File 20170606 3707 1vxm91e.png?ixlib=rb 1.1

Emploi en France : les gagnants et les perdants de la mondialisation

Emplois et mondialisation. Auteurs

Emploi en France : les gagnants et les perdants de la mondialisation

Aujourd’hui, quatrième et dernier volet de notre série data sur Territoires, emploi et mondialisation. L’emploi exposé à la concurrence internationale recule dans la plupart des territoires, mais les emplois dits abrités le sont-ils réellement ?

Les emplois exposés progressent dans l’Ouest et le Sud

Evolution de l’emploi salarié exposé entre 2004 et 2013. Source : Insee, Connaissance locale de l’appareil productif.

Sur la période 2004-2013, seuls 29 % des zones d’emplois ont vu progresser leur nombre d’emplois exposés à la mondialisation. Il s’agit essentiellement des zones où l’emploi dans les services exposés est suffisamment dynamique pour compenser la désindustrialisation. A savoir, quelques métropoles (Nantes, Bordeaux, Toulouse, et Montpellier), et plus généralement la façade ouest et le pourtour méditerranéen.

Les emplois « abrités » sous influence de la mondialisation

Evolution de l’emploi abrité entre 2004 et 2013. Source : Insee, Connaissance locale de l’appareil productif.

L’emploi « abrité », c’est-à-dire non directement exposé à la mondialisation, progresse quant à lui dans la majeure partie du territoire, en particulier dans les métropoles. On peut identifier trois grandes zones dynamiques : le littoral atlantique, le littoral méditerranéen, et l’ancienne région Rhône-Alpes. Ces zones sont très prisées pour la qualité de vie qu’elles offrent.

On remarque que les territoires où l’emploi abrité a reculé (Centre-Val de Loire, Grand-Est) sont généralement aussi frappés par de nombreuses destructions d’emplois exposés.

Nous avons cherché à identifier un lien causal entre la variation de l’emploi exposé et celle de l’emploi abrité. Nous avons ainsi estimé que, sur la période 2004-2013, lorsque 100 emplois exposés apparaissent ou disparaissaient dans une zone d’emploi, 64 emplois abrités supplémentaires étaient créés ou détruits au sein de cette même zone. Les effets de la mondialisation s’étendent donc de manière indirecte et extrêmement localisée aux emplois abrités (1).


(1) Frocrain, P., et Giraud, P.N. (2017) : « The Evolution of Tradable and Non-tradable Employment : Evidence from France. Notons que nous faisons ici l’hypothèse que le multiplicateur d’emploi est symétrique.