Henri Pidoux

Après avoir enseigné l'allemand en lycée, et ponctuellement le FLE, je reste investi dans l'éducation , le combat pour une planète vivable, en particulier pour une sortie du nucléaire civil et militaire, ce qui va de pair avec plus de justice sociale. L'utopie, c'est de s'imaginer que nous pouvons continuer à vivre selon le principe "après nous le déluge!" Comme si le déluge n'avait pas commencé depuis longtemps : déluge de produits chimiques, destruction massive de notre environnement, populations fuyant les guerres, la misère etc. Analyser, protester, c'est bien, réparer les dégâts et sortir de l'emprise d'une oligarchie cupide et sans scrupules c'est mieux ! C'est ce que je fais au sein d'Aide & Action, Enercoop etc.