La Conversation Canada célèbre son premier anniversaire le 4 décembre 2019. Shutterstock

Un an de Conversation

Il y a un an, alors que La Conversation Canada était officiellement lancée, personne dans notre équipe n’aurait parié là-dessus : dépasser le cap des 3,4 millions de pages lues dès notre première année. Et voir notre lectorat grossir de semaine en semaine, de mois en mois.

Notre arrivée survient alors que le monde des médias vit une crise sans précédent. La Conversation Canada, ainsi que les huit autres éditions du groupe The Conversation à travers le monde, apportent un nouveau modèle dans ce paysage sinistré. Nous diffusons à grande échelle d'une information scientifique vulgarisée, accessible, attrayante, instructive et pertinente en ces temps de fausses nouvelles et d’informations approximatives.

C’est le professeur de l’Université de Montréal et sommité mondiale en intelligence artificielle (IA), Yoshua Bengio, qui a ouvert le bal le 4 décembre dernier avec une réflexion sur l’intelligence artificielle. Elle coïncidait avec la signature de la Déclaration de Montréal pour un développement responsable de l’IA. Depuis, une demi-douzaine d'articles ont été publiés sur la question, abordant des angles comme le droit, le travail, la santé, l’éthique et même la sexualité (eh oui, on peut tomber en amour avec une intelligence artificielle !)

Le lendemain, la postdoctorante Mélissa Blais et le professeur Francis Dupuis-Déri, tous deux de l’UQAM, publiaient un article sur les interprétations données au fil des ans au massacre de Polytechnique à la veille alors du 29e anniversaire de cette tragédie que l’on peine encore à digérer.

La Conversation a depuis publié sur tant de sujets ! Quelque trois cents articles et autant d’universitaires qui ont écrit sur les enjeux du climat et ses dérapages de moins en moins contrôlés, l’éducation des tout-petits, les angoisses des grands, la santé des aînés, sur ce qu’on mange, ce qu’on pense, ce qu’on fait, sur la technologie omniprésente et la nature fascinante. Une mention spéciale aux insectes et aux animaux !

Plusieurs de nos chercheuses et de nos chercheurs ont tellement aimé leur expérience qu’ils ont récidivé. Les six articles publiés cette année par Langis Michaud, professeur à l’École d’optométrie de l’Université de Montréal, ont été traduits en anglais (et même en Indonésien) et lus près de 170 000 fois à travers le monde !

« Il est rare de nos jours de pouvoir compter sur une plate-forme d’information qui repose sur des données probantes et qui permet de mieux comprendre les enjeux qui nous touchent », nous a-t-il écrit. « La Conversation est un de ces rares médias. À la clef se retrouvent des lecteurs engagés et qui veulent s’informer intelligemment. Quel bonheur pour nous, universitaires, de pouvoir diffuser et vulgariser à ces gens la science qui nous habite et qui fait notre quotidien. Merci La Conversation de nous donner cette chance unique ! »

Merci à vous, Langis, et à tous vos collègues qui ont écrit de si passionnants articles, merci à nos fidèles partenaires qui permettent aux universitaires francophones de faire entendre leur voix : l’Université de Montréal, l’UQAM et tous les membres du réseau de l’Université du Québec, l’Université Laurentienne, l’Université Bishop’s, l’Université Concordia et l’Université d’Ottawa. Merci aussi à la Fondation Lucie et André Chagnon, au CRSH, au Scientifique en chef du Québec et à Genome Canada.

Enfin, un remerciement spécial aux rédactions de The Conversation Canada et de The Conversation France qui nous ont soutenus et encouragés durant cette première année.

La Conversation ne fait que débuter.

[Ne manquez aucun de nos articles écrits par nos experts universitaires. Abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire. ]

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 95,300 academics and researchers from 3,097 institutions.

Register now