9yw3hj5k 1471447328

Pourquoi le temps semble filer plus vite avec l’âge

Tic-tac… Shutterstock

Pourquoi le temps semble filer plus vite avec l’âge

Tic-tac… Shutterstock

Ah, l’enfance… quand les vacances d’été paraissent sans fin et que l’attente entre deux Noëls semble durer des années… Pourquoi, en vieillissant, avons-nous l'impression que les semaines, les mois et les saisons passent à toute vitesse ?

Notre perception du temps évolue au cours de la vie, et à l’âge adulte, le temps semble filer de plus en plus vite : si nous nous sentons perpétuellement pressés et débordés, c'est précisément à cause de cette perception déformée.

La faute à la biologie ?

Plusieurs théories tentent d’expliquer cette sensation d’accélération du temps avec l’âge. L’une d’elle évoque une dégradation progressive de notre horloge biologique, due au ralentissement naturel de notre métabolisme au fil des ans : quand nous vieillissons, notre respiration et nos battements de cœur ralentissent. Chez les enfants, au contraire, le cœur bat plus vite et les poumons s’activent davantage. C’est cette plus grande intensité de l’activité biologique qui leur donne l’illusion d’un temps dilaté.

La faute à la routine ?

Une autre théorie suggère que cette sensation est associée à la quantité de nouvelles perceptions auxquelles nous sommes exposés au fil de notre vie. Face à des stimuli inédits, le cerveau met plus longtemps à traiter l’information, ce qui donne la sensation que le temps s’étire : voilà pourquoi ceux qui ont vécu un accident parlent souvent d’une impression de film au ralenti dans les secondes qui précèdent l’événement.

Lorsque nous vivons un événement inattendu, le cerveau doit soudain traiter une foule de nouvelles informations et stocke probablement des souvenirs plus riches et plus détaillés qu’à l’accoutumée. Dans notre souvenir, l’événement semble alors plus long qu’il ne l’a été en réalité, comme le montre cette expérience menée sur les amateurs de chute libre.

Mais en quoi cela explique-t-il que le temps semble passer plus vite avec l’âge ? Considérez votre environnement d’adulte : tout y est familier. Vous ne remarquez même plus les détails de votre intérieur ou de votre bureau. Tandis que pour un enfant, tout est nouveau et inconnu : le monde est plein de nouvelles expériences à mener. Son jeune cerveau ne cesse de reconfigurer ses perceptions du monde extérieur, et cette intense activité psychique lui donne l’impression que le temps s’écoule lentement, tandis que pour un adulte englué dans le train-train quotidien, c’est l’inverse.

Devant elle, un été sans fin. Shutterstock

Plus nous nous habituons à la répétition des mêmes événements, plus le temps semble passer vite. Et ce sentiment de familiarité a tendance à s’accentuer avec l’âge, car passé 20 ans, notre corps produit de moins en moins de dopamine – ce neurotransmetteur qui s’active à chaque nouvelle expérience et nous aide à mesurer le temps qui passe.

Le problème, c’est qu’aucune de ces théories n’explique de façon précise pourquoi le temps semble s’accélérer tout au long de notre vie.

La piste mathématique

Si une même période nous semble plus longue ou plus courte en fonction de notre âge, peut-être faut-il mesurer le temps à l’aide d’une échelle logarithmique. D’ordinaire, ce type d’échelle permet de mesurer l’intensité du son ou des tremblements de terre, phénomènes qu’une échelle linéaire ne suffit pas à traduire en raison de la trop grande variabilité des données recueillies. Sur l’échelle logarithmique de Richter (qui sert à mesurer l’intensité des tremblements de terre), passer d’une magnitude 10 à une magnitude 11 ne correspond pas à une augmentation de 10 %, comme ce serait le cas sur une échelle linéaire, mais à une multiplication par 10 par rapport à la valeur précédente.

Mesures logarithmiques. wikicommons, CC BY-SA

Le temps des tout petits

Mais pourquoi mesurer notre perception à l’aide d’une échelle logarithmique ? Parce que notre rapport au temps est relatif à l’âge que nous avons : pour un petit de 2 ans, une année représente la moitié de sa vie, ce qui explique que la distance entre deux anniversaires semble si longue à un enfant.

Pour un marmot de 10 ans, une année ne représente que 10 % de sa vie (il devient alors un peu moins difficile d’attendre son prochain anniversaire), et pour un jeune de 20 ans, une année ne représente plus que 5 % de sa vie. Voilà pourquoi le temps semble s’accélérer avec l’âge.

Bryan Adams – his summer seemed to last forever.

Habituellement, nous envisageons la vie par tranches de 10 ans – la vingtaine, la trentaine, etc. – ce qui revient à accorder autant de poids à chaque période. Cependant, selon l’échelle logarithmique, nous percevons des périodes de durées différentes comme si elles étaient de même durée. En termes de perception du temps, passer de 10 à 20 ans, de 20 à 40 et de 40 à 80 revient exactement au même. Ce qui veut dire – attention, c’est un peu déprimant – que les années vécues entre l’âge de 5 et 10 ans vous paraissent aussi longues que les années qui séparent vos 40 ans de vos 80 ans.

Alors, activez-vous ! Le temps passe vite… et ça ne s’arrange pas avec le temps.

This article was originally published in English

The Conversation is a non-profit + your donation is tax deductible. Help knowledge-based, ethical journalism today.