La France en marche sur les nouvelles routes de la soie ?

Le président Emmanuel Macron se rend en Chine du 8 au 10 janvier et devrait renforcer les liens commerciaux de la France avec le géant asiatique. Il. avait rencontré son homologue chinois Xi Jinping une première fois durant le sommet du G20 à Hambourg le 8 juillet 2017. Ian Langsdon/AFP

À l’occasion de la visite du président Macron en Chine du 8 au 10 janvier, les relations entre la Chine et la France pourraient connaître un nouveau tournant.

Le président français devra préciser sa politique asiatique, plus précisément chinoise, alors que la Chine, sortie de sa diplomatie du « profil bas » s’est dotée d’une stratégie globale ambitieuse : tracer et contrôler les Nouvelles Routes de la Soie (NRS), version contemporaine des anciennes routes commerciales et véritable plan « Marshall » financé à hauteur de 800 à 1 000 milliards de dollars. Ce projet vise à redessiner le monde en fonction des intérêts chinois, un nouveau découpage dont la France espère bien tirer parti.

Or, dans un contexte géopolitique instable en ce début d’année 2018 (crises au Moyen-Orient, incertitudes sécuritaires en Asie, politique étrangère de Trump, situation européenne éclatée, etc.), la Chine attend plus que jamais un appui solide de ses partenaires économiques.

Des liens passionnels

La reconnaissance de la République Populaire de Chine en 1964 par le général de Gaulle est un tournant dans une Europe divisée par la Guerre froide. Dès lors, elle constitue la pierre angulaire des liens franco-chinois après les turbulences de la fin du XIXe et début XXe siècles marqués par les guerres de l’opium, le sac du Palais d’été et le partage de territoires chinois par les puissances occidentales et japonaises.

Annonce officielle du général de Gaulle en 1964, reconnaissant la République populaire de Chine.

Les relations diplomatiques et économiques entre Paris et Pékin se sont ensuite construites dans un cadre original fait de passions plus que de pragmatisme. La Chine tient une place très particulière dans la diplomatie française comme l’illustrent les temps présidentiels successifs suivis de près par les Chinois : Pompidou en visite à Pékin en 1973 malgré sa maladie, le voyage de Giscard d’Estaing en 1980 entre Pékin et Xi’an (centre-nord du pays), Mitterrand sceptique vis-à-vis de Pékin (notamment après la répression et les violences de mai-juin 1989 à Tian’anmen), Chirac inaugurant un partenariat économique dans l’optique de réduire le chômage en France, Sarkozy en pleines turpitudes dans le contexte des JO de 2008, Hollande et le cinquantenaire des relations diplomatiques et enfin Macron qui compte sur ce premier voyage pour renforcer la politique asiatique de la France.

Macron : un nom qui fait saliver les Chinois

Le président Macron jouit d’une certaine popularité en Chine du fait de son âge, de son histoire personnelle, et de son nom, proche de la sucrerie française en chinois…. Mais cela suffira-t-il à séduire la Chine de Xi ?

Pour préparer le terrain, plusieurs ministres ont récemment visité le pays.

Le ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, Jean‑Yves Le Drian s’y est rendu du 24 au 26 novembre 2017 afin de faire avancer plusieurs dossiers bilatéraux et d’échanger avec son homologue Wang Yi sur la préservation du régime de non-prolifération, le programme nucléaire et balistique nord-coréen, la lutte contre le terrorisme ou encore la crise des Rohingyas.

Dans le prolongement de ce rendez-vous de haut niveau, Jean‑Baptiste Lemoyne, secrétaire d’État auprès du ministre du MEAE a rencontré début décembre 2017 Zhang Yesui, vice-ministre des Affaires étrangères de la République lors de la cérémonie de dévoilement du nom du jeune panda du zoo de Beauval à laquelle participait Brigitte Macron.

Brigitte Macron découvre le panda Yuan Meng le 4 décembre à Saint-Aignan-sur-Cher. Son nom signifie « réalisation d’un rêve » : sera-t-il prophétique pour les relations franco-chinoises ? Thibault Camus/AFP

Par ailleurs, entre le 30 novembre et le 2 décembre, Bruno Le Maire a conduit une visite ministérielle dans le cadre d’une opération de diplomatie financière.

Le ministre de l’Économie et des Finances a pu s’entretenir avec Ma Kai, vice-premier ministre et Liu He, membre du Bureau politique du Parti communiste chinois. Ils ont pu aborder les réformes économiques en France et en Chine. L’occasion pour Bruno Le Maire de saisir les transformations de la puissance financière et bancaire chinoise et d’identifier les potentiels risques de krach boursier.

Enfin, avant la fin décembre, Philippe Étienne, « sherpa diplo » du Président de la République, et Yang Jiechi, conseiller d’État chinois, ont tenu la 14ᵉ session du Dialogue stratégique France-Chine, à Pékin.

Le conseiller français a également rencontré Wang Yang, vice-premier ministre chinois, membre du Bureau politique du Parti communiste chinois et membre du comité permanent du 19e Politburo pour peaufiner la visite d’État.

Menu chinois

Après quatre décennies de réformes économiques et de mondialisation de son économie, les Chinois ont su mobiliser avec intelligence une diplomatie de l’accueil d’officiels sur leur territoire, en particulier lorsqu’il s’agit de première visite d’un chef d’État.

Emmanuel Macron devrait rencontrer Xi Jinping le 9 janvier après la visite des « passages obligés », marqueurs de l’appareil diplomatique chinois tels que la Grande Muraille mais aussi la cité antique de Xi’an. Cette visite n’est pas anodine. La cité – dont le nom signifie littéralement la « paix de l’ouest »- est une métropole de l’intérieure importante pour le territoire chinois et fut capitale impériale sous les dynasties Qin (221–210 av. J.-C.), Han (202 av. J.-C.–220) et Tang (618–907).

Aujourd’hui elle joue un rôle majeur comme relais entre les régions riches de la côte et à l’extrémité ouest des routes de la soie.

La cité de Xi’an symbolise les ambitions chinoises passées et futures. Pixabay/XNHZ_681008, CC BY

Ce site historique, carrefour commercial en devenir, symbolise la réussite chinoise mais aussi des ambitions que la France doit évaluer afin de trouver sa place entre les forces et les faiblesses du pays.

Les apports de la France

La France possède de très nombreux atouts et savoir-faire qui pourront servir une Chine en phase de rééquilibrage économique (agro-alimentaire, enseignement/éducation), territorial (transports et énergies) et démographique (santé).

La démographie vieillissante chinoise montre d’énormes besoins (les personnes âgées de plus de 65 ans devraient représenter 25 % de la population en 2050) en encadrement gériatrique (structures, médecine et industrie pharmaceutique).

L’élevage, les semences et la recherche en agronomie pourraient là aussi connaître plus de développement. On compte près de 90 entreprises françaises de ce secteur implantées en Chine et les investissements agricoles chinois en France augmentent considérablement.

L’énergie pourrait se développer via les énergies marines renouvelables, de la géothermie et de la biomasse. Le secteur nucléaire, qui représente un marché important en Chine (prévision de 4 % du mix énergétique chinois en 2030, contre de 2 % en 2015 lors de la COP 21) pourrait notamment faire l’objet d’une nouvelle valorisation.

Sur le champ de l’éducation, dans la continuité du programme des 1 000 stagiaires qui organise un échange de jeunes diplômés ou d’étudiants entre la France et la Chine, la place des jeunes générations est cruciale.

Personnes âgées jouant au mah-jong dans le vieux Shanghai, le 26 décembre. Chandan KHANNA/AFP

Ce sera l’occasion de lever les difficultés de visa pour les étudiants français et d’approfondir la formation de la jeunesse française (langue, culture, codes, ingénierie, fintech, innovation, etc.) à la puissance globale de demain. Le partenariat stratégique global compte près de 30 000 étudiants chinois en France contre 10 à 12 000 étudiants français en Chine.

La France en marche sur les routes de la soie ?

Le déficit commercial de la France n’a en effet cessé de se creuser à mesure de la globalisation chinoise : les 26 milliards d’euros à l’égard de la Chine en 2014 pour le fameux cinquantenaire sont passés à plus de 30 milliards en 2017, et ce malgré la signature sous la présidence Hollande, d’une série de contrats (nucléaire, aéronautique, etc.) totalisant près de 18 milliards d’euros.

Le Président Macron avait déjà rencontré le Président Xi une première fois lors du sommet du G20 à Hambourg en juillet 2017 et avait pu s’entretenir avec le vice-premier ministre Ma Kai le 12 décembre dernier lors du One Planet Summit à Paris, stimulant ainsi les efforts contre le réchauffement climatique et la transition énergétique.

Au cours de ces rencontres, les intentions chinoises étaient déjà claires. La politique étrangère de Pékin se confond désormais avec le projet des Nouvelles Routes de la Soie initié par Xi Jinping en 2013 à Astana.

Au cœur de ce schéma stratégique se trouve l’idée d’une connexion entre la Chine et l’Europe via les immensités centre-asiatique, russe et moyen-orientale.

Or, alors même que la situation de l’Allemagne semble bloquée par les incertitudes de politique intérieure, le gouvernement Xi appelle de ses vœux à une France leader de l’Union européenne pour favoriser les échanges entre la Chine et l’Europe.

Pour la France, les nombreux accords commerciaux importants avec Pékin pourraient aussi trouver un nouveau souffle grâce à ces routes et les acteurs économiques eurasiatiques clefs qui les accompagnent.

Rencontre entre les dirigeants de Renault-Nissan (Carlos Ghosn, premier à gauche) et Brilliance Auto (Qi Yumin, troisième à droite) durant la signature d’un projet de joint-venture à Shenyang (nord-est du pays) le 15 décembre. AFP

La tournée asiatique ne s’arrêtera pas là. En février, le premier ministre Édouard Philippe se rendra à son tour en Chine. Emmanuel Macron lui se déplacera en Corée du Sud et au Japon.

Cette opération de séduction des géants asiatiques pourrait bien faire basculer la place de la France dans la région, du moins au niveau économique, en inscrivant durablement les acteurs économiques et diplomatiques français sur les nouvelles routes de la soie, un atout non négligeable pour l’avenir de l’Europe et de la France.