Emploi : les jeunes n’ont que leurs talents à offrir !

Les jeunes face au monde de l'emploi. Denis Charlet/AFP

Dans une conjoncture en mutation les jeunes sont de plus en plus formés, informés, conformés… voire transformés.

Entre les milliers d’applications sur leur smartphone, des informations à glaner sur Internet, les échanges sur les réseaux virtuels, les tutoriels en tout genre, rien ne peut échapper à un jeune, futur diplômé, grâce au digital.

Rien sauf : un emploi, un job, une activité, une opportunité de se lancer sur un projet d’entreprise, une start-up nouvelle génération.

Rejetés et incompris

Un jeune sur cinq ne parvient pas à s’imaginer en situation d’espoir quant à son intégration dans le monde du travail.

En effet, les jeunes ont pour la plupart le sentiment d’être rejetés et incompris comme futurs professionnels.

Le monde de l’entreprise change et se numérise. Aussi, les jeunes sont repoussés par manque d’expérience qu’ils se doivent d’acquérir empiriquement sur le terrain.

Être jeunes diplômés et professionnels dans le même temps… Comment peuvent-ils valoriser l’expérience qu’ils ont mais qu’ils n’ont pas. Alors que le monde du digital leur appartient déjà ?

Eux seuls savent bien ce que sera l’entreprise de demain. Leur expérience des nouveaux comportements digitaux est la seule, réelle et sérieuse du monde économique en mutation qui puise ses ressources au sein des nouvelles envies des consommateurs qu’ils sont, de fait.

Savoir en mutation

De plus, le monde des anciens, qui les rejette tant, pense savoir mais ne sait pas ce dont sera fait demain. À l’heure actuelle, les connaissances dispensées sont forgées sur des réalités construites sur une société datant du XXe siècle. Le savoir des jeunes est déjà, lui aussi en mutation. Donc, le savoir des anciens, l’est bien plus encore…

Les jeunes générations comprennent plus que quiconque la révolution numérique. Leur forme de pensée est déjà construite sur de nouveaux raisonnements qu’eux seuls, sont à même de percevoir au quotidien.

Communauté de travail, réunion de compétences, partages de locaux, bars connectés pour profiter d’un moment de convivialité sont déjà des comportements innovants quant au monde professionnel transformé lui aussi par le digital.

Ainsi, pour que les jeunes parviennent à faire valoir leurs talents, il est question pour eux de prouver leur capacité à mettre en œuvre leurs connaissances, valoriser leurs acquis et affirmer leur efficacité en entreprise. Transcender leurs ressentis du monde nouveau grâce à une vision stratégique d’un futur monde professionnel, déjà présent, c’est bien là le défi.

Exposer la vision du futur

Les jeunes doivent faire la preuve de leur savoir-faire, être à même de s’insérer dans un monde à la fois ancien et nouveau et exposer leur vision du futur aux anciens qui peinent à se mettre en marche vers un futur proche leur paraissant inaccessible.

Les jeunes ne peuvent donc chercher un emploi qui n’existe pas encore puisque la plupart des métiers de demain sont en définition. Ils se doivent donc d’être offreurs et demandeurs.

Difficile lorsqu’on a 20 ans ! Repenser les bases de l’économie, créer les grandes entreprises qui seront les majors des années 2030 et offrir leurs talents tout en étant demandeurs de rien.

Les jeunes ne sont pas demandeurs d’emploi, en fait, ils sont offreurs de talents !