File 20171022 13934 nxe0id.jpg?ixlib=rb 1.1

Ce que la Catalogne nous dit de la diversité culturelle et de la disruption politique

Barcelona, plaza Espana. Visual hunt

Ce que la Catalogne nous dit de la diversité culturelle et de la disruption politique

Le cas de la Catalogne – et d’autres régions européennes aux revendications similaires (Écosse, Flandre, Padanie, Pays basque, Bavière…) – illustre les conséquences logiques et les bouleversements potentiels du « glocal » (combinatoire de global et de local, zappant le national). Les États-nations pouvaient se croire épargnés par la disruption provoquée par la mondialisation combinée au numérique transfrontière, mais le statu quo est désormais contesté. La Catalogne semble aux avant-postes d’autres disruptions à venir dans d’autres régions, au-delà de celles déjà en rupture de ban.

Ces phénomènes se trouvaient déjà en filigrane dans les discussions concernant le traité sur la protection et la promotion de la diversité des expressions culturelles,adopté en 2005, où les États réclamaient leur souveraineté… mais les régions aussi ! La Catalogne était alors à l’avant-garde de cette diplomatie régionale dont elle fait preuve dans la crise actuelle, en dénonçant la subalternité de certaines régions par rapport aux États dans la nouvelle colonialité globale. Elle a été la première à demander et obtenir le 16 septembre 2005 une extension des domaines de l’adressage Internet pour les régions et communautés linguistiques, le « .cat », ce qui n’a pas été sans hérisser Madrid.

Subalternité vs colonialité : modifier le statu quo

Dans le glocal, la subalternité des régions est désormais un outil de contestation face à une théorie de l’État-nation prénumérique. Pour le moment, face à une Espagne sciemment construite comme hégémonique et réduite à Madrid (pour ne pas s’aliéner les autres régions), la Catalogne met en scène des astuces dramatiques pour exacerber la violence du pouvoir central et mettre la communauté internationale de son côté ou en neutralité. Seule, elle n’a pas la possibilité de changer l’histoire, mais elle se sert de tous les interstices ouverts de manière créative, donc disruptive.

Et Mariano Rajoy se retrouve en père autoritaire à sommer Carles Puigdemont de se prononcer clairement… Rajoy, dont le grand-père a été un des rédacteurs du statut d’autonomie de la Galice en 1932. Pour Puigdemont, il s’agit aussi de créer des images fortes pour son projet d’affiliation à une histoire commune de l’Europe qui n’est pas obligé de passer par la case Madrid.

Les Catalans se vivent en position de subalternité à l’égard d’un Madrid qui se comporte en état colonial, drainant ses ressources vives vers le centre avec peu de contreparties et beaucoup de corruption (ce qu’ils vérifient en se voyant reléguer en quelques décennies de 1re région industrielle à la 3e). Ils ne veulent plus subir l’étiquette de minorité imposée par ce pouvoir colonial alors qu’ils ont connu leur propre forme de pouvoir, républicain de surcroît. Ils dénoncent la colonialité du pouvoir étatique, qui crée des barrières ethniques et des exploitations commerciales.

Barcelona, Montjuic. Visual Hunt

Un contre-récit, en demande de démocratie directe

Les Catalans proposent un contre-récit au récit étatique moderne, en se voyant déjà comme nation au sein de l’Europe. Au discours moderne qui a créé les termes d’ethnicité et de minorité, ils opposent un discours disruptif de solidarité et de démocratie directe, – discours que je qualifie de « cybériste » pour signifier la rupture avec des références prénumériques obsolètes. D’où l’enjeu autour du référendum, une des formes les plus participatives de démocratie.

Leurs références politiques ne sont d’ailleurs plus identifiables selon des axes polarisés extrême droite vs extrême gauche, conservateurs vs progressistes, élite vs peuple. Dans la disruption, ces catégories ne recouvrent plus la complexité des choix non-rationnels et non-linéaires (mais néanmoins légitimes) qui guident les individus et les collectifs.

De fait, considérer la disruption catalane à l’aune du simple nationalisme, c’est nier sa dimension transnationaliste, avec le risque d’y appliquer des remèdes et solutions prénumériques, ce qui ira irrémédiablement plus loin que le clash symbolique…

Les Catalans peuvent s’appuyer sur leurs communautés de la diaspora, les casals, Catalans de l’extérieur. Elles sont ailleurs dans le monde mais reliées au pays par les réseaux transfrontières d’Internet pour comparer leur situation à celle partagée par d’autres cultures subalternisées, ce qui les conforte dans leur différence et leur diversité culturelle à l’égard de Madrid.

Une culture catalane locale et globale à la fois

Le bouillonnement culturel de la région catalane pousse ses habitants à imaginer, inventer, oser et à façonner la région à leur image, avec un regard porté sur le local autant que sur le global. La Catalogne, à travers Barcelone notamment mais pas seulement, s’est depuis longtemps constituée comme une région utilisant la créativité et la diversité culturelle comme levier de développement urbain et de rayonnement économique. Et ce, même avant le mouvement « Barcelona Posat Guapa » (« Barcelone, fais-toi belle ») de 1985.

Des artistes célèbres comme Antoni Gaudi ou Salvadro Dali, ou encore, plus récemment des chanteurs comme Luis Llach avec sa chanson « L’Estaca » (le pieu) en 1976 illustrent cette excentricité ludique et disruptive, loin de la capitale officielle. Cet excentrisme du coup donne de la force à l’authenticité du local, ce qui amène au décrochage à l’égard du national, puis éventuellement à la disruption.

Les quatre T de la Catalogne

Ce bouillonnement disruptif relève du même phénomène que celui des villes et régions créatives dans le monde, autour des trois T de Richard Florida (Routledge, 2014) auquel je rajoute le T de transnationalisme : technologie, talent et tolérance.

En Catalogne, ces quatre T indicateurs sont fortement présents. Le T de technologie se manifeste dans les hubs d’innovation high-tech, le numérique permettant à la région de s’installer dans les industries créatives du XXIe siècle (du design à la gastronomie). Il permet aussi de s’exprimer et de s’organiser et crée de la proximité à distance avec la diaspora.

Le T de talent tient dans sa capacité à créer une atmosphère où les arts de toutes sortes sont un élément de rayonnement socio-économique, qui attire la classe créative, en demande de bien-être culturel et friande d’infrastructures culturelles et sportives pour se maintenir créative.

Le T de tolérance concerne la capacité d’accueil de nouvelles formes de pensée et de différents groupes à l’identité ethnique, sexuelle ou sociale marquée, dont les migrants, les homosexuels et d’autres éléments d’une bohème geek internationale. Nombre d’entre eux sont bi-culturels et bi-lingues, les Catalans en premier (l’édition catalane tend à publier des ouvrages en français et en anglais en plus du catalan et du castillan).

Une disruption qui pointe vers d’autres en cours

Telle est la disruption catalane, quand on la pense hors de la boite. Elle est à suivre au même titre que la montée des réseaux de villes qui s’autonomisent des états comme le C40 des villes monde pour faire face au dérèglement climatique ou du réseau des régions d’Europe pour la culture.

Elle est une manifestation des recherches de réactivité face à des urgences, qu’elles soient numériques ou climatiques, les dérèglements glocaux imposant des solutions rapides, adaptées à des territoires dont l’aune n’est plus perçue comme relevant de l’Etat-nation moderne.

Mais toutes les disruptions ne sont pas égales entre elles. Certaines sont mieux dotées pour ne pas juste subir l’histoire tout en luttant pour elle. D’autres inégalités et déséquilibres vont se créer qui demandent accompagnement et vigilance. En politique, il va falloir aussi se montrer créatif, sinon les démocraties prénumériques vont rappeler aux mauvais souvenirs de bien des peuples leurs racines colonialisantes et subalternalisantes.

Il faut plus que jamais penser la trans-européanité et revoir le pacte de l’Union Européenne en faisant de la place à la diplomatie régionale en lien à la diplomatie transnationale. La demande catalane d’une médiation internationale bienveillante, sans violence, relève de cette démarche. Les Etats-nation européens qui se rallient à Madrid par peur de leurs propres régions et par respect de l’ordre prénumérique feraient mieux d’y repenser à deux fois car ils se coupent de forces créatives importantes et d’une réelle capacité de ré-enchanter l’Union Européenne.