Menu Close

Une brève histoire de la calvitie

Frans van Mieris le jeune, Homme à la chope, 1739, Fitwilliam museum. Wikipédia

La calvitie est très répandue, puisqu’elle touche plus de 50 % des hommes. Elle est également sans conséquence sur la santé (les hommes chauves vivent aussi longtemps que les autres). Alors pourquoi, dans son autobiographie récemment publiée, le prince Harry qualifie-t-il la calvitie de son frère d’« alarmante » ?

Un homme chauve travaillant sur un métier à tisser
Une représentation de l’Égypte ancienne d’un homme chauve. John Gardner Wilkinson/British Library

En tant que psychologue social spécialisé dans la calvitie (et auteur d’un livre à paraître intitulé Branding Baldness), je sais que la calvitie n’a pas toujours été stigmatisée, comme en témoigne la représentation d’hommes chauves dans l’histoire de l’art.

Historiquement, la calvitie était traitée avec neutralité, comme un élément normal de la vie quotidienne. En 2019, le professeur d’égyptologie Samar Kamal a trouvé des preuves de la présence de 122 hommes chauves peints dans des tombes privées de l’Égypte ancienne, entre 2613 et 525 avant J.-C.

La plupart de ces hommes étaient visiblement âgés (leurs cheveux restants étaient blancs). Ils étaient représentés dans diverses sphères de la société égyptienne, de l’agriculture à la pêche, en passant par la sculpture et la gravure.

L’art suggère que les anciens Égyptiens ne traitaient pas les hommes chauves différemment de leurs pairs chevelus.

Kamal a également observé que les anciens Égyptiens avaient des termes spécifiques pour désigner la calvitie masculine, qu’ils incluaient une « ligne de calvitie » lors de la momification et qu’ils avaient différentes coiffures pour les chauves (par exemple, courtes sur toute la surface ou longues à l’arrière).

Les hommes chauves dans la peinture européenne

L’art européen illustre également la banalité historique de la calvitie. Le tableau de Vincent Van Gogh Au seuil de l’éternité (1890) représente le retraité néerlandais chauve Adrianus Zuyderland.

Une peinture d’un vieil homme en costume bleu assis sur une chaise en bois. Sa tête est entre ses mains, ce qui révèle au spectateur son crâne chauve
Au seuil de l’éternité de Vincent Van Gogh. Kröller-Müller Museum

Alors que le tableau évoque un sentiment de désespoir existentiel, la calvitie de Zuyderland est une caractéristique neutre, voire attrayante de la représentation. Van Gogh a décrit le tableau dans ses lettres, écrivant : « Quel beau spectacle que celui d’un vieil ouvrier dans son costume de bombazine rapiécé et son crâne chauve ».

Zuyderland n’est pas une exception : il existe de nombreux autres hommes chauves représentés de manière neutre dans l’art. Par exemple, le peintre néerlandais de l’âge d’or Frans van Mieris, The Younger Man With a Tankard (1793) représente un homme chauve en train de savourer un déjeuner dans une taverne.

Historiquement, les hommes chauves ont également été idéalisés dans l’art. Par exemple, le Père éternel du peintre italien de la Renaissance Paolo Véronèse représente un Dieu chauve accomplissant un miracle éthéré.

La Leçon d’anatomie du Dr Nicolaes Tulp de Rembrandt (vers 1632) montre plusieurs médecins chauves en train d’étudier la dissection. Le Portrait d’Ambroise Vollard (1908) de l’impressionniste Pierre-August Renoir représente le collectionneur d’art chauve éponyme.

De nombreuses autres preuves historiques qui remettent en question l’affirmation selon laquelle la calvitie aurait de quoi « alarmer ».

Les personnages religieux chauves peuplent presque toutes les confessions. Il y a Bouddha, les saints chrétiens Jérôme et Augustin, ainsi que des divinités chauves, comme les dieux japonais Fukurokuju et Hotei.

Six médecins se rassemblent pour assister à une démonstration de dissection
La leçon d’anatomie du Dr Nicolaes Tulp par Rembrandt (1632). La Haye

Les directives religieuses et politiques ont également favorisé la calvitie. Cela va de la tonsure des moines chrétiens, où les cheveux poussaient autour d’une partie centrale du cuir chevelu rasée, aux coupes de cheveux mandchoues, où les cheveux à l’arrière de la tête étaient rassemblés en une longue tresse tandis que le reste de la tête était rasé.

Comment la calvitie est devenue « alarmante » : publicité et médias de masse

Le marketing de masse des produits anti-calvitie au XXe siècle a transformé la perception de la calvitie, qui est passée d’une esthétique banale à une maladie désavantageuse nécessitant un « remède ».

Ces « remèdes » allaient des produits coûteux et inefficaces de type « huile de serpent » aux formulations approuvées par les autorités réglementaires qui ont certaines propriétés (bien que limitées) de repousse des cheveux, telles que le minoxidil.

La publicité pour ces produits a entretenu l’idée que la calvitie est alarmante. En 2013, le professeur de sociolinguistique Kevin Harvey a observé que les publicités en ligne contre la calvitie présentent les hommes aux cheveux comme séduisants, prospères et heureux.

Publicité télévisée de Rogaine datant de 2001.

En revanche, les mêmes publicités promeuvent l’idée que la calvitie est une maladie qui affecte gravement les hommes et les désavantage. Les publicités pour le shampooing contre la calvitie Renaxil, par exemple, montrent des follicules pileux au bord du suicide. Les flacons de Renaxil sont représentés en train de tendre la main pour les sauver.

Dans les médias contemporains, la calvitie est rarement vue en dehors des quelques acteurs (tels que Jason Statham, Vin Diesel et Bruce Willis) qui ont fait de l’absence de cheveux un véritable argument de vente. Une étude menée en 2006 a révélé que seuls 3 % des 1 356 personnages des émissions télévisées américaines populaires pour enfants étaient chauves.

Dans une étude que j’ai menée sur 5 000 images d’hommes dans des magazines populaires publiées entre 2011 et 2012, nous avons constaté que seulement 8 % d’entre eux étaient chauves.

De nombreuses représentations contemporaines de la calvitie contiennent également des stéréotypes négatifs. Le site web TV Tropes indique que les personnages chauves de la télévision et du cinéma ont tendance à être des méchants ou des personnes âgées. Une autre étude a révélé que plus de 60 % des acteurs de télévision des années 1980 présentent les personnages chauves comme « laids », incompétents ou paresseux.

L’alarmisme autour de la calvitie est même encouragé par la recherche universitaire. Le Dr Hannah Frith et moi-même avons récemment découvert qu’environ 80 % des études psychologiques sur la calvitie entretenaient des liens avec des entreprises spécialisées dans la lutte contre la calvitie. Ces études tendent à dépeindre la calvitie comme une maladie (77 %) et à promouvoir des produits contre la calvitie (60 %) sans discussion sérieuse sur leurs limites (68 %).

Les représentations modernes de la calvitie à la télévision, dans la publicité et dans la recherche affirment que la perte de cheveux est un désavantage et une maladie. Mais un regard sur l’histoire de l’art montre que cela n’a pas toujours été le cas. Les hommes chauves peuvent être en bonne santé, réussir et être heureux, tout autant que leurs homologues chevelus.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 185,300 academics and researchers from 4,982 institutions.

Register now