Menu Close

Articles on neurones

Displaying 1 - 20 of 77 articles

Le diabète de type 2, caractérisé aux stades avancés par une résistance à l’insuline, constitue un facteur de risque important de l’Alzheimer. (Shutterstock)

Alzheimer : au cœur de l’interaction entre l’insuline et les vaisseaux sanguins du cerveau

L’altération des récepteurs de l’insuline au niveau des vaisseaux sanguins entre le sang et le cerveau, contribuerait à la résistance à l’insuline observée dans l’Alzheimer.
La musique influence notre cerveau dès le plus jeune âge. Alireza Attari/Unsplash

Comment notre cerveau nous fait aimer une musique (ou pas)

Quand on écoute de la musique, notre cerveau prédit ce qu’il va se passer ensuite. Cette prédiction va affecter notre plaisir, ou notre rejet, pour une chanson.
Les appareils électroniques ne sont pas, en soi, une source de problème au plan visuel. C'est plutôt l'utilisation inappropriée de ces appareils qui peut entraver le développement naturel de l'oeil, ainsi que les habilités de lecture et d'apprentissage. (Shutterstock)

Développement de la vision : pas d'écran avant l'âge de deux ans

Les impacts de l’utilisation d’appareils électroniques sont d’autant plus cruciaux durant les premières années de vie, tant sur le plan visuel que sur le développement cognitif et social de l’enfant.
La théorie métabolique est loin d’être la seule explication au déclenchement de l’Alzheimer. Certains soutiennent plutôt qu’une origine auto-immune, inflammatoire, ou même infectieuse serait en cause. (Shutterstock)

Non, l’Alzheimer n’est pas un type de diabète

L’Alzheimer est considérée par des scientifiques comme un nouveau type de diabète localisé au niveau du cerveau, nommé diabète de type 3. Il faut se méfier de cette appellation !
Un exemple d'ordinateur puissant, petit, efficace : le cerveau d'une souris. Ici, un cortex en microscopie confocale. Zeiss Microscopy, Flickr

Le neuromorphisme, ou comment créer des ordinateurs plus puissants en s’inspirant du cerveau

En utilisant le « spin », une propriété quantique de la matière, on peut imiter le comportement des neurones.
L'activité de millions de neurones est intégrée et traitée dans le cerveau. Ici, le lobe optique du cerveau d'une drosophile vu en microscopie optique. J. Luo, C.H. Lee, Eunice Kennedy Shriver National Institute for Child Health and Human Development, NIH Image Gallery, Flickr

La symphonie des neurones ou les mathématiques du cerveau

Comment les neurones se coordonnent-ils pour donner sa puissance au cerveau ?
L’épilepsie se caractéristique principalement par la présence apparemment spontanée et récurrente de crises, souvent déclenchées par le stress ou un stimuli visuel. (Shutterstock)

Ce que l’épilepsie nous enseigne sur la diversité et la résilience

Les neurones situés dans les régions du cerveau responsables du déclenchement des crises d’épilepsie sont beaucoup moins diversifiés que les neurones des régions non responsables de celles-ci.
En prélevant un petit morceau de peau, il est possible de laisser pousser les cellules qui s’y trouvent dans une boîte pétri et de les transformer en neurones en environ un mois. (Camille Pernegre)

Des cellules humaines pour remplacer les rats de laboratoire

Les cultures cellulaires semblent prometteuses pour représenter les maladies. La boîte de Petri ne diffère pas autant d’une personne malade que l’on pourrait croire.
Une personne peut avoir plusieurs milliers de pensées par jour, dont beaucoup peuvent être classées comme spontanées ou involontaires. (Shutterstock)

D’où viennent nos pensées spontanées ?

Les émotions jouent un rôle clé dans de nombreux types de pensées spontanées. Même les microémotions, souvent éphémères et inconscientes, peuvent affecter les pensées et influencer l’attention.
Les levures Saccharomyces cerevisiae, ici en cours de division, sont capables de transmettre ou non des éléments de leur mémoire à leur descendance selon la présence de barrière empêchant leur diffusion (en vert, la septine est impliquée dans la constitution de ces barrières). Ultrabem.com/Flickr

Les mnemons : quand la mémoire passe par les protéines prions

Les cellules ont de la mémoire… qui pourrait reposer sur des protéines particulières : les « mnemons ». Ce mécanisme, identifié chez la levure, pourrait expliquer des maladies neurodégénératives.
L'artiste Neil Harbisson (ici en 2012) se définit comme cyborg : l'antenne sur son crâne lui permet de capter les couleurs sous forme de sons. Flávia de Quadros/indicefoto.com

« Un monde nouveau » : écoutez l’émission sur les fantasmes autour du cerveau amélioré

À travers une série d’articles, nos auteurs reviennent sur les fantasmes qui entourent l’amélioration de nos capacités cognitives. On ne peut (pas) encore faire n’importe quoi avec notre cerveau.
Elon Musk lors de la présentation du Tesla Cybertruck, en novembre 2019. Connu pour ses activités dans les domaines automobile et spatial, l’excentrique milliardaire s’intéresse aussi au cerveau. Frederic J. Brown / AFP

Elon Musk, le singe et les trois cochons : une fable transhumaniste ?

Les interfaces cerveau-machine visent aujourd'hui à réparer les corps. Mais demain ? Que penser des produits tels que ceux développés par Neuralink, la start-up cofondée par Elon Musk ?
Les raisons pour lesquelles les adolescents consomment de l’alcool sont multiples, et certaines ont trait au fonctionnement de leur cerveau. Shutterstock / Rawpixel.com

Quels sont les facteurs qui prédisposent certains adolescents à l’alcoolisme ?

À l’adolescence, certains jeunes développent des comportements qui les rendent susceptibles à l’alcoolisme. Un risque qui dépend de facteurs psychologiques, génétiques et épigénétiques.

Top contributors

More