Menu Close

Articles on croissance

Displaying 1 - 20 of 29 articles

Actuellement, près de 4 diplômés étrangers sur 10 rentrent dans leur pays d'origine après l’obtention du diplôme en France. Université de Franche Comté

L’immigration, un levier de croissance et d’innovation mal activé en France

Le manque de coordination entre politiques universitaire et migratoire grippe les mécanismes qui, ailleurs, permettent de recueillir les fruits de la mobilité internationale des talents.
On dénombre actuellement en France environ 5 700 ETI seulement contre 148 000 PME.

PME : la croissance externe, une stratégie sous-exploitée

Les risques associés aux opérations d’acquisition d’entreprise, malgré leurs avantages, génèrent une réticence chez les banques qui peut freiner les dirigeants dans le développement de l’activité.
Dans un atelier d’upcycling où l’on redonne une seconde vie aux objets. Shutterstock

Quelle place pour la sobriété dans nos modes de vie ?

Parfois mal comprise, la sobriété ne vise pas à remettre en cause le confort ou le bien-être, mais à les intégrer à un modèle économique fondé sur une croissance en valeur et non plus en volume.
Les cycles macroéconomiques sont par nature non observables. Il s’agit donc de penser une méthode pour les estimer à l’aide de différentes approches.

À partir de quand pourra-t-on dire que la récession est derrière nous ?

Les outils méthodologiques restent insuffisants pour identifier un recul temporaire de l'activité économique, et encore moins un réel retour à la croissance.
En août 2019, une masse de glace se détachant du glacier Apusiajik (Groenland). L’Arctique se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la planète. Jonathan NACKSTRAND / AFP

Impact du réchauffement climatique sur le PIB : pourquoi les statistiques se trompent

Pour souligner le caractère irréaliste des projections statistiques dans l’évaluation des dommages causés par les dérèglements climatiques, un passage par l’absurde peut s’avérer très probant.
Washington engage une somme équivalente à 13 % du PIB du pays pour relancer l’économie américaine. Nicholas Kamm / AFP

Plan Biden : relance américaine, conséquences mondiales

Importations, endettement, rebond du dollar… Le « moment keynésien » dans lequel s’engagent les États-Unis du président Joe Biden ne restera pas sans effet au-delà des frontières du pays.
Dans le sillage de la Covid-19, les années 2020 pourraient nous amener à remettre en question le monde du travail, les gouvernements en place et l'espace réservé au plaisir dans nos vies, comme ce fut le cas dans les années 1920. Illustration d'une femme vêtue à la mode des années 1920 créée par l'artiste Russell Patterson. Bibliothèque du Congrès

La fin de la pandémie de Covid-19 marquera-t-elle un retour aux « années folles » comme en 1920 ?

La fin de la pandémie de grippe de 1918 a été suivie d’une période de prospérité connue sous le nom des « années folles ». La fin de la Covid-19 marquera-t-elle le début de la même effervescence ?
Dans de nombreuses zones économiques du monde, les entreprises anticipent un fort rebond de l’actualité dans les prochains mois. Shutter_M / Shutterstock

Climat des affaires : une deuxième vague presque indolore

Ce niveau de confiance indique une croissance à venir faible de l’économie française mais pas de risque de récession à court terme.
Malgré les taux attractifs négociés par le ministère de l’Économie, un certain nombre d’entreprises défaillantes pourraient avoir des difficultés à rembourser les prêts garantis par l’État. Bertrand Guay / AFP

Les PGE vont-ils changer les entreprises françaises en zombies ?

Les aides à la trésorerie pour maintenir en vie des entreprises défaillantes peuvent, à long terme, entraver l’activité des plus performantes.
Des études révèlent que les Canadiens souhaitent laisser tomber le PIB comme mesure du progrès, de la prospérité et du bonheur, et qu’ils considèrent que la protection de l’environnement est plus importante que la croissance. On voit ici un randonneur en Colombie-Britannique. Alex Shutin, Unsplash

Les Canadiens sont-ils prêts à laisser tomber le PIB comme principal indicateur de prospérité ?

Avec une crise climatique qui s'aggrave, une perte de biodiversité et des inégalités généralisées, il est pertinent de se demander si une croissance indéfinie du PIB apportera une prospérité réelle.
Les programmes d’assouplissement quantitatif (quantitative easing) ont davantage bénéficié aux détenteurs d’actifs qu’à l’économie réelle ces dernières années. Anikin Denis / Shutterstock

Les politiques des banques centrales portent le risque d’épuisement de la croissance et de creusement des inégalités

Les injections massives de liquidité ne déboucheront pas sur une résurgence de l’inflation mais sur une baisse durable de la croissance et un creusement des inégalités.
L’efficience, une notion à ne pas confondre avec l’efficacité. Sashkin / Shutterstock

L’efficience plutôt que l’efficacité, un principe qui nous a laissés démunis face au Covid-19

Le monde des affaires s’est longtemps fixé comme objectif de faire plus avec moins. La crise sanitaire remet en question cette idée.
La physique fixe des bornes à notre vie sur Terre. Sean M. Couch, MSU

Penser l’après : Les limites physiques de la planète

La pandémie confirme les limites de la croissance, incite à repenser nos relations aux technologies en tenant compte du triptyque énergie-matière-environnement, et ouvre le débat de la décroissance.

Top contributors

More