Voyage au cœur des défis nocturnes de MSF Logistique

Démonstration de l'installation d'une unité de soin de MSF. Rufai Ajala/Flickr, CC BY

Parallèlement à la célèbre organisation non gouvernementale qu’est Médecins sans frontières (MSF) avec ses missions altruistes et humanitaires, opère son bras armé MSF logistique qui est l’objet de cet article. Comme pour la plupart des structures de l’humanitaire, la première ne peut évidemment pas fonctionner sans la seconde. Et la question au centre de cette activité est simple : comment faire pour qu’un hôpital puisse décoller le soir en kit de Bordeaux-Mérignac et accueillir ses premiers blessés au bout de la nuit à Port-au-Prince ?

De la logistique marchande à la logistique humanitaire

La performance logistique est au cœur des défis et enjeux des organisations modernes. La globalisation des marchés (massification de l’offre et de la demande), les contraintes de réactivité (time to market, B2B, B2C) et la numérisation des transactions (plateformisation, algorithmisation, historisation) ont changé profondément les règles du jeu logistique et du management de la chaîne d’approvisionnement.

De nombreux auteurs – notamment francophones- se sont attaqués à ces problématiques pour en montrer la richesse et la complexité. Les approches managériales soulignent par exemple qu’il s’agit simplement d’être capable de livrer le bon produit, au bon moment, au bon endroit, au bon destinataire, au bon format, en bonne quantité !

La question n’est plus de livrer vite mais de livrer bien même si le défi du dernier kilomètre et le coût des ruptures de charges n’ont pas beaucoup changé. Ainsi, qu’il s’agisse de livrer une paire de chaussures pour l’allemand Zalando, un téléphone portable pour l’impressionnant opérateur logistique qu’est devenu Amazon (avec ses 32 sites en Europe) ou encore des tonnes médicaments pour MSF, le défi opérationnel et organisationnel est souvent le même ! Cependant pour MSF et – surtout – pour ses destinataires les enjeux ne sont pas comparables.

Quittons la logistique marchande pour s’intéresser à la logistique à vocation humanitaire. Certes, MSF logistique adopte les outils, les règles et les processus de la logistique, mais s’en éloigne au regard des contraintes et des enjeux… pour se rapprocher d’une logistique qu’il est possible de qualifier de militaire ou de guerre ! depuis que la guerre est devenue « de mouvement ».

Camion MSF à l’hôpital de Kagadi en Ouganda. CDC Global/Flickr, CC BY

De MSF à MSF Logistique

Médecins sans frontières est une association internationale, humanitaire et médicale, à but non lucratif. Elle a été créée en 1971 à Paris par des médecins et des journalistes. Le désastre humanitaire au Biafra fut l’élément déclencheur et reste symbolique.

MSF est aujourd’hui implantée dans 23 pays. Cette ONG apporte une assistance médicale à des populations dont la vie ou la santé sont menacées, principalement en cas de conflits armés, d’épidémies, de pandémies ou encore de catastrophes naturelles. Jusqu’en 1976, MSF est restée une association modeste, connue du public pour sa mission au Liban et une large et spectaculaire campagne d’affichage.

À partir de 1979, pour ses premières missions d’envergure dans les zones où affluent massivement les réfugiés, MSF se dote de moyens professionnels dans les secteurs prioritaires de la logistique, des techniques et des financements. Elle est concrètement la première organisation de cette taille à se doter d’une réflexion stratégique globale. Dans cette logique, elle va créer quelques années plus tard, un service logistique dédié qui sera nommé MSF Logistique (MSF Log). MSF est devenue aujourd’hui la première organisation privée d’aide médicale d’urgence au monde. Son travail porte ses fruits avec, en 1999, l’attribution du Prix Nobel de la Paix.

Tente MSF (Haïti – février 2010). Antonio Zugaldia/Flickr, CC BY

MSF Logistique à l’épreuve de ses kits

Pour ses missions auprès des populations, il lui faut penser global (partout dans le monde), mais commencer à agir local (à partir de Mérignac). MSF a besoin de matériel, d’équipements, de consommables, de véhicules et il faut donc les acheminer sur place. Il s’agit de transporter aussi bien des médicaments que des produits non-médicaux (véhicules et pièces détachées, équipements de communication radio, matériel de traitement de l’eau, tentes, etc.) ou encore des kits prêts à l’emploi conçus pour des types d’urgence spécifiques.

Croquis d’une « hot zone » conçue par un logisticien de MSF au Nigéria pendant l’épidémie d’ebola en 2014. Bryan Christensen -- CDC/Flickr, CC BY

À titre d’illustration, il existe aujourd’hui plus de 500 kits différents comme le kit médico-chirurgie, le kit vaccination ou le désormais fameux kit « hôpital modulable ». Ce kit est composé de 14 tentes d’une surface de 90 m2 chacune, avec deux salles d’opération, etc., et est opérationnel en quelques heures après déploiement sur le terrain

À ce sujet, il est intéressant de reprendre les propos de Rony Brauman, ex-Président de MSF (1982 – 1994).

« 20 ans d’une médecine de l’urgence soutenus par une puissante logistique. Tout ce qui permet de communiquer, de se déplacer, de soigner, d’opérer, d’offrir hygiène, d’acheter, de distribuer de la nourriture. Voilà la logistique. C’est le royaume des kits. Kits 10 000 réfugiés, kits vaccination, kits anesthésie, kits administration, kits chirurgie : 20 années de savoir-faire en kits prêts à être expédiés à l’autre bout du monde […] »

Vers l’alignement des flux matériels et informationnels

MSF Log assure alors l’approvisionnement des programmes MSF en matériels et médicaments, aussi bien pour des programmes courants que pour des interventions d’urgence (populations déplacées, épidémies, catastrophes naturelles, conflits, etc.). Pour les programmes courants, les commandes sont préparées périodiquement et en moins de 4 semaines. Pour les opérations d’urgence, les commandes sont prêtes en moins de 24 heures. Il est intéressant de noter que MSF Log peut livrer jusqu’à 100 tonnes de marchandises en seulement 24h dans 40 pays ! Cette force de frappe est remarquable et fait de cette structure l’une des plus performante du monde actuellement.

À titre anecdotique, MSF Log a été créée dès 1986 sous la forme d’une association à but non lucratif (type loi 1901) à but humanitaire. Elle vient donc de fêter ses 30 ans d’existence. Elle est implantée dans la périphérie de Bordeaux à côté de l’aéroport de Bordeaux-Mérignac depuis 1992 pour d’évidentes raisons…logistiques ! L’ensemble du complexe logistique occupe une superficie totale de 82 000 m2 (dont 20 000 m2 de capacité de stockage avec systèmes de guidage au sol et traçabilité) et 5 080 tonnes sont expédiées par an. Cet entrepôt dispose de 20 105 références produites pour 18 millions d’euros de stock et 130 millions d’euros de chiffre d’activités.

Pour assurer ses missions, MSF Log intègre l’ensemble des métiers de la chaîne d’approvisionnement. Il s’agit de mettre en musique la réception de la commande depuis les centres opérationnels jusqu’à la livraison et mise en œuvre sur zone d’intervention en passant bien sûr par les étapes usuelles que sont les achats, le stockage et l’entreposage, la préparation des commandes, la palettisation, la sécurisation, les formalités de douane et de police et le transport des produits (terre, air, mer).

La performance de l’humanitaire, question d’organisation et de systèmes

MSF Log, association à but humanitaire n’en est pas moins une instance de réflexion stratégique. Bien que non soumise à un objectif de rentabilité, mais tout de même confrontée à une certaine forme de concurrence (dite concurrence non rivale), cette organisation se doit d’être performante parce que c’est une pièce maîtresse de la réussite de l’action humanitaire et c’est un engagement auprès des donateurs. L’idée est de rester un acteur incontournable et de référence dans le domaine de la logistique, mais sans perdre les valeurs fortes de l’association qui met l’humain au centre de ses actions.

La direction de MSF Log est depuis le début 2015 en pleine réflexion en termes de choix stratégiques. À titre d’exemple, la direction consciente des contributions réelles d’un Système d’Information fluide, veut en faire une pièce maîtresse de la réussite des opérations logistiques. Elle souhaite atteindre un niveau d’agilité et de gestion des connaissances qui devra passer par un apprentissage de l’adaptation continue de son SI, de ses utilisateurs, de ses processus inter organisationnels et de ses technologies supports (applications, matériels).

Système d’information logistique Vs Logistique informationnelle ?

Ainsi, au-delà d’une classique DSI (Direction des Systèmes d’information) pour remplacer la DI (Direction informatique) actuelle, MSF opte pour la création d’une future Direction de l’Organisation et des Systèmes d’Information (DOSI). Cette création est ambitieuse et révélatrice. En effet, cette dénomination souligne l’imbrication des SI (flux informationnels) et de l’Organisation (flux physiques et processus) au regard de la DG de MSF. Cette future DOSI aura pour mission de « faire tourner » cette énorme machine et de « faciliter » ses missions opérationnelles qui ne sont et ne seront jamais tout à fait anodines.

Cet alignement stratégique du SI avec les missions Logistiques de MSF dépasse la question sémantique d’un SIL ou d’une LI car elle a le mérite de mettre l’approvisionnement, la livraison et le management de la chaîne logistique au cœur des préoccupations de cette structure emblématique de l’humanitaire. Les populations fragilisées et/ou déplacées – les réfugiés sont de plus en plus nombreux – doivent pouvoir également compter sur un haut niveau de performance logistique.