Napoléon ou quand la chance et l’intuition deviennent des outils d'aide à la décision

Napoléon à Wagram par Joseph Chabord. Wikimedia

« Il (elle) est né(e) sous une bonne étoile » est sans doute une expression que tout à chacun aura entendu. Si elle fait référence à l’individu à qui tout semble réussir, souvent « protégé » et « épargné » des vicissitudes que peut réserver la vie privée comme professionnelle, ne nous fions pas aux apparences. En effet, ce « chanceux » a développé, consciemment ou inconsciemment, une véritable intelligence de situation que l’on retrouvera chez certains managers « charismatiques ».

Le hasard ou la chance, des actions divines ?

Tout porte donc à croire que le hasard s’apparenterait plutôt au destin, forme de fatalité écrite et qui doit se réaliser telle la moïra de la Grèce Antique qui défend l’idée d’une prédestination fixée aux hommes par les dieux. Pourtant c’est tout l’inverse, il n’est qu’imprévu(s) et incertitude(s). C’est du reste l’idée que l’on retrouve dans son étymologie qui est tirée de l’arabe al-zahr, « les dés ». Les anglais vont même jusqu’à l’associer aux mots « risque », « péril » voire « danger ».

Mais on retrouve, également, dans la langue de Shakespeare, « hazard » traduit par « chance » ce qui renforce l’idée que nous pouvons tout à fait « titiller », « provoquer » et « risquer la chance » et que le risque zéro en détruirait l’action. Pour Churchill elle n’existe pas, alors que pour Louis Pasteur elle « ne sourit qu’aux esprits bien préparés ». Mais tous deux s’accordent sur le fait que la chance serait tout simplement l’attention portée aux détails et la disposition dans laquelle on placerait son esprit.

Cependant, inutile de nous voiler la face car ces manifestations indomptables nous permettent surtout de nommer ce qui nous dépasse et que nous ne pouvons nous expliquer. Et c’est certainement la raison pour laquelle Dieu y est très souvent associé. Relisons Pascal pour qui « le hasard est au cœur même de la pensée humaine », et le cœur, au sens pascalien, est bien plus qu’un muscle. Il est la profondeur, l’intimité de notre être véritable et incarne l’âme en action. Il est la capacité de jaillissement et de lui procèdent nos connaissances les plus intuitives. Mais il est avant tout le lieu unique de la rencontre avec Dieu.

Intrigant lorsque l’on se prend au jeu de s’intéresser aux serviteurs de Dieu, aux scientifiques, artistes ou écrivains, que de constater que les plus grands ont systématiquement fait un lien entre le hasard (ou la chance) et Dieu.

Ainsi, pour Théophile Gauthier, dans La Croix de Berny, « Le hasard, c’est peut-être le pseudonyme de Dieu quand il ne veut pas signer », une forme de destin qu’il faut laisser agir, « car il sait mieux que vous ce qu’il faut ». Pour Albert Einstein, « Le hasard, c’est le déguisement que prend Dieu pour voyager incognito », pour Hector Berlioz il est « un dieu inconnu, qui joue un si grand rôle dans sa vie ».

Pour Haïm Korsia, en hébreu « hasard » se dit מקרה (miqré) dans lequel on retrouve le mot Dieu. Pour le Grand rabbin de France, c’est aussi une manière de faire comprendre que celui qui se « fait petit et humble » laisse la place à ce qui peut survenir à ce qui est inattendu… à Dieu dans son cas.

Être là au bon moment, cela se prépare

Pour rester dans le registre religieux, arrêtons-nous sur l’épisode de l’Exode (Chap. 14, versets 20 et 22) où la mer Rouge s’écarte devant Moïse et son peuple. Ce mythe fondateur relève-t-il du hasard, de la chance, de l’action divine ou répond-il tout simplement à une explication scientifique comme ont pu l’avancer Carl Drews et Weiqing Han, chercheurs à l’Université du Colorado en 2010 ?

Si la question reste entière et dépend des croyances de chacun, les faits sont là. Et quoi que l’on en dise, on ne peut que noter une flagrante coïncidence entre deux actions sans causalité apparente : l’ouverture des eaux et la présence du peuple conduit par le premier des prophètes du judaïsme. Mais ce qui est encore plus intéressant, c’est que cette occurrence fait sens car elle marque la victoire de Moïse et la destruction de l’armée de Pharaon ainsi que le début d’un long périple vers le mont Sinaï, où Moïse recevra de Dieu le Décalogue, ce que Carl Gustav Yung nomme synchronicité

Autre exemple, en matière de synchronicité, que bon nombre d’entre-nous connaissent bien. C’est Tintin et son éclipse salvatrice dans le Temple du Soleil. Sans avoir prêté une attention particulière à un vulgaire « bout de papier journal », les aventures du héros des 7 à 77 ans se seraient arrêtées net sur le bûcher préparé par les Incas pour l’occasion.

Tintin et le Temple du Soleil, une illustration de la synchronicité.

« Mais être là au bon moment », ce que nos amis britanniques appellent le « happenstance », n’est pas donné à tout le monde et demande un long travail préparatoire conscient et/ou inconscient. Et c’est à Kammerer que l’on doit les premières observations des coïncidences. Pour le biologiste, il est essentiel de les comptabiliser tout comme de prêter attention au monde qui nous entoure.

Cette attitude nous permettrait de « cerner précisément les besoins » et nous amènerait à être beaucoup plus disponibles et ouverts aux innombrables interactions possibles. Ainsi, les lois des séries, qu’elles soient positives ou négatives deviennent beaucoup moins « hasardeuses » qu’elles n’y paraissaient. Elles seraient la résultante de nos comportements, des postures adoptées comme de nos choix. Mais surtout de notre capacité à capter et tenir compte des signaux émis par notre environnement. L’adage « jamais deux sans trois » trouve là une explication rationnelle.

L’intuition, cette voix intérieure qui nous guide

Ceci nous amène naturellement à la question de l’intuition. Certains vont la suivre et d’autres la refouler sans doute par peur de l’irrationnel. Pour le psychiatre suisse Jung plus on accepte sans explication rationnelle systématique, ces “hasards nécessaires, intelligents et porteurs de sens”, que sont les _coïncidences, plus notre intuition se développe et s’affine.

En réalité, si l’intuition appartient au sensible, elle n’est en rien une « pensée magique ». Pour Régine Zékri-Hurstel, nous devons plutôt la considérer comme un « inconscient d’adaptation ». La neurologue considère qu’elle appartient également au domaine du sensoriel dans la mesure où il s’agirait « d’un ensemble d’informations que notre cerveau capte et stocke sans qu’elles ne parviennent à notre conscient ».

En fait, depuis notre plus tendre enfance, nous nous construisons une véritable base de données sensorielles, en permanente évolution, et dans laquelle nous puisons pour prendre nos décisions. Et à la chercheuse de souligner que, « les plus intuitifs sont ceux qui ont le mieux développé leurs qualités sensorielles ». Ils savent ainsi utiliser au mieux leur émotion, élément essentiel dans la capacité intuitive. Cette même capacité intuitive qui doit nous permettre d’imaginer des réponses pertinentes et rapides, même si elles peuvent sembler en décalage avec les normes du moment. C’est à ce prix que l’on peut faire face à la gestion de l’exception et favoriser l’innovation dans la recherche de solution.

Aller à l’autre passe par la connaissance de soi

Pour Guy Lazorthes, la connaissance de soi-même est une étape fondamentale car « elle éclaire tout homme sur ce qu’il est et ce qu’il peut, elle le sauve des illusions souvent funestes qu’il se fait sur lui-même ».

On comprend donc qu’avant de chercher l’ouverture, qu’elle soit à l’autre ou de l’esprit il est incontournable de se créer une identité propre qui évoluera tout au long de la vie.

Cela ne relève pas de l’innée et la construction identitaire individuelle débute au sein de la famille. Ensuite, l’école prendra le relais pour qu’il se dote d’une identité collective. C’est dans cet espace sacralisé que sont censées naître les interactions avec les autres. Malheureusement, le triste constat de l’éclatement de la cellule familiale, le lieu d’étude ou d’habitat tout comme la possibilité et la facilité d’accéder, lorsqu’ils existent, aux réseaux professionnels et personnels des parents, sont autant de paramètres viennent perturber les processus vertueux mis en place. Nous devons admettre qu’ils ne nous ne placent pas tous au même niveau d’égalité à cette étape cruciale de la construction et les disparités à l’arrivée peuvent être très marquées et prépondérantes dans les choix de vie de chacun.

Quant à l’école où doivent s’opérer les processus de socialisation ainsi que la définition des différents rôles à tenir au sein de la Cité, on dénote une fâcheuse tendance à montrer un monde idyllique qui ne correspond plus aux réalités et une obstination à utiliser des méthodes pédagogiques qui ne répondent plus à l’environnement.

Dès la maternelle, on développe plus, chez nos enfants, l’esprit de compétition que celui de la coopération dont ils auront davantage besoin ultérieurement dans leurs vies personnelle et professionnelle. Cela conduit inconsciemment un rejet de l’autre qui, plutôt que d’être considéré comme un potentiel partenaire, devient un « concurrent » qu’il faut « tuer » (symboliquement, bien entendu).

Inutile de préciser qu’il devient difficile de s’écouter dans de telles situations. Surtout quand les outils de communication nous poussent à un individualisme exacerbé.

C’est pourquoi l’école, puis ensuite l’Alma Mater, devraient intégrer comme fil conducteur de leurs projets pédagogiques la construction d’une intelligence de situation, en deux mots développer davantage l’intuition et l’invitation au voyage (au sens propre comme au figuré). N’est-ce pas Saint-Augustin qui rappelait si justement que « le Monde est un livre » ?

Cela se traduit opérationnellement dans les classes par une mise en avant de l’écoute et la capacité, pour les élèves et les étudiants, à se comporter en véritables « éponges », prêtes à accueillir un maximum d’informations et à les traiter avec discernement, lucidité et intuition. En deux mots à transformer l’épistémè, la donnée brute en métis, c’est à dire en ruse, en intelligence.

« Fort bien, mais a-t-il de la chance ? »

C’est sans doute pourquoi, lorsque Napoléon demandait à ses généraux avant de les promouvoir, s’ils avaient de la chance, bon nombre d’entre-nous en sont restés à une lecture relativement simpliste. Celle d’une sélection d’ officiers dotés d’un bon destin.

En réalité il n’en était rien. Napoléon cherchait incontestablement à savoir si ces derniers seraient capables de « faire face » en développant des comportements et attitudes propices à réagir, à saisir les opportunités qui se présenteraient à eux, assurant ainsi la victoire de l’armée impériale.

C’est sans conteste parce qu’il en était doté que Napoléon a élevé la chance et l’intuition au rang de compétences dans les processus de recrutement de ses officiers. Il a su intégrer l’irrationnel dans sa doctrine ce qui l’a conduit, même en matière de ressources humaines, à être l’avant-gardiste qu’il a toujours été dans d’autres domaines.

Le matin de la bataille d’Austerlitz, il a une connaissance parfaite de la topographie, a analysé tous les mouvements ennemis et a lu les ouvrages des plus grands stratèges. Mais c’est sans doute sa capacité à faire preuve d’humilité laissant ainsi le champ libre à son intuition, qui a fait de lui le chef de guerre que l’on reconnaît même chez ses pires ennemis.

Du reste, pour l’historien Bruno Colson,

« L’intuition de Napoléon n’est pas fondée sur l’excès de confiance en soi d’un “grand homme” mais sur une forme d’humilité où il tient compte de l’expérience d’autrui… »

CQFD.

Expert Database

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 54,400 academics and researchers from 2,115 institutions.

Register now