Menu Close

Pourquoi nous souvenons-nous des odeurs du passé ?

Plus d’une fois, vous aurez remarqué qu’une odeur (celle du foin fraîchement coupé comme Léon Tolstoï) ou un goût (celui du thé avec des madeleines comme le raconte Marcel Proust) ramène de l’oubli un souvenir vivace de votre enfance.

La culture populaire suggère que certaines odeurs sont des rappels puissants d’expériences autobiographiques de nos premières années. C’est ce qu’on appelle la madeleine de Proust. Voyons ce que l’on sait à son sujet d’un point de vue neuroscientifique.

Grâce aux sens de l’odorat et du goût, nous pouvons percevoir un très grand nombre de molécules présentes dans le monde extérieur. Celles-ci concernent non seulement les substances alimentaires, mais aussi d’autres substances potentiellement dangereuses.

La mémoire de leurs effets nous permet d’accepter ou de rejeter certains d’entre eux à long terme. En outre, chez de nombreuses espèces (mais pas chez nous), l’odorat facilite la détection des phéromones, qui produisent d’importants changements comportementaux.

Comment percevons-nous les odeurs ?

Dans une série de travaux expérimentaux marquants, récompensés en 2004 par le prix Nobel, Linda B. Buck et Ricard Axel ont démontré que les récepteurs olfactifs sont des protéines sensibles à la présence de certaines odeurs.

Ces protéines sont situées dans les terminaisons sensibles des neurones récepteurs situés dans les narines. Chez l’homme, il existe environ 350 protéines différentes, mais d’autres espèces, comme la souris, en expriment plus d’un millier.

Ils peuvent sembler peu nombreux, mais chaque substance odorante active une combinaison de ces récepteurs. Par conséquent, le nombre d’odeurs différentes pouvant être perçues dans la pratique est énorme.

En revanche, les papilles gustatives situées principalement sur la langue ne comptent que des récepteurs pour cinq goûts : sucré, salé, amer, acide et umami (produit par des acides aminés tels que le glutamate).

En réalité, le goût des aliments ne dépend pas exclusivement de l’activation de ces récepteurs gustatifs. Elle dépend également des substances volatiles que la mastication envoie de la cavité buccale aux récepteurs olfactifs par la voie rétronasale.

Il en va de même pour d’autres facteurs tels que la texture et la température de ce que l’on mange, sa présentation visuelle et son odeur. C’est-à-dire ce qui parvient aux récepteurs olfactifs de l’extérieur par la voie antéronasale.

Il existe une différence fondamentale dans la manière dont les informations provenant des différents types de modalités sensorielles (vision, toucher, pression, douleur, audition, équilibre, goût et odorat) atteignent le cerveau.

Toutes ces voies nerveuses, à l’exception de l’olfaction, atteignent le cortex cérébral. Là, ils atteignent un niveau conscient, via le thalamus.

Où sont stockées les odeurs dans le cerveau ?

D’autre part, les voies nerveuses qui transmettent les informations olfactives atteignent directement les centres nerveux liés à notre monde intérieur. En d’autres termes, celle dans laquelle sont générées et stockées nos réserves émotionnelles conscientes et inconscientes. Ces structures nerveuses sont les suivantes :

  • Tout d’abord, le noyau amygdalien. Ceci est principalement lié aux émotions négatives ou désagréables et à l’apprentissage aversif visant à éviter les stimuli qui évoquent ces situations.

  • Le second est l’hippocampe. C’est là que les souvenirs qui constituent notre autobiographie, non seulement cognitive, mais aussi sentimentale, sont traités ou réactivés. Il s’agit des souvenirs dits épisodiques, qui nous permettent, même à très long terme, de nous rappeler consciemment des moments personnels et précis de notre passé.

  • Et enfin, une partie du cortex située dans la région la plus antérieure du cerveau, le cortex orbitofrontal. Cette zone est liée à la prise de décision. C’est-à-dire notre capacité à choisir entre plusieurs alternatives.

En résumé, l’argumentation ci-dessus, fondée principalement sur des considérations neuroanatomiques, constitue la meilleure preuve disponible à ce jour pour justifier pourquoi les stimuli olfactifs associés à des expériences importantes de l’enfance ont un tel pouvoir évocateur.

Quoi qu’il en soit, d’autres stimuli sensoriels, comme la musique, ont également un accès facile à notre monde émotionnel. Par exemple, il est facile de se sentir triste en écoutant le célèbre air Un bel di, vedremo… de Madame Butterfly.

Comment les souvenirs sont stockés

C’est pourquoi, depuis quelques années, les neuroscientifiques tentent de découvrir non seulement où, mais aussi comment sont réactivés les souvenirs à forte tonalité émotionnelle, associés à des stimuli olfactifs ou à d’autres stimuli sensoriels.

Du point de vue de la psychologie expérimentale, il semble certain que les stimuli d’origine olfactive sont conservés plus longtemps en mémoire que, par exemple, d’autres d’origine visuelle.

Cependant, la mémorisation en laboratoire de tâches et de situations pour l’étude expérimentale est une chose, et le souvenir de situations vécues par les sujets dans leur passé récent ou lointain en est une autre, bien différente.

En ce qui concerne le second point, il a été démontré expérimentalement qu’un souvenir autobiographique lié à une odeur particulière est plus facilement évoqué en utilisant cette odeur comme déclencheur qu’en utilisant le nom de l’odeur, une odeur sans rapport ou une image également associée à ce souvenir.

Certaines de ces études ont été menées sur des personnes utilisant des techniques d’imagerie cérébrale telles que la tomographie par émission de positrons ou l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle. Celles-ci permettent d’identifier en détail les structures cérébrales (telles que celles indiquées ci-dessus) qui sont activées lors de l’évocation de souvenirs autobiographiques.

Il faudra probablement un certain temps pour trouver la bonne réponse à ces questions. La question n’est pas de savoir si l’odeur est le meilleur et le plus puissant stimulus à associer aux souvenirs que nous voulons conserver de notre passé émotionnel. Il faut répondre à une question élémentaire et préliminaire : où et comment la fraise qui fond dans la bouche se transforme-t-elle dans notre cerveau d’abord en goût et enfin en mémoire ?

This article was originally published in Spanish

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 137,600 academics and researchers from 4,216 institutions.

Register now