Menu Close

Pourquoi les Jeux olympiques d’hiver sont si importants pour la légitimité du Parti communiste chinois

Défilé de la délégation chinoise lors de la cérémonie d’ouverture au stade du Nid d’Oiseau, Pékin, 4 février 2022. Manan Vatsayana/AFP

Si les Jeux olympiques d’hiver qui viennent de s’ouvrir à Pékin suscitent la controverse, ce n’est pas seulement parce que les skieurs évolueront sur de la neige artificielle ou parce que la stratégie « zéro Covid » mise en œuvre par les autorités de la République populaire de Chine depuis le début de la pandémie impose des contrôles particulièrement drastiques aux sportifs et à leurs accompagnateurs, ainsi qu’aux journalistes et aux rares spectateurs autorisés.

Au-delà de ces aspects, les Jeux représentent un symbole politique majeur des ambitions et de l’autorité de l’État chinois. Un an à peine après la célébration triomphale du centième anniversaire de la fondation du Parti communiste, le secrétaire général Xi Jinping veut profiter des Jeux pour montrer aussi bien à ses concitoyens qu’au reste du monde que la Chine est devenue un État surpuissant en voie de réaliser son rêve de renaissance nationale.

Des interprétations concurrentes

Certains observateurs considèrent que la montée en puissance de la Chine génère un conflit de pouvoir stratégique et menace l’ordre libéral mondial.

D’autres estiment que l’essor de la Chine n’est pas si alarmant, voire approprié pour un pays fort de 4 000 ans d’histoire et ayant réalisé des progrès économiques spectaculaires au cours des 50 dernières années.


Read more: 2001-2021 : vingt ans de renforcement stratégique et économique pour la Chine


Ces interprétations contrastées suscitaient déjà des débats bien avant les Jeux. Les violations choquantes des droits de la minorité ouïghoure et la répression sévère de la société civile, notamment à Hongkong, ont incité plusieurs pays occidentaux à décréter un boycott diplomatique des Jeux.

L’image de la Chine s’est encore dégradée avec l’affaire de la tenniswoman Peng Shuai, qui aurait été la victime d’une agression sexuelle de la part d’un haut dignitaire du régime chinois.

À l’intérieur du pays, les Jeux olympiques sont présentés comme un événement bénéfique pour le peuple chinois, qui permettra aux athlètes chinois d’accéder à la gloire et au PCC de démontrer sa capacité à organiser un événement sportif mondial de première importance. Le discours officiel fait des Jeux un moment de glorification du régime et légitime les institutions et les pratiques du PCC.

Le rôle central du Parti dans le Rêve chinois

Les médias chinois ont riposté aux critiques étrangères en affirmant que les États-Unis avaient fait preuve de « stupidité et méchanceté » en s’en prenant à la politique chinoise de tolérance zéro à l’égard de la Covid, et que les Américains n’avaient pas été invités aux Jeux de toute façon.

L’objectif interne de ces récits agressifs est de réaffirmer la primauté du parti communiste en tant que meilleur protecteur de la Chine et de son peuple contre les éléments provocateurs de la communauté internationale.

Ces formulations violentes visent principalement à réaffirmer auprès de l’opinion chinoise la primauté du PCC et son rôle de protecteur du pays et de son peuple face aux « provocateurs étrangers ».

Dans le même temps, les Jeux représentent pour Xi Jinping une occasion de désamorcer les critiques internationales visant la Chine en affirmant que la RPC accueille le monde dans des Jeux « intelligents et respectueux de l’environnement ».

Conscient que la diplomatie agressive dite « des loups guerriers » a plutôt desservi les intérêts chinois, le président a demandé aux membres du Parti, aux diplomates et aux médias de son pays de tempérer leur discours. À contrecœur, ceux-ci ont accepté d’adopter une posture plus modeste et plus humble, afin de promouvoir une image du pays plus « crédible, aimable et respectable ».

Xi Jinping a besoin de compter à la fois sur l’obéissance et sur l’approbation du parti. L’appui du PCC est indispensable pour que le secrétaire général puisse tenir sa grande promesse de réaliser le « Rêve chinois » qu’il a promis à son peuple.

Le « Rêve chinois »

Si le « Rêve chinois » a souvent été comparé au « Rêve américain », il en est en réalité très éloigné.

Le rêve américain met l’accent sur les libertés individuelles, la mobilité sociale et la réussite matérielle que l’individu obtient par ses propres efforts. Dans le rêve chinois, en revanche, le bien-être national prime les aspirations et les réalisations individuelles. Et qui peut réaliser ce rêve pour le peuple chinois ? Le PCC, bien sûr – et c’est le Parti lui-même qui le dit.

Discours de Xi Jinping diffusé sur la place Tiananmen à Pékin le 1ᵉʳ juillet 2021 à l’occasion du centième anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois. Wang Zhao/AFP

C’est pour cette raison que le régime réagit avec une telle virulence dès que quiconque remet en question la centralité du Parti. Lorsque certains Occidentaux ont évoqué la possibilité que le Covid ait pu être fabriqué dans un laboratoire chinois, le ministère des Affaires étrangères a répliqué brutalement en avançant une théorie du complot d’après laquelle c’est l’armée américaine qui aurait introduit le virus à Wuhan.

Lors du discours qu’il a prononcé à l’occasion de la célébration du centième anniversaire du PCC, Xi Jinping a rappelé aux membres du parti que la direction du PCC, rassemblée autour de sa personne, est :

« Le fondement et l’élément vital du parti et donc du pays, et par conséquent la base sur laquelle repose le bien-être de l’ensemble des Chinois. »

Les Jeux du peuple ?

La manière dont les prochains Jeux sont présentés aux Chinois est donc essentielle pour la cohérence du récit global que Xi Jinping et le parti tentent de diffuser. L’objectif est que les Chinois adhèrent au Rêve chinois et s’approprient pleinement cette ambition nationale.

Les formules employées par Xi Jinping dans ses déclarations publiques en attestent. Il a recours à de nombreuses métaphores pour exhorter les citoyens à marcher avec le parti sur le chemin semé d’embûches qui conduit à un avenir dont tous partagent la même vision.

Alors que la Chine continue de développer son économie et de redorer son blason de grande puissance à travers des événements hypermédiatisés comme ces Jeux olympiques d’hiver, elle cherche aussi à démontrer au monde la supériorité de son modèle de gouvernance.

Ces jeux sont donc une vitrine géante pour le PCC. Ils illustrent la capacité d’un gouvernement autoritaire et rompu aux nouvelles technologies à organiser des événements de cette ampleur. Ils peuvent également mettre en évidence l’efficacité du gouvernement en matière de lutte contre la pandémie, même au prix de l’enfermement de millions de gens chez eux et du traitement discriminatoire des Africains vivant en Chine.

On l’aura compris : au cours des deux prochaines semaines, que cela leur plaise ou non, en acclamant leurs héros à skis ou en patins les spectateurs du monde entier acclameront aussi le PCC…

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 150,600 academics and researchers from 4,452 institutions.

Register now