A New York, les minorités invisibilisées s’affichent au musée

Dans le cadre de l’“ICP Project”, les photos sont projetées la nuit, sur la façade du musée. JD Hall / ICP Project

Quand un des plus grands musées de photographie des États-Unis – l’ International Center of Photography Museum (ICP) – décide de sélectionner à l’international une dizaine de jeunes artistes méconnu-e-s pour leur offrir un espace d’expression, il nous offre une belle leçon d’audace et d’humilité.

Le projet #ICPprojected, lancé cette année, consiste à projeter sur la façade de ce musée une série de photographies exprimant le pluralisme de nos sociétés et contribuant activement à alimenter la mémoire collective du XXIe siècle. L’objectif de cette démarche – initiée par le photographe et écrivain Wesley Verhoeve – consiste donc notamment à mettre l’accent sur des jeunes talents qui explorent les codes sociaux pour montrer tous ceux et celles que l’on ne veut pas ou ne peut pas entendre, comme le fait une des jeunes photographes sélectionnées Jade Cervetti, à travers sa série « Queer ».

Conteuse visuelle, Jade Cervetti a été sélectionnée pour mettre en lumière son engagement social envers les minorités invisibilisées. New York lui offre sa première exposition internationale, reconnaissance d’un travail ethnographique portant sur la photographie queer dont le visuel intitulé “The Unheard”.

L’artiste met l’accent sur des schémas à l’opposé, précise-t-elle « des consensus hétéronormatifs qui conduiraient les Hommes à vivre de manière cisgenre, conformes à leurs sexes biologiques et aux normes hétérosexuelles » pour expliquer que les identités sont loin d’être binaires comme l’ont démontré les études de genre (« Gender studies ») en France et à l’international, menées notamment par Judith Butler et Monique Wittig.

Rencontre en face à face

Pour les publics, visiteurs avertis ou simples noctambules découvrant la photographie géante éclairée sur la façade du Musée, la stratégie de socialisation fonctionne comme une rencontre en face à face, semblable à une rencontre ethnographique, comme une invitation à la réflexion. Ici, la démarche de l’ICP s’inscrit donc dans un contexte d’ouverture de réflexion, de combat pacifique revendicateur de droits et d’égalités tels le mouvement LGBT(QI++)

En encourageant l’émancipation de codes normatifs individuelles ou collectives et la mise en avant de celles et ceux qui sont habituellement invisibles, le musée favorise potentiellement le changement social pour ainsi favoriser une forme d’empowerment’, une autonomisation psychologique sur cette pensée de la différence.

Dualités

Pour appuyer son récit visuel, le travail de Jade Cervetti échappe à la scénographie habituelle : il est à la fois exposé dans le cadre conventionnel du musée, sur un écran numérique, témoin technologique de notre siècle, soumis à l’analyse critique des visiteurs, mais aussi « projeté » – le titre de cette exposition s’intitule rappelons-le « Projected » (Projeté-e) – à la fermeture du Musée en signe de résistance performative et de déconstruction sociale. Hors donc la convention des murs et les diktats horaires, la photographie accroche le regard de ceux qui passent sur les trottoirs, lieux de croisements, d’échanges et de rencontres au cœur des normes sociétales et de l’hétéronormativité.

The Unheard. Jade Cervetti, Author provided

Ainsi, dans la photographie intitulée « The Unheard », l’unique personnage au centre de la photographie, prisonnier de l’image qui l’exploite, peut- « iel » interpeller dans le silence de la nuit, la notion de travestissement performatif par son visage et son corps auxquels la photographe refuse une dénomination genrée.

Tel le miroir des paradoxes de nos sociétés, le drapé doré que porte le modèle photographié se présente en antithèse du stéréotype masculin. Luttant contre « la valence différentielle des sexes » sous la symbolique d’un ange ouvrant une de ses ailes, « iel » nous guide vers une déconstruction mentale à mener. Cette couleur qui se rapporte à l’or et qui devient donc riche de sens, peut alors même illuminer la personne à laquelle le sujet s’impose comme pour l’aider à éclairer ses traditionnelles et sombres pensées pour éclairer l’avenir des invisibilisé-e-s. À moins que ce drapé doré ne soit le reflet de la lumière de la Statue de la Liberté semblable à une référence subliminale du sujet exposé comme symbole sémiologique éternel de cette mégalopole nommée New York.

Ce que Jade Cervetti nomme donc la « transgression sous-jacente de la subversion » (2017), se rencontre dans le côté subversif et subculturel de cette représentation d’une autre réalité exposée de jour comme de nuit, à observer librement et avec patience sous tous les angles, même si l’on peut aussi considérer que cette photographie met en scène une forme de soumission, avec le collier doré et tendre qui enserre le cou du personnage aux lèvres ouvertes, qui semble se livrer au spectateur d’un monde fragilisé par des cultures dominantes.

Avec #ICPprojected, les personnes invisibilisées qui peuvent catalyser les changements sociaux sont représentées. Et il faut souligner l’intérêt de ce grand musée nord-américain qui, en mettant à l’honneur une jeune femme européenne photographe, native digitale, dans la programmation d’une de ses expositions, entre dans un processus d’acculturation par la transformation de normes et de valeur alors que la politique actuelle des États-Unis tend se concentrer en ce moment sur une vision plus binaire laissant peu de place à l’expression des différences.

Jade Cervetti nous donne donc à voir et à penser une culture non genrée visuelle et offre, comme l’entendait l’anthropologue Marcel Mauss, dans un don sans restriction, un sens à ce message adressé au nom des communautés silencieuses. Elle exprime la nécessité pour certaines de nos sociétés de dépasser leurs primitivités, d’aller outre leurs conceptions sommaires, pour recréer une permanence du lien social sur les trottoirs de New York et d’ailleurs, de jour comme de nuit, pour une meilleure compréhension de ceux et celles qui sont invisibles. Tout à son mérite.


Exposition « ICP Projected », International Center of Photography, 250 Bowery, New-York. USA. Jade Cervetti, du 24 au 30 Juillet 2018 – Projection : le jour à l’intérieur et la nuit sur les façades.

Become a friend of The Conversation with a tax-deductible contribution today.