La résurrection vue par la mythologie grecque, la Bible et… « Game of Thrones »

Andrea Mantegna, « La Résurrection », XVᵉ siècle. Louvre

Attention : cet article contient des spoilers sur la saison six de « Game of Thrones ».

La série à succès de HBO a remis au goût du jour le retour d’entre les morts. Si la résurrection semble être chose commune à Westeros – en témoigne la « prêtresse rouge », Melisandre, qui ramène Jon Snow à la vie – que nous enseignent la Bible et la mythologie à ce sujet ? La résurrection était un phénomène plutôt rare à l’époque de Jésus. Et chez les Grecs, braver Hadès était réservé aux héros comme Héraclès ou Protésilas.

« Orphée et Eurydice » d’Auguste Rodin (1893). Metropolitan Museum of Art de New York

Un exemple particulièrement célèbre est celui d’Orphée. Le héros eut l’autorisation de descendre aux Enfers secourir sa bien-aimée Eurydice, en échange d’une promesse à Perséphone, la déesse du monde souterrain : sur le chemin du retour à la vie, il ne devait jamais regarder en arrière. Alors qu’il conduisait la nymphe hors des ténèbres, il se retourna pour l’observer, rompant ainsi sa promesse… Eurydice retomba dans les profondeurs à tout jamais. Ce mythe, très populaire dans l’Antiquité et maintes fois représenté dans les beaux-arts, est encore vivace de nos jours.

Lazare, un mortel devenu immortel ?

À l’image de certains héros antiques, Jésus doit sa résurrection au fait d’être le fils de Dieu. Le retour à la vie ne constituait pas au début du judaïsme une caractéristique essentielle des messies ; il l’est devenu après l’avènement du christianisme. Jésus n’a d’ailleurs dans la Bible pas le monopole de la résurrection et même si l’histoire de Lazare figure uniquement dans l’Évangile selon saint Jean, elle inspire des représentations artistiques depuis deux millénaires.

David Bowie, « Lazare », album Blackstar sorti en 2016.

À Béthanie, Jésus découvre que Lazare, le frère de Marie et de Marthe, est mort depuis quatre jours et déjà enterré. Il affirme à Marthe que « quiconque vit et croit en moi ne mourra jamais » (Jean 11 :26), puis ordonne à Lazare de sortir de sa tombe, vivant mais toujours enveloppé dans son linceul (Jean 11 :43–44).

Un sarcophage sculpté datant du IVe siècle représente Jésus qui relève Lazare (à droite). Montrer Jésus utilisant une baguette pour réaliser des miracles était courant aux premiers siècles du christianisme.“ zoomable="true”/> Certains disciples de Jésus ont semblé croire que Lazare ne mourrait plus jamais après sa résurrection. Le dernier chapitre de l’évangile de Jean, considéré par les spécialistes comme un <a href= Dr Meredith J C Warren
ajout postérieur, indique par exemple que « le bruit courut donc parmi les frères que ce disciple ne mourrait pas » (Jean 21 :21–23). La question est désormais : quelqu’un qui a été ressuscité peut-il mourir à nouveau ? Est-ce que, comme on le pense dans les Îles de Fer de Game of Thrones, « ce qui est mort ne saurait mourir » ?

Renaissances mystiques

Si vous n’avez pas regardé tous les épisodes de la saison six, il est peut-être mieux d’arrêter ici la lecture.

Revenir à la vie n’est pas atypique dans le monde créé par George R.R. Martin. À part le retour spectaculaire de Jon Snow, la saison en cours met en scène les Marcheurs Blancs, armée de cadavres qui menace les Sept Royaumes ; la résurrection frankensteinesque de La Montagne Gregor Clegane par le mestre Qyburn ; la seconde échappée des flammes de Daenerys Targaryen, et la noyade d’Euron Greyjoy, telle un baptême au Dieu Noyé des Îles de Fer. Ce qui est mort ne saurait mourir, en effet.

Du côté de ceux qui redonnent la vie, Melisandre aide Jon Snow à retrouver la sienne ; les prêtres et prêtresses rouges, qui servent le dieu R’hllor, maître de la Lumière, semblent capables de rappeler les morts à leur gré ; le meilleur résurrecteur est probablement Thoros, qui a ramené Béric Dondarrion à six reprises, en priant à chaque fois le maître de la Lumière. Dans A Storm of Swords, troisième livre de la saga du Trône de fer – qui diffère de la série télévisée – Catelyn Stark revient aussi en Lady Cœurdepierre grâce à Béric Dondarrion. Comme Lazare, Jon Snow a péri depuis un bon moment quand il ressuscite.

La résurrection de Jon Snow (saison 6, épisode 2).

Parmi les aspirants au trône de fer, Jon Snow, Daenerys Targaryen et Euron Greyjoy sont tous revenus d’entre les morts. Melisandre et la dernière prêtresse rouge à rejoindre la série, Kinvara, connaissent l’existence d’une prophétie à propos d’un certain « prince qui fut promis ». Melisandre a longtemps cru qu’il s’agissait de Stannis Baratheon, mais voit désormais Jon Snow endosser ce rôle – la mort (permanente) de Stannis l’a chassé de la course, alors que le retour de Jon Snow semble confirmer son éligibilité. Comme nous l’avons appris très récemment, Kinvara pense que la prophétie concerne Daenerys, « l’imbrûlée », qui est revenue d’une mort certaine dans les flammes non pas une, mais deux fois.

Messies 2.0

L’idée d’un sauveur ressuscité, dont le règne préserverait le monde des armées des ténèbres, s’inspire clairement de la tradition chrétienne où le souverain divin triomphe de la mort. Mais d’autres questions restent en suspens : les personnages revenus à la vie peuvent-ils à nouveau mourir ? Ou, par exemple, Jon Snow possédera-t-il désormais des capacités particulières pour contrer les Marcheurs Blancs morts-vivants ?

Plus important encore : la résurrection conditionne-t-elle l’accès au gouvernement des Sept Royaumes ? Et si tel est le cas, les jeunes promis à un bel avenir comme Gendry se retrouveront-ils hors de la course pour de bon ?

Une certitude demeure cependant : la représentation des messies dans la culture actuelle s’appuie sur une longue tradition artistique et religieuse. Et la mort de ce phénomène n’est sûrement pas pour demain.

Traduit de l'anglais par Diane Frances.

This article was originally published in English

Facts matter. Your tax-deductible donation helps deliver fact-based journalism.