Vidéo : l'argent du football, les vraies règles du jeu

Pierre Rondeau interrogé par Mathias Thépot de Xerfi Canal.
Entretien avec Pierre Rondeau dans les studios de Xerfi Canal.

Interview autour de l’article de Pierre Rondeau publié sur The Conversation France «Six questions pour comprendre l’évolution du prix des joueurs de foot»

Au-delà de la question de l’inflation, la hausse des prix des joueurs est multifactorielle. Premièrement, la mondialisation et l’internationalisation du foot ont provoqué une augmentation considérable de la valeur des droits TV : 1,3 milliard d’euros en Angleterre, 1 milliard en Espagne, 945 millions en Italie, 748 en France, etc. Des sommes deux à trois supérieures à l’époque de Zidane. Les clubs, dont leur budget dépend à 60 % en moyenne de ces droits TV, se sont enrichis et ont eu les moyens de dépenser plus.

Ensuite, cette même mondialisation et inflation des droits a attiré de nouveaux investisseurs étrangers, les « sugar daddies ». Ces derniers, Russes, Chinois, Qataris, Émiratis, etc., ont injecté énormément d’argent, d’abord dans un but symbolique avant lucratif, et soutenu les budgets de leur club respectif.

Puis, toujours à travers la mondialisation, le nombre de fans a augmenté, ce qui a permis une hausse considérable des recettes. Plus de fans à travers le monde, c’est plus de vente de maillot, de goodies, de places, de billets, etc. donc c’est plus d’argent pour acheter.

Enfin, le fameux fair-play financier, contrairement à ce qu’on aurait pu penser, a permis une rationalisation de la gestion des clubs. Obligés de faire attention à leur dépense, ils ont appliqué du cost killing et ont rationalisé leur comptabilité, moins de dépenses absurdes et une meilleure recherche de profit, via des partenariats régionaux et locaux, pour pouvoir gagner plus et donc dépenser plus.