Menu Close

Articles on Arabie saoudite

Displaying 1 - 20 of 51 articles

Joe Biden à l’aéroport de Djeddah le 16 juillet 2022. Mandel Ngan/AFP

Joe Biden à Riyad : les leçons d’un échec

Le président américain s’est résolu à se rendre à Riyad dans l’espoir d’obtenir des avancées sur les questions énergétiques et sécuritaires. Sans succès.
Parade militaire des combattants houthistes à Sanaa le 31 mars 2022. Quelques jours plus tard, les houthistes et la coalition menée par l’Arabie saoudite signeront la première trêve depuis 2016. Mohammed Huwais/AFP

Trêve au Yémen : l’espoir est-il permis ?

Après de longues années de conflit terriblement sanglant (plus de 380 000 morts), les protagonistes de la guerre au Yémen ont signé une trêve. Prélude à une paix pérenne ou simple pause de la guerre ?
Le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis, Abdullah ben Zayed Al Nahyane, s’est rendu à Moscou le 17 mars, alors que la guerre en Ukraine faisait rage depuis trois semaines, pour rencontrer son homologue russe Sergueï Lavrov. Evgenia Novozhenina/AFP

Comment la guerre en Ukraine fait bouger les lignes dans le Golfe

L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, alliés de longue date de Washington, ne s’empressent guère de suivre les pays occidentaux dans leur volonté d’isoler la Russie.
Manifestation appelant au boycott des Jeux olympiques d’hiver de Pékin, Los Angeles, 3 novembre 2021. Frederic J. Brown/AFP

2022, une année de sport très géopolitique

JO d’hiver en Chine, Coupe du Monde de football au Qatar, Paris-Dakar en Arabie saoudite… La carte des méga-événements de l’année révèle l’émergence d’une nouvelle économie géopolitique du sport.
Cérémonie d’inauguration du projet Yanbu Aramco Sinopec Refining Company (YASREF), le 20 janvier 2016 à Riyad. Cette raffinerie en joint-venture constitue un symbole de l’approfondissement de l’implication croissante de Pékin au Moyen-Orient. Fayez Nureldine/AFP

Chine–Arabie saoudite : à l’assaut de l’or noir

Devenus en quelques années des partenaires énergétiques majeurs, la Chine et l’Arabie saoudite pourraient élargir leur alliance à de nombreux autres domaines d’ici quelques années.
L'enlisement du conflit yéménite est une des raisons qui font passer la normalisation avec Israël au second plan pour l'Arabie saoudite, au profit d'un apaisement avec l'Iran. Ici, un panneau représente les dirigeants saoudiens et émiratis côte à côte, dans la ville portuaire yéménite d'Aden, en 2019. Saleh al-Obeidi/AFP

Le rapprochement Arabie saoudite–Israël est-il mort-né ?

Une sortie de crise entre l’Arabie saoudite et l’Iran semble amorcée, la dernière guerre de Gaza ayant remis en cause le grand projet de normalisation avec Israël, auparavant soutenu par Riyad.
L’écran du centre de presse du 41e sommet du Conseil de coopération du Golfe (CCG) dans la ville d’al-Ula (Arabie saoudite) diffuse l’image du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane (à droite) accueillant l’émir du Qatar Tamim bin Hamad Al-Thani, le 5 janvier 2021. Fayez Nureldine/AFP

Qatar-Arabie saoudite : décryptage d’une réconciliation inattendue

Si les sources de discorde entre le Qatar et l’Arabie saoudite n’ont pas disparu, le changement d’administration aux États-Unis invite Riyad à réévaluer sa position et à reconsidérer ses priorités.
Joe Biden, alors vice-président, est accueilli à Riyad le 27 octobre 2011 par le ministre saoudien des Affaires étrangères de l'époque. AFP

Quelle politique pour l’administration Biden au Moyen-Orient ?

Quelle politique Joe Biden conduira-t-il à l’égard des pays du Proche et du Moyen-Orient ? Ce tour d’horizon montre qu’il ne fera pas systématiquement l’inverse de son prédécesseur.
Une jeune femme fait face au silo de grain détruit sur le port de Beyrouth, le 11 août 2020. AFP

Géopolitique d’un Liban au bord du gouffre

Au Liban, l’exacerbation de la confrontation politique interne sur fond de bras de fer géopolitique régional peut embraser la région.
Des islamistes pakistanais protestent contre la clémence de la Cour suprême à l'égard d'Asia Bibi, une chrétienne pakistanaise accusée de blasphème, à Karachi, le 1er février 2019. Asif Hassan/AFP via Getty Images

Pourquoi le blasphème est-il passible de la peine capitale dans certains pays musulmans ?

Au Pakistan, en Iran et en Arabie saoudite, le blasphème est passible de la peine de mort. Ces lois n’ont pas seulement des motifs religieux : elles répondent aussi à des préoccupations politiques.
Montage des drapeaux américain et iranien. Shutterstock

Iran–États-Unis : une amitié oubliée

Les États-Unis et l’Iran ne se sont pas toujours regardés en chiens de faïence, au contraire : jusqu’au milieu du XXᵉ, les deux pays ont entretenu d’excellentes relations.
Des Yéménites assistent aux funérailles des victimes d'une attaque aérienne dirigée par l'Arabie saoudite à Saada, en août 2018. AP Photo/Hani Mohammed

Abandonner nos valeurs pour des ventes d’armes: l’étrange relation entre le Canada et l’Arabie saoudite

Un an après une tristement célèbre dispute sur Twitter et le meurtre horrible de Jamal Khashoggi, les relations Canada-Saoudienne semblent prêtes à reprendre leur cours normal, si ce n'est déjà fait.
Donald Trump passe près du Prince saoudien Mohamed Ben Salman, lors du G20 d'Osaka (Japon), le 28 juin 2019. Eliot Blondet/ AFP

Les États-Unis au Proche-Orient : un grand jeu risqué

Plusieurs camps s’affrontent dans le processus décisionnel américain, qui tablent sur l’amateurisme ou l’absence de réel intérêt du Président Trump sur ces dossiers pour avancer leurs pions.

Top contributors

More