de police du Royaume-Uni a démontré que, pour de nombreuses femmes, les symptômes émotionnels éprouvés étaient souvent plus problématiques que les symptômes physiques.

Des recherches antérieures ont également montré que les femmes considèrent la divulgation du statut ménopausique au travail comme une menace et une source d’embarras, les exposant potentiellement au ridicule et à l’hostilité lorsqu’elles en parlent avec leurs gestionnaires.

Shutterstock » Caption=

Les milieux de travail manquent à la fois du soutien pratique et de l’empathie nécessaires pour soutenir les femmes qui traversent la ménopause. Certaines quittent le travail durant cette période parce qu’elles se sentent incapables d’y faire face. Il est donc temps que cela change.

Des initiatives visant à soutenir les femmes ménopausées commencent à voir le jour dans certaines organisations plus avant-gardistes. Et un petit nombre d’organisations ont réagi en introduisant une politique formelle qui oblige à l’action durant cette transition ménopausique. Mais il reste encore beaucoup à faire.

Voici donc ce qu’il faut changer pour améliorer l’environnement de travail des femmes qui traversent la ménopause.

1. En parler

Nos recherches actuelles auprès des services de police du Royaume-Uni suggèrent que la plupart des femmes veulent un environnement de travail ouvert et confiant où la discussion sur la ménopause est possible et encouragée.

Les séances d’information et de formation à l’intention des gestionnaires et des employés sont importantes pour aider à créer des espaces de discussion et à ouvrir la voie à des conversations de soutien. Sensibiliser peut également contribuer à susciter un changement culturel. Cela permet de contester plus efficacement la pratique enracinée, en particulier dans les cultures masculines en milieu de travail.

2. Faire de simples changements

De nombreux symptômes physiques peuvent être soulagés de manières relativement simples. Une meilleure ventilation ou un meilleur contrôle de la température, l’accès aux toilettes, à de l’eau froide et à une aire de repos – tout cela peut être assez facile à organiser.

Lorsque des uniformes sont portés, il est important de s’adapter aux symptômes primaires de la ménopause en utilisant, par exemple, des matériaux naturels plutôt que synthétiques pour les femmes qui ont des bouffées de chaleur. Encore une fois, les discussions sont importantes pour s’assurer que ces ajustements ne distinguent pas les femmes qui les portent comme étant « différentes ».

La création d’un milieu de travail ouvert et positif aide à prévenir la stigmatisation liée à la ménopause. Shutterstock

3. Offrir des horaires de travail flexibles

La flexibilité est importante lorsque les symptômes de la ménopause sont problématiques. Il pourrait s’agir de passer d’un emploi à temps plein à un emploi à temps partiel ou d’adopter un style de travail plus ponctuel. Cela pourrait même être aussi simple que de tenir compte des arrivées tardives lorsqu’une femme a eu un sommeil perturbé.

Il est clair que cela exige une prise de conscience de la part des gestionnaires et des relations de confiance entre les gestionnaires et le personnel.

Mais avec quelques changements et ajustements simples, de nombreuses entreprises pourraient rendre la ménopause plus facile. Mais lorsque les femmes sont laissées sans soutien pendant cette délicate période, les organisations risquent de perdre des employées expérimentées et compétentes.

Il existe de solides arguments économiques et sociaux en faveur de l’aide aux femmes âgées pour qu’elles puissent continuer à occuper un emploi rémunéré. Avec un meilleur soutien pendant cette étape normale mais souvent difficile de la vie, les femmes qui traversent la ménopause pourraient continuer à offrir de nombreuses années de service plutôt que de quitter le travail.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 100,700 academics and researchers from 3,217 institutions.

Register now