Menu Close
Il y a différents types de mémoire et ils ne sont pas tous liés à la maladie d'Alzheimer. (Shutterstock)

Quels types d’oublis sont les plus liés à la maladie d’Alzheimer ?

La maladie d’Alzheimer, cette démence neurodégénérative qui affecte la mémoire est malheureusement bien connue du grand public. Au Canada, plus d’un demi-million de personnes vivent avec cette démence, et on prévoit que ce nombre doublera d’ici les dix prochaines années, notamment en raison du vieillissement de la population.

La maladie d’Alzheimer est redoutée : on l’accuse – parfois à la blague – lorsqu’on oublie d’acheter un article à l’épicerie, on s’en inquiète lorsqu’on ne trouve plus le nom de l’acteur d’un film, on la reconnaît en voyant une personne âgée désorientée. Cependant, est-ce que l’on connaît vraiment les comportements qui permettent de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer ?

Je termine ma deuxième année de doctorat en neuropsychologie clinique à l’Université de Montréal, au Laboratoire de Neuropsychologie du vieillissement du Centre de recherche de l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal (CRIUGM). J'étudie cette question et la réponse n’est pas si simple.

On sait évidemment que la maladie d’Alzheimer affecte la mémoire. Sauf que, à tort, on imagine souvent la mémoire comme un grand tout, la considérant comme un même panier où s’entassent tous nos souvenirs. Il est donc d’abord important de comprendre qu’il y a différents types de mémoire, et jusqu’à quel point ils sont affectés dans la maladie d’Alzheimer.

La mémoire épisodique

Il y a plusieurs types de souvenirs. La première catégorie comprend les souvenirs personnels des évènements que nous avons vécus depuis le début de notre vie.

Un peu comme un album de photos, la mémoire épisodique regroupe les souvenirs de notre enfance, de notre premier déménagement, de notre plus beau voyage, mais aussi de notre week-end dernier et de ce que l’on a mangé pour déjeuner ce matin.

Ce sont les souvenirs qui, pour être rappelés à la surface, nécessitent que l’on fasse une sorte de « voyage mental » dans le temps pour se replacer dans le contexte de l’évènement vécu (c’était quand ? où étions-nous ? avec qui ?).

La mémoire sémantique

Au contraire de la mémoire épisodique, la mémoire sémantique regroupe les souvenirs qui n’ont pas besoin d’être réactivés en se replaçant dans le contexte. On parle ici des connaissances générales sur le monde extérieur, qui ne sont pas liées à un endroit ou à un moment précis.

Par exemple, si nous nous demandons quel animal possède une carapace, ou encore qui était le mari de Céline Dion, nous n’avons pas besoin de réfléchir à un moment précis de notre vie pour trouver la réponse. Nous ne nous rappelons pas spécifiquement du contexte dans lequel nous avons appris cela, mais ces connaissances générales sont ancrées dans notre mémoire.

Des régions distinctes du cerveau

Évidemment, ces deux types de mémoire sont étroitement liés dans notre quotidien. Nous utilisons constamment nos souvenirs épisodiques et sémantiques pour fonctionner, et, en même temps, nous encodons continuellement de nouveaux souvenirs épisodiques et sémantiques.

Malgré le fait qu’ils soient liés, ces deux types de mémoire sont néanmoins sous-tendus par des régions partiellement distinctes dans le cerveau. La fabrication des souvenirs d’évènements vécus (liés à la mémoire épisodique) implique les hippocampes, des structures du lobe temporal interne, situé au milieu du cerveau, ainsi que le lobe frontal qui sert mettre mettre tout cela en contexte.

Les souvenirs de connaissances générales (liés à la mémoire sémantique), quant à eux, impliquent davantage le fonctionnement des régions parahippocampiques, c’est-à-dire les structures situées juste autour des hippocampes et la partie antérieure des lobes temporaux (pôles temporaux).

L’hippocampe sous-tend la mémoire épisodique, alors que les régions parahippocampiques, comme le cortex périrhinal (ici en vert), sous-tendent la mémoire sémantique. democritique.org/Cerveau/Cortex_perirhinal.svg.xhtml

Et dans la maladie d’Alzheimer ?

Et alors, entre oublier le film regardé la veille ou mélanger les noms de chanteurs, qu’est-ce qui est le plus inquiétant ?

Typiquement, la maladie d’Alzheimer est associée à un déclin de la mémoire épisodique. Les patients vont se plaindre de ne plus se rappeler des évènements qu’ils ont vécus, des conversations qu’ils ont eues, des choses qu’ils ont faites. C’est ce type de mémoire qui est le plus souvent testé en neuropsychologie lors de l’évaluation de la démence, et c’est aussi ce type de mémoire qui est étudié dans la grande majorité des recherches portant sur la maladie d’Alzheimer.

Cependant, un nouveau paradigme est en train d’émerger en recherche clinique, particulièrement au laboratoire où nous menons nos recherches.

Les récentes études démontrent qu’en fait, ce serait la mémoire sémantique qui serait atteinte en premier dans l’évolution de la maladie d’Alzheimer. On constate qu’avant même d’oublier leurs souvenirs d’évènements vécus, les patients montrent un déclin graduel de leurs connaissances générales.

Par exemple, ils ont plus de difficultés que les personnes âgées en santé à nommer des célébrités, comme Albert Einstein, ou des logos très connus comme celui de Pepsi ou de Desjardins. Ils ont aussi du mal à répondre à des questions sur la biographie de ces célébrités (par exemple, si Maurice Richard était, oui ou non, un chanteur), à répondre à des questions précises sur des objets ou des animaux (est-ce que l’autruche court, vole ou nage ?) ou à reconnaître des objets comme un harmonica, un hélicoptère ou un igloo d’après un dessin.

Des symptômes 12 ans avant

Selon une étude ayant évalué plusieurs centaines de personnes âgées sur différentes fonctions cognitives, les individus qui vont développer une maladie d’Alzheimer commenceraient à avoir des déficits en mémoire sémantique jusqu’à 12 ans avant de recevoir le diagnostic de démence. Les difficultés de mémoire sémantique surviennent donc avant l’oubli des évènements vécus, la désorientation spatio-temporelle, la perte d’effets personnels ou les difficultés de la parole.

Un professionnel de la santé présente des cartes avec des images d’objets à un patient
Différents tests peuvent être utilisés pour évaluer les fonctions cognitives, dont la reconnaissance des liens entre différents objets. (Shutterstock)

Ces déficits sont toutefois rarement rapportés par les patients lorsqu’ils se plaignent de leur mémoire, car ils trouvent généralement le moyen de compenser ces difficultés dans leur vie quotidienne. Ils vont utiliser des mots-valises, comme « chose » ou « truc » pour décrire des concepts qu’ils ne peuvent plus nommer. Cela explique notamment pourquoi la mémoire sémantique a été peu étudiée en lien avec la maladie d’Alzheimer.

Surtout, ne pas s’alarmer

Il est fréquent qu’en vieillissant, on s’inquiète de sa mémoire et on redoute la maladie d’Alzheimer. C’est tout à fait normal. En neuropsychologie clinique, on constate même que beaucoup de personnes âgées se plaignent de leur mémoire, même celles qui n’ont finalement aucune difficulté ! Il ne faut donc pas s’alarmer au moindre oubli, car les plaintes subjectives ne sont pas nécessairement liées à de réels déficits. Ces plaintes peuvent par exemple être associées à la présence de symptômes anxieux ou dépressifs ou à un sentiment de solitude.

Malgré tout, connaître les premiers signes de la maladie d’Alzheimer nous permet d’être à l’affût des premières manifestations chez nous-mêmes et nos proches. Lorsqu’on constate qu’on a de plus en plus souvent les mots « sur le bout de la langue », qu’on ne peut plus raconter des histoires aussi précisément qu’avant ou que l’on a de la difficulté à nommer ou à utiliser certains objets du quotidien – et que cela nous inquiète ou inquiète nos proches – il peut être pertinent de planifier une visite chez le médecin ou le neuropsychologue.

Heureusement, certaines actions peuvent être prises pour favoriser notre santé cognitive. D’abord, la stimulation intellectuelle est importante : lire des livres, faire des sudokus, des mots croisés ou des casse-tête, jouer à des jeux de société et faire des activités sociales sont des exemples d’activités qui peuvent améliorer notre résistance à développer des troubles cognitifs. Aussi, l’hygiène de vie compte pour beaucoup. Faire de l’activité physique régulièrement, avoir une bonne alimentation et maintenir de bonnes habitudes de sommeil est aussi bénéfique pour la santé physique que cognitive.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 130,900 academics and researchers from 4,108 institutions.

Register now