La réinvention de la nation espagnole est-elle encore possible ?

Dans les rues de Barcelone, le jour d'après. Pierre-Philippe Marcou / AFP

Questions de chiffres d’abord. Au-delà du problème de la recevabilité des résultats de la consultation dont les conditions de déroulement sont loin de répondre aux critères de légalité et de tranquillité que requiert ce type de vote, 2,2 millions de Catalans se sont exprimés sur un corps électoral de 5,4 millions d’inscrits – soit environ 42 %. Si 90 % des votes exprimés sont en faveur de l’indépendance, ces résultats semblent confirmer que l’indépendantisme n’a pas la majorité.

Mais il reste des inconnues : que penser des 700 000 bulletins confisqués par la police lors du scrutin ? Quel aurait été le taux de participation à un référendum légal ? Le réflexe légitimiste dans un pays où l’attachement aux institutions locales est beaucoup plus fort que celui aux institutions étatiques peut faire pencher nombre de Catalans vers l’indépendantisme, dès lors qu’ils perçoivent la Généralité et le Parlament en danger.

Les échauffourées de dimanche risquent bien d’avoir consommé une rupture entre l’opinion publique catalane et le reste du pays, offrant de sérieuses chances à l’indépendantisme de remporter la mise. L’erreur du chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, consiste précisément à avoir minoré la profondeur d’un mouvement qui plonge ses racines dans la mobilisation démocratique des classes moyennes, depuis plus de cent ans.

L’internationalisation de la question catalane

Question médiatique ensuite. Les images de policiers matraquant de vieilles dames ne sont généralement pas valorisantes pour un pouvoir en place. Les Européens assistent, consternés, à une scène violente dont ils comprennent mal les tenants et aboutissants, s’interrogeant sur les raisons qui ont pu mener à un tel gâchis. Ces images ont renforcé la tendance victimiste du nationalisme catalan qui présente l’histoire comme celle d’un antagonisme séculaire entre une Catalogne persécutée, d’essence démocratique, et un État espagnol autoritaire par nature.

Il n’empêche qu’elles ont forcé des chefs d’État et l’Union européenne à réagir. Travaillée par une diplomatie espagnole efficace depuis de nombreuses années, l’Union ne s’est pas fait violence à considérer ce conflit comme du ressort de la politique intérieure espagnole, tenue qu’elle est de respecter la souveraineté des États membres. Ceci dit, la réalité régionale de l’Europe, si elle n’a pas de traduction institutionnelle dans l’Union – et pourquoi pas ? – inspire un grand nombre de peuples tels que les Flamands, les Écossais ou les Bavarois.

L’Union et les grands États craignent que le cas catalan s’étende comme une traînée de poudre à d’autres régions d’Europe : c’est méconnaître la nature du nationalisme qui dépend principalement de facteurs internes et n’est pas assimilable à une maladie contagieuse. Même en Espagne, on ne voit pas que les nationalismes basque, galicien ou andalou prennent ce chemin. Le premier, en particulier, en est revenu.

Mais quoi qu’il en soit, les catalanistes sont en passe de réussir à internationaliser la question catalane.

Le verrou du « patriotisme constitutionnel »

Question politique, finalement la plus importante. La perspective de l’indépendance a soulevé un réel enthousiasme au sein d’une partie de la population catalane : un horizon d’émancipation, d’affirmation d’un destin collectif, un espoir d’avenir. Face à cela, le gouvernement espagnol n’offre pas d’alternative, sinon celle d’un respect de la Constitution de 1978, comme si l’histoire s’était arrêtée à un texte que la génération de la Transition démocratique a toujours considéré comme le fruit d’un compromis historique, résolvant les contradictions issues de la guerre civile.

On pourrait s’interroger sur la difficulté de Mariano Rajoy à réfléchir au-delà du cadre strict de la légalité et de l’intervention des forces de l’ordre – ce qui ne constitue pas une réponse politique au défi indépendantiste. Il y a peut-être une part de calcul politique, dans la mesure où son mouvement, le Parti populaire, ne dispose pas de majorité aux Cortes : se poser en champion de l’unité de l’Espagne, c’est satisfaire son électorat qui réclame des sanctions. Est-ce aussi engranger un ample soutien populaire en vue de futures élections législatives ? Calcul dangereux mais plausible.

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, à Madrid, au lendemain du référendum contesté. Javier Soriano/AFP

Mais cette espèce de « patriotisme constitutionnel » qui anime la droite espagnole et rend muette la gauche repose aussi sur une vision figée, voire fétichisée, de la Constitution de 1978. À ses origines, celle-ci était plus généreuse que la lecture que les gouvernements conservateurs ont développée depuis le milieu des années 1990. Le recours de Mariano Rajoy déposé auprès du Tribunal constitutionnel en 2010, qui a mis en sommeil le Statut de la Catalogne pourtant approuvé par les Cortes, le Parlament et ratifié par un référendum populaire, a été vécu en Catalogne comme un déni démocratique. Dès lors, les catalanistes ont considéré que le pacte constitutionnel avait été rompu – d’où leur fuite en avant dans l’illégalité.

Sous le catalanisme, la République

Invoquer aujourd’hui la Constitution de 1978 comme un rempart de la paix civile a peu de chances d’être entendu des nouvelles générations d’Espagnols qui n’ont vécu ni le franquisme ni la Transition. Ces derniers savent combien leurs parents et leurs grands-parents furent paralysés par la crainte d’un retour imminent de la guerre civile, une peur entretenue pour mieux borner l’horizon politique. En gagnant la démocratie, les Espagnols durent avaler la pilule de la monarchie qu’ils avaient reçue en héritage de Franco.

Aujourd’hui, les jeunes générations se débarrassent du fantôme de la guerre civile et envisagent de nouvelles options, telle que la République. L’opinion républicaine qui, il est vrai, n’a de traduction partisane qu’en Catalogne, traverse toute la société espagnole et le vieux rêve d’instauration d’une IIIe République, qu’on dit irréaliste, mine la légitimité de la royauté. À la question de l’indépendance catalane, sous le feu des projecteurs, est liée celle, sous-jacente, du régime que la classe politique n’ose pas poser.

Le président de la Région catalane, Carles Puigdemont, en appelle à une médiation internationale. Lluis Gene/AFP

Au fond, Mariano Rajoy a beau se poser en homme raisonnable ayant dépassé le stade enfantin du nationalisme, son problème demeure bien que le nationalisme espagnol, démonétisé par la dictature, peine aujourd’hui à rassembler en offrant une perspective politique aux Espagnols. Un certain désenchantement démocratique qui n’est pas le propre de l’Espagne est passé par là : le surgissement de Podemos et de Ciudadanos est un autre indice de la crise du système des partis traditionnels et de l’usure du régime issu de la Transition.

Les catalanistes, en revanche, peuvent compter sur les ressorts d’un nationalisme mobilisateur qui propose un horizon démocratique de libération nationale. Ce n’est pas tant que le nationalisme espagnol soit condamné : il a, par le passé, offert de réels espoirs d’émancipation, notamment dans les années 1930 mais aussi dans les années 1980 et 1990. Il doit, par contre, se réinventer, au bénéfice de tous les Espagnols et au premier chef, des Catalans. À moins qu’après le 1er octobre, il ne soit déjà trop tard.