Risque alcool : les fondements scientifiques d’une politique de santé efficace

Pour être efficace, une politique de santé publique visant à limiter le risque lié à l'alcool doit cibler toutes les tranches d'âge. Tom Masat/Unsplash

Risque alcool : les fondements scientifiques d’une politique de santé efficace

Alors que le gouvernement prépare la publication du plan gouvernemental de prévention des conduites addictives, une étude scientifique d’une importance majeure a fait irruption dans le débat public à la fin de l’été. Publiée dans la prestigieuse revue The Lancet, elle a, par sa qualité (1800 chercheurs de 127 pays y ont contribué) et son ampleur (les données étudiées portent sur 28 millions de personnes de 195 pays sur une période de 25 ans), provoqué en France à la fois la satisfaction des professionnels de santé publique et la stupéfaction des alcooliers.

Plutôt que de formuler de vaines invectives contre les progrès des connaissances, la question est de savoir si nous voulons réellement (et politiquement) réduire les dommages considérables (et incontestés) liés à la consommation d’alcool dans notre pays ; pour quels objectifs et par quels moyens ?

Une politique pragmatique de prévention des risques

L’étude parue dans The Lancet conforte, à l’échelle internationale, les thèses défendues par les professionnels de santé publique : le risque pour la santé lié à la consommation d’alcool est corrélé à la quantité consommée et à sa fréquence. La contestation de ces données scientifiques par le lobby alcoolier est d’autant plus surprenante que nous avons la chance de vivre dans un pays où, contrairement à d’autres, le courant prohibitionniste n’a jamais existé, ou de manière très marginale, essentiellement au début du XXe siècle.

L’échec de la prohibition de l’alcool aux États-Unis (tout comme celui de la « guerre à la drogue » ensuite) n’a fait que renforcer les acteurs de santé et de prévention dans leur volonté de mettre en place une politique pragmatique de réduction des risques et des dommages. On a pu en voir l’illustration concrète, même si le concept n’était pas encore formulé, dans la loi Evin de 1991, qui n’interdit pas la vente ou la consommation de tabac et d’alcool, mais en encadre l’usage pour en minimiser les conséquences sociales et sanitaires, en premier lieu pour la jeunesse.

Là encore, les données de la science peuvent nous aider à avoir un débat, sinon complètement serein (ce serait un miracle), du moins plus apaisé. Car, si les objectifs à atteindre demeurent difficiles à chiffrer (par exemple : de combien faudrait-il raisonnablement diminuer la consommation d’alcool dans notre pays pour faire baisser de moitié, en 10 ans, le nombre de cancers dus à l’alcool ?), il est inutile de débattre à l’infini sur des sujets que le monde scientifique a tranché, sauf à vouloir enliser le débat. Aujourd’hui, les fondements d’une politique de santé efficace sont connus.

Mettre en place une politique cohérente

La cohérence est le premier pilier sur lequel une politique de santé publique pourra s’appuyer pour atteindre ses objectifs. Nous savons, depuis les travaux de Thomas Babor, qu’une politique de prévention, pour être efficace, doit associer la promotion et l’éducation pour la santé à des mesures structurelles (encadrement de l’offre, encadrement de la promotion des produits, intervention sur le marché via des taxes adaptées).

Utilisée seule, l’éducation pour la santé est de faible efficacité car elle fait alors face à un marché non régulé. De même, les seules mesures structurelles courent le risque d’être mal comprises, donc mal acceptées. La politique de lutte contre le tabac est un bon exemple de cette cohérence où des mesures a priori impopulaires (augmentation des prix, interdiction de fumer dans des lieux publics) finissent par être acceptées grâce à des programmes éducatifs et des campagnes d’information.

L’information transparente et non biaisée des consommateurs fait intégralement partie de l’éducation à la santé. C’est notamment l’objet du débat sur le pictogramme d’information des femmes enceintes.

Tout est affaire de dosage entre les différents axes de cette politique, mais le lobby de l’alcool a bien entendu intérêt à défendre l’utilisation de la seule éducation pour la santé au détriment des mesures structurelles car une telle logique politique a peu d’effets, d’autant que ses relais parlementaires n’inscriront jamais un financement contraignant de la prévention dans une loi de finances.

L’importance d’une politique globale

Pour être efficace, une politique de santé publique doit également être globale, afin de changer à terme les représentations sociales dans l’ensemble de la population. Il est inutile d’intervenir sur un segment de la population (par exemple les jeunes) si la consommation du produit continue à être valorisée pour tous les autres. Peut-on à la fois décourager la consommation d’alcool chez les jeunes et la présenter comme un objectif de distinction sociale et de raffinement pour les adultes ?

Autre problème : les effets des produits destinés spécifiquement ou prioritairement à la jeunesse, et leur promotion. Prémix, ou vinipops tels que Rosé sucette, Rosé pamplemousse, Rouge coca… Ces produits à base de mélange d’alcool et de soda banalisent la consommation et facilitent l’entrée dans une consommation à risque.

Si le législateur a courageusement réagi en surtaxant en 2004 ce type de produits à base de spiritueux, le gouvernement actuel semble très réticent à étendre la mesure aux produits semblables à base de vin. Une politique sérieuse pour prévenir la consommation des jeunes ne peut laisser se développer ces produits marketing qui iront à l’encontre de l’objectif poursuivi.

La limitation de l’incitation à consommer par la publicité et le marketing doit aussi faire partie de l’arsenal des politiques de santé concernant tous les produits à risque, dont l’alcool. D’autant plus que nous savons aujourd’hui mesurer l’impact de la pression publicitaire sur les consommations.

Enfin, nous savons qu’une politique de santé ne peut se passer d’une réflexion sur le prix des produits, a fortiori si, comme l’annonce le gouvernement, la priorité est accordée à la jeunesse. Les études sur ce sujet sont légion. Dans les faits, on a vu, en France, l’efficacité de l’augmentation du prix sur la consommation de tabac des jeunes, un produit pourtant très addictif.

Nous connaissons parfaitement les effets de l’encadrement de la disponibilité des produits sur leur consommation, et sur les dommages immédiats dus à l’alcool tels que les violences et comportements délictueux. Ce lien entre disponibilité de l’alcool et risque de comportements inadaptés est tellement intégré que, même le Président de la République, lorsqu’il organise une fête à l’Élysée, n’autorise que la bière sans alcool.

Lutter contre le contournement de la loi

Non contents d’investir dans des produits spécifiques destinés à une « clientèle jeune », les alcooliers essaient aussi en permanence de lier leur activité aux évènements culturels ou sportifs fréquentés par les jeunes, malgré l’interdiction du parrainage de ces manifestations par la loi Evin.

Le contournement de cette interdiction légale par la dissimulation derrière de fausses marques (« marques alibis ») ou la présence massive des alcooliers dans les événements fréquentés par la jeunesse, tels le dernier festival Rock en Seine en août 2018, sont des révélateurs de cette stratégie consistent à faire boire les jeunes pour fabriquer des consommateurs adultes. Un enjeu de taille pour un gouvernement dont la priorité affichée est la prévention chez les jeunes…


Les mythes de l’éducation au goût et de la culture

Si nous savons parfaitement ce qu’il faut faire pour être efficace, la science nous éclaire également sur ce qu’il ne faut surtout pas faire. Alors que les alcooliers affirment qu’une « éducation au goût » (ou « éducation à bien boire ») serait bénéfique, deux études récentes, très robustes, remettent clairement en cause cette assertion :

« Il n’y a aucune preuve à l’appui de l’opinion selon laquelle l’approvisionnement par les parents protège des résultats négatifs de la consommation d’alcool en fournissant de l’alcool à leur enfant. Les parents devraient être informés que cette pratique est associée au risque, à la fois directement et indirectement en raison de l’accès accru à l’alcool provenant d’autres sources. »

En clair, l’éducation au goût incite les jeunes à boire, et cause en réalité plus de dommages qu’elle n’apporte de bénéfices…

Dernier argument souvent brandi comme un étendard par ceux qui s’opposent à la mise en place d’une politique de santé qui se voudrait efficace : dans un pays comme la France, la consommation d’alcool serait culturelle, et il est hors de question de toucher à la culture. Il suffit pourtant de rappeler que la culture nationale revêt bien des aspects, qu’il s’agisse de la vie intellectuelle et des arts. Elle ne se réduit pas à la légitimation d’un niveau de consommation d’alcool qui est un des plus élevés au monde.

Le coût social en vaut-il la chandelle ?

Le coût social de la consommation d’alcool est connu : 120 milliards par an. Il grève largement le bilan de cette industrie, et relativise les chiffres dont se prévalent les alcooliers sans jamais tenir compte des dommages induits. Une politique de prévention efficace rééquilibrerait, à l’échelle de la nation, la balance entre les bénéfices et le coût social. Là aussi, tout est une affaire de dosage. Mais les conséquences économiques des dommages engendrés ne peuvent être occultées.

En définitive, la question qui se pose est la suivante : la santé publique doit-elle être sacrifiée sur l’autel du seul commerce de l’alcool ? Si nous considérons quel la réponse est non, nous savons comment agir efficacement, et il est nécessaire d’en débattre.

Did you know that The Conversation is a nonprofit reader-supported global news organization?