Survivre sans publicité ? Un site pirate a peut-être trouvé la solution

Un drapeau pirate, brandi lors de l'ouverture du procès de The Pirate Bay, le 16 février 2009. xm7/Wikimedia Commons

Les sites Internet, on le sait, se financent principalement grâce à la publicité. Et l’industrie, on le sait aussi, est actuellement secouée par une crise. En premier lieu, il y a le fait que Google et Facebook absorbent la plus grande partie des revenus de la publicité numérique. En 2016, ils ont représenté 99 % de la croissance du chiffre d’affaires de la publicité numérique aux États-Unis et ont absorbé 77 % de l’ensemble des dépenses publicitaires.

Adblock Plus est l’un des bloqueurs de publicité les plus utilisés. Adblock Plus/Wikimedia

Un deuxième aspect de cette crise est la croissance des bloqueurs de publicité, dont l’utilisation a augmenté de 30 %, toujours en 2016. Face à ce péril, de nombreux sites tentent de refuser l’accès aux utilisateurs dotés de bloqueurs de publicité, jusqu’à ce que ceux-ci désactivent le blocage. Sans succès, puisque 74 % des utilisateurs décident simplement de quitter le site et d’arrêter de le visiter.

De son côté, Google a décidé d’incorporer son propre bloqueur de publicités à son navigateur Chrome. Pour couronner le tout, Apple a introduit dans le sien, Safari, une prévention intelligente du traçage qui a suscité l’opposition de l’Association américaine des agences publicitaires.

La tarification, une longue et dure bataille

Que cela vous plaise ou non, la publicité et la lutte pour attirer l’attention du public sont l’un des principaux moyens de soutenir tout ce qui est gratuit sur le web. La tarification des services a été une longue et dure bataille qui n’a fonctionné que pour certaines entreprises et pour certains secteurs du web.

C’est ce qui rend intrigante la récente initiative du site The Pirate Bay de générer des revenus en utilisant une ressource utilisateur relativement inexploitée. The Pirate Bay est tristement célèbre pour les téléchargements de copies piratées de films, de musique et d’autres médias numériques qu’il propose.

Le site a récemment expérimenté un système dans lequel un programme est exécuté sur les ordinateurs de certains visiteurs, et se met à « miner » – le terme est spécifique au domaine des bitcoins – la crypto-monnaie Monero aussi longtemps que les visiteurs restent sur la page. Certains utilisateurs ont remarqué un pic d’augmentation dans l’utilisation de leur processeur, et ont ainsi découvert que le site exécutait un programme à leur insu.

Le « minage » de bitcoins, qu’est-ce que c’est ?

Ce n’est que plus tard que The Pirate Bay s’est décidé à publier une déclaration, dans laquelle les administrateurs reconnaissent avoir testé le dispositif, dans l’objectif de voir s’il était possible de gagner de l’argent avec un autre moyen que la publicité. Ils affirment également que lors de cette expérimentation, un bug a permis au programme d’utiliser toute la puissance de traitement de l’ordinateur alors qu’il ne devait en utiliser qu’une bien plus petite quantité.

Réactions plutôt favorables

Étonnamment, les commentaires consécutifs à cette déclaration ont été plutôt favorables à la mesure. L’utilisation de leur puissance de traitement informatique pendant la brève période où ils se trouvaient sur le site a été perçue comme étant moins envahissante que les publicités, souvent pornographiques, que The Pirate Bay a l’habitude de diffuser. Leur seule plainte concernait le fait que le site aurait du les informer de l’opération, plutôt que de la mener en cachette.

Les administrateurs ont également clairement indiqué que le « minage » pouvait encore être bloqué par les utilisateurs qui ne souhaitaient pas participer à un tel système de génération de recettes.

En dépit des accusations de manque de transparence, l’initiative est ingénieuse : on a longtemps supposé, en effet, que la seule chose que le public pouvait offrir aux sites Internet était leur attention, ce qui a même conduit à l’idée que l’économie de l’attention était le seul modèle économique possible pour le web.

Cependant, Amazon et d’autres entreprises impliquées dans le cloud computing ont montré que l’accès aux ressources informatiques est également une ressource rare, et qu’elle vaut énormément d’argent. Amazon Web Services, la division du groupe américain dédiée au cloud computing, génère 12 milliards de dollars US par an.

« Airbnb pour les ordinateurs »

The Pirate Bay a été créé en Suède en septembre 2003. The Pirate Bay/Wikimedia Commons

Alors que The Pirate Bay utilise la puissance de traitement du consommateur pour la production de crypto-monnaie, celle-ci a également été utilisée pour financer différents domaines de la recherche : pour rechercher des données de radioastronomie pour la vie extra-terrestre, et pour explorer le repliement des protéines, dans le but de faire avancer la recherche sur certaines maladies. Ces projets sont pour l’instant menés sur la base du volontariat, mais cette approche pourrait être utilisée par des entreprises commerciales qui seraient prêtes à payer pour s’offrir le temps des utilisateurs.

Ces derniers pourraient même participer au partage des revenus générés par un site utilisant leur ordinateur ou leur téléphone portable avec ce type de procédé. C’est ce qui a motivé le projet Golem, qui s’est décrit comme un « Airbnb pour les ordinateurs » : les utilisateurs y cèdent explicitement leur machine à des entreprises commerciales.

D’une façon plus ironique, des sites comme The Pirate Bay pourraient même utiliser une partie des revenus amassés pour les redistribuer aux compagnies de cinéma et de musique dont ils participent à « partager » le contenu.

La montée fulgurante des bloqueurs de publicité a mis en évidence à quel point les consommateurs méprisent les publicités sur Internet, et a provoqué une lutte acharnée entre les fournisseurs de contenu, désespérés de ne pas trouver un modèle économique viable, et les clients, qui ne veulent pas payer et détestent les alternatives aux publicités qu’on leur propose. Faire reposer le système sur une ressource différente de la simple attention paraît être une stratégie « gagnant-gagnant », à la fois pour le site et pour le consommateur. Seuls Google et Facebook pourraient trouver à y redire.


Cet article est aussi disponible en anglais.