Menu Close
homme regardant au loin vers une rue bondée
Comment un endroit où vous n’êtes jamais allé peut-il vous sembler si familier ? (Shutterstock)

Sensation de déjà-vu : voici ce qu’en dit la science


Pourquoi les gens vivent-ils des expériences de déjà-vu ? – Atharva P., 10 ans, Bengaluru, Inde


Avez-vous déjà eu la sensation bizarre d’avoir déjà vécu une situation qui correspond exactement à un événement du passé, même si c’est impossible ? Parfois, on peut aussi avoir l’impression de revivre quelque chose qui s’est déjà produit. Ce phénomène, connu sous le nom de « déjà-vu », intrigue les philosophes, les neurologues et les écrivains depuis très longtemps.

À partir de la fin des années 1800, de nombreuses théories ont commencé à émerger sur ce qui pourrait causer la sensation de déjà-vu. On pensait que cela pouvait provenir d’un dysfonctionnement mental ou peut-être d’un type de problème cérébral. Ou alors, qu’il s’agissait d’un événement passager dans le fonctionnement normal de la mémoire humaine. Mais le sujet n’a atteint le domaine de la science que très récemment.

Passer du paranormal au scientifique

Au début de ce millénaire, un scientifique du nom d’Alan Brown a décidé de procéder à une analyse de tout ce que les chercheurs avaient écrit sur le déjà-vu jusque-là. Une grande partie de ce qu’il a pu trouver avait une saveur paranormale, en rapport avec le surnaturel – des choses comme les vies antérieures ou les capacités psychiques. Mais il a également constaté que des études avaient relevé des expériences de déjà-vu chez des gens ordinaires. Grâce à tous ces articles, Brown a pu glaner quelques conclusions de base sur le phénomène du déjà-vu.

Par exemple, il a déterminé qu’environ deux tiers des personnes ont pu connaître une expérience de déjà-vu à un moment donné de leur vie. Il a découvert que le déclencheur le plus courant du phénomène de déjà-vu était constitué par une situation ou un lieu, et que le deuxième déclencheur en importance était lié à une conversation. Il a également fait état d’allusions, à travers environ un siècle de documentation médicale, à une association possible entre le déjà-vu et certains types de crises d’épilepsie dans le cerveau.

L’analyse de Brown a amené le sujet du déjà-vu dans le domaine de la science plus traditionnelle, car elle est apparue à la fois dans une revue scientifique lue généralement par les experts qui étudient la cognition, et aussi dans un livre destiné aux chercheurs. Son travail a servi de catalyseur à la communauté scientifique pour concevoir des expériences visant à explorer le déjà-vu.

Test du déjà-vu en laboratoire de psychologie

Poussée par les travaux de Brown, ma propre équipe de recherche a commencé à mener des expériences visant à tester des hypothèses sur les mécanismes possibles du déjà-vu. Nous en avons étudié une vieille de près d’un siècle qui suggérait que le déjà-vu pouvait se produire lorsqu’il y a une ressemblance spatiale entre une situation en cours et une autre qui n’a pas été mémorisée. Les psychologues ont appelé cela l’hypothèse de la familiarité de la Gestalt.

Zone très éclairée d’un hôpital avec des intervenants et des patients
La disposition d’un nouveau lieu est peut-être très semblable à un autre endroit où vous êtes allé, mais dont vous ne vous souvenez pas consciemment. FS Productions/Tetra images via Getty Images

Par exemple, imaginez que vous passez devant le poste de soins infirmiers d’une unité hospitalière en allant rendre visite à un ami malade. Bien que vous ne soyez jamais entré dans cet hôpital auparavant, vous êtes frappé par le sentiment d’y être allé. La cause sous-jacente de cette expérience de déjà-vu pourrait être que la disposition de la pièce, y compris l’emplacement des meubles et des objets particuliers dans l’espace, est la même que celle d’une autre que vous avez visitée dans le passé.

La façon dont le poste de soins infirmiers est situé –, les meubles, les objets sur le comptoir, la manière dont il rejoint les coins du couloir – est peut-être la même que l’agencement d’un ensemble de tables d’accueil avec des affiches et des meubles à l’entrée d’un événement scolaire auquel vous avez assisté un an plus tôt. Selon l’hypothèse de la familiarité de la Gestalt, si la situation précédente, dont la disposition est semblable à celle de la situation actuelle, ne vous revient pas à l’esprit, il peut subsister un fort sentiment de familiarité envers celle-ci.

Pour étudier cette idée en laboratoire, mon équipe a utilisé la réalité virtuelle afin de placer des personnes dans certains contextes particuliers. De cette façon, nous pouvions manipuler les environnements dans lesquels les gens se trouvaient ; par exemple, certaines scènes partageaient la même disposition spatiale tout en étant distinctes. Comme prévu, le déjà-vu était plus susceptible de se produire lorsque les individus se situaient dans une pièce dont les éléments étaient disposés de la même façon dans l’espace qu’une autre pièce qu’ils avaient déjà vue, mais dont ils ne se souvenaient pas.

Cette recherche suggère que l’un des facteurs contribuant au déjà-vu peut être la ressemblance spatiale d’une nouvelle situation avec une scène mémorisée, mais dont le souvenir n’est pas conscient à ce moment-là. Toutefois, cela ne signifie pas que cette similitude est la seule cause du déjà-vu. Très probablement, de nombreux éléments peuvent contribuer à ce qu’une scène ou une situation vous paraisse familière. D’autres études sont en cours pour observer de nouveaux facteurs possibles jouant un rôle dans ce phénomène mystérieux.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 182,000 academics and researchers from 4,940 institutions.

Register now