Veronique Bouillier

Anthropologue. Ses travaux ont d’abord porté sur l’organisation sociale et l’histoire des castes renonçantes shivaïtes du Népal, Jangam, Dasnami Sannyasi, Kusle-Kapali, Kanphata ou Nath Yogi, qui ont en commun de concilier héritage ascétique et appartenance à la société de castes [thèse, Naître renonçant 1979, voir bibliographie]. L’étude des documents historiques les concernant (actes de fondation de monastères, donations, procès, etc.) permet d’éclairer les processus d’ajustement et le rôle qu’y joue le pouvoir royal.

S’intéressant toujours à l’interface entre ascétisme et société, elle s’est ensuite orientée vers l’étude des structures monastiques, telles qu’elles sont mises en œuvre par la secte des NathYogis. Elle a consacré un ouvrage à un monastère népalais [Ascètes et Rois. 1998. voir bibliographie] avant de poursuivre sa recherche en Inde par l’étude de plusieurs établissements au Rajasthan, Karnataka et Haryana. Son ouvrage [Itinérance et vie monastique. 2008. voir bibliographie] présente une synthèse du mode de fonctionnement institutionnel de cette secte, en mettant en évidence à la fois les formes qui ont assuré son importance depuis la période médiévale et les transformations contemporaines, induites par un changement de patronage. Elle a également abordé la question des relations entre les Nath Yogis et l’Islam à travers l’étude de figures emblématiques.

Son dernier ouvrage [Monastic Wanderers. 2017] se veut une synthèse incluant et revisitant, à l’usage d’un public anglophone, les principaux thèmes de ses précédents travaux sur les Nath Yogis.

Elle a par ailleurs participé à un certain nombre de recherches collectives (qu’elle a pu contribuer à éditer, voir bibliographie) et a notamment été associée à l’équipe Justindia pour laquelle a abordé un nouveau domaine, celui d’une ethnographie des pratiques judiciaires en France dans leur relation avec les communautés originaires d’Asie du Sud, en particulier dans les cours d’Assises.

Experience

  • –present
    Anthropologue, Centre national de la recherche scientifique (CNRS)