Un chat domestique faisant sa toilette. Une nouvelle étude démontre qu’il n'y a pas que le nettoyage en jeu… Image courtesy of Candler Hobbs (Georgia Institute of Technology, Atlanta).

Minou bien au frais: cette langue râpeuse sert à autre chose qu’au toilettage

Vous êtes-vous déjà fait lécher par un chat? Si oui, vous savez que sa langue sur votre peau a davantage l’effet du papier sablé que de la soie.

La langue féline est recouverte de centaines de petites excroissances de kératine, en forme de crochets, qui s’activent lorsque le chat fait sa toilette.

Jusqu’à tout récemment, on ne savait pas vraiment pourquoi les langues de chats étaient si râpeuses.

Mais selon une récente étude, publiée dans les actes de la National Academy of Sciences des États-Unis, c’est ce qui les aide à se maintenir au frais.

La toilette du chat

Les chats domestiques peuvent passent près du quart de leur temps éveillé à se toiletter. Ils se débarrassent ainsi de tous les parasites nuisibles et poils morts qui peuvent s’incruster dans leur fourrure. S’ils ne le faisaient pas, ces débris pourraient provoquer des irritations cutanées et même causer des infections.

Mais la nouvelle étude démontre qu’il y a autre chose qui se passe quand le chat fait sa toilette.

Les scientifiques ont eu recours à des scans (tests de tomodensitométrie) pour examiner de plus près la structure des excroissances recouvrant les langues de chats. Ces excroissances, ou papilles linguales, mesurent 2mm de long et leurs pointes sont en forme de U (on vous expliquera pourquoi plus tard). Les scientifiques ont aussi testé la rigidité des papilles : elles sont aussi dures que des ongles d’humains.

Voici la surface d’une langue de chat. Les papilles rigides et creuses (à droite) sont situées au bout de la langue alors que les papilles plus douces, de forme conique (à gauche) sont à l’arrière de la langue. Alexis Noel

C’est devenu encore plus intéressant lorsque les chercheurs ont utilisé la vidéographie ultra-rapide pour mieux voir l’activité des papilles lors du toilettage. Ils ont pu constater que ce sont seulement les papilles situées au bout de la langue qui sont en contact avec la fourrure. Ce papilles sont plus larges et moins rapprochées que celles situées au fond de la langue.

Une vue latérale de la langue d’un chat, dévoilant les papilles incrustées dans le tissu. Courtoisie de Taren Carter (photographe)

Le toilettage du chat se fait en quatre étapes. D’abord la langue sort de la bouche. Ensuite les muscles linguaux se déploient sur la surface et les papilles font une rotation pour se placer de façon perpendiculaire à la langue.

Dans les deux dernières étapes, la langue passe à travers la fourrure et, ensuite roulée en U, elle ramène les débris.

Un chat noir fait sa toilette, dévoilant les papilles qui recouvrent sa langue.

En utilisant de la fausse fourrure et une plaque d’application de force, les chercheurs ont calculé que l’effet de compression permettent aux papilles d’atteindre la peau du chat. C’est ici que cela devient encore plus intéressant, quoiqu’un peu cradingue, car la salive du chat entre en jeu.

L’action salivaire

La cavité en forme de U dont on a parlé plus haut et qui se situe sur la pointe de la papille agit comme une mèche pour absorber la salive. C’est la même action que celle qui consiste à tremper un morceau de tissu dans l’eau et de voir le tissu s’imbiber.

Comme les scientifiques sont férus de détails, ils ont calculé que chaque lot de 290 papilles est capable d’absorber 4 microlitres de salive. (Cela prendrait 1200 fois plus de salive pour remplir une cuillère à thé de 5 microlitres).

Ce quatre microlitres ne représentent que 5% du total de la salive située sur la surface de la langue du chat. Donc, pas grand-chose, mais il s’agit d’une fonction importante parce que la salive se rend jusqu’à la peau du chat.

Estimant que les chats passent le quart de leur temps éveillé à se lécher, soit 2,4 heures par jour, et se lèchent une fois par seconde, les chercheurs en ont déduit que cette salive récoltée grâce aux papilles permet aux chats de perdre environ le quart de la chaleur qu’ils ont besoin de perdre à chaque jour. (Les êtres humain évacuent la chaleur sous forme liquide lorsqu’ils transpirent).

Garder minou au frais

Beaucoup de chats (pas tous) vivent dans des climats chauds et cela rend cette fonction utile à leur survie. Les chercheurs ont étudié les langues de plusieurs types de félins, incluant les chats domestiques, les cougars, les lynxs, les léopards des neiges, les tigres et les lions.

La plupart se lavent de façon très efficace, aidés par les enzymes (des produits chimiques spéciaux) contenus dans leur salive qui permettent de dissoudre le sang et autres débris.

En étudiant comment les papilles réussissent à passer à travers la fourrure des chats et en mesurant la longueur des poils de différentes espèces, les chercheurs ont aussi appris que les seuls chats ne pouvant pas se toiletter de façon adéquate sont les chats persans, à cause de leurs longs poils.

Si vous êtes propriétaire d’un chat persan, vous devez prendre le temps de le brosser, à défaut de quoi des boules de poils vont se former et risquent d’endommager sa peau et mener à des infections. Mais voici comment les scientifiques ont réalisé une autre percée.

Une nouvelle brosse

Dans la partie finale de leur recherche, ils ont utilisé les informations acquises sur la structure des papilles recouvrant la langue d’un chat et eu recours à une imprimante 3-D pour concevoir une version améliorée de la brosse de toilettage à utiliser sur les chats.

Ce prototype d’outil de toilettage permet de récupérer facilement les poils après le brossage.

Les chercheurs affirment que cette nouvelle brosse d’inspiration biologique devrait aider à extraire les allergènes contenus dans la fourrure et améliorer l’application de toutes lotions nettoyantes et médicamenteuses sur la peau du chat.

Le design de la brosse pourrait aussi mener à de nouvelles façons de nettoyer d’autres surfaces poilues complexes.

La prochaine fois que vous observerez un chat en train de faire sa toilette, prenez un instant pour admirer à quel point la conception de sa langue témoigne d’un science impressionnante.

This article was originally published in English