Image 20160930 6248 18xjl17.jpg?ixlib=rb 1.1

Comment l’archéologie high-tech transforme notre vision de l’histoire

EPA

Comment l’archéologie high-tech transforme notre vision de l’histoire

Une découverte récente pourrait bien transformer radicalement notre perception de l’un des sites archéologiques les plus célèbres au monde, le tombeau de Toutankhamon. En avril dernier, des scans du complexe funéraire de la vallée des Rois ont révélé la présence potentielle d’autres chambres encore intactes à l’intérieur du tombeau – avec peut-être, parmi ces pièces, le tombeau de la reine Néfertiti, ce qui serait une découverte majeure, alors que la tombe de Toutankhamon est étudiée sous toutes les coutures depuis presque 100 ans.

Pour certains spécialistes, la reine – morte vers 1330 av. J.-C. – a été enterrée dans une chambre secrète du tombeau de son beau-fils, Toutankhamon (tombeau connu des experts sous le nom de KV62) tandis que d’autres restent dubitatifs quant à cette hypothèse.

Néfertiti est une figure centrale pour les égyptologues. Avec son époux, Akhenaton, elle a initié une révolution religieuse et peut-être même brièvement dirigé le pays après sa mort. Nous en savons très peu à son sujet, et ses restes n’ont jamais été retrouvés.

La découverte de cette tombe serait donc déterminante pour mieux connaître une période critique de l’histoire de l’Égypte ancienne et pourrait bien changer notre vision de la reine, de son importance et de son pouvoir. Nicholas Reeves, qui dirige cette recherche, a employé la technologie du radar géologique (RPS) pour chercher des antichambres cachées, dont les proportions permettent de penser qu’elles pourraient abriter les restes de Néfertiti.

Un radar géologique. University of Southampton, Author provided

Archéologie souterraine

Depuis les années 1970, le tombeau de Toutankhamon est sondé grâce une batterie de techniques d’investigation géophysique. Le RPS envoie des ondes électromagnétiques à travers la matière et mesure le temps qu’elles mettent avant d’être renvoyées par les différents éléments qu’elles rencontrent. La vitesse de réflexion diffère en fonction des matériaux, ce qui permet de bâtir une cartographie 3D de la structure dans son ensemble. Pour KV62, la carte dévoile des espaces vides entre les murs de la tombe, qui pourraient correspondre à des antichambres secrètes.

Bien sûr, ce type d’investigation suscite de grands espoirs que les découvertes archéologiques ultérieures ne confirment pas toujours. Les données recueillies peuvent être en effet interprétées de différentes manières. Par exemple, des fissures dans la roche peuvent produire la même réponse qu’une chambre secrète. En outre, scanner les murs d’une chambre, soit un espace relativement petit, ne permet pas toujours de placer les résultats dans un contexte plus large.

C’est en rassemblant un large spectre de données que nous pouvons construire peu à peu une image plus claire de l’histoire d’un site. Bien que ses résultats ne soient pas aussi spectaculaires que la découverte d’une tombe oubliée, la technologie dévoile peu à peu les réalités d’un site et peut directement ou indirectement modifier nos croyances sur sa géographie et sur les personnes qui l’habitaient.

D’autres techniques géophysiques sont utilisées pour étudier des sites plus ouverts ou des paysages. La magnétométrie permet de mesurer les variations du champ magnétique terrestre causées par différentes sortes de matériel archéologique enfoui (poteries, tuiles, briques ou fossés comblés). La mesure de résistivité du sol permet, elle, de voir si le courant électrique passe facilement dans la terre. Les gravats, les murs, les pavés opposent une haute résistivité au courant, tandis que les fossés et les espaces vides lui opposent une faible résistivité.

Un paysage caché. Stonehenge Hidden Landscape Project LBIArchPRO

Révéler le vrai Stonehenge

Sur le site de Stonehenge, par exemple, l’utilisation de ces techniques a complètement transformé la façon dont nous envisagions la géographie des lieux et les rites des sociétés néolithiques.

L’investigation géophysique a révélé des centaines d’éléments archéologiques, dont 17 monuments funéraires ou rituels de grande importance. Pour la première fois, les archéologues ont été en mesure de cartographier chaque monument enseveli, y compris les alignements de pierre, les tumulus, les puits et les fossés. Nous savons désormais comment le paysage rituel était organisé : les monuments repérés révèlent par exemple des alignements astronomiques qui étaient jusque-là partiellement identifiés ou inconnus.

Sur le site d’Ostie (Ostia Antica), le port de la Rome antique, l’investigation géophysique a également transformé de fond en comble notre vision de la ville antique et de son port. Entre 2008 et 2011, une recherche au magnétomètre sur la zone comprise entre Portus et Ostie a révélé la présence d’entrepôts et de structures afférentes.

Ces bâtiments étaient ceints d’une muraille défensive, et la cartographie 3D dévoile que la ville ancienne s’étendait en réalité sur les deux rives du Tibre. Cette découverte a changé les dimensions supposées de la ville antique et modifié le précédent plan du port. On suppose désormais que la ville servait essentiellement à entreposer des marchandises, et qu’Ostie a été un port encore plus important que nous ne le croyions.

Sarum révélée. University of Southampton, Author provided

Une autre enquête en cours sur le site d’Old Sarum, en Angleterre (Wiltshire) permet d’explorer les alentours des vestiges du fort de l’âge de fer et de la ville du Moyen Âge. Grâce au RPS, à la magnétométrie et à la résistivité terrestre, on a pu détecter une grande quantité d’éléments bâtis datant de l’époque romane et du Moyen Âge. Des recherches menées en 2016 prouvent entre autres que le site a été investi par une colonie saxonne tardive.

Toutes ces découvertes tendent à prouver que les technologies géophysiques ont un rôle immense à jouer en archéologie, à la fois pour investiguer les sites et les paysages, mais aussi pour enquêter sur de plus petits éléments, tels que des bâtiments ou des tombeaux. Mais pour comprendre le rôle que ces technologies peuvent jouer dans l’exploration du passé de l’humanité, nous devons être capables de penser l’archéologie au-delà de ses aspects les plus sensationnels.

This article was originally published in English