Menu Close
La musique a une influence jusque sur le marché des cryptomonnaies. Shutterstock

Effectuer des prédictions sur le marché des cryptomonnaies… grâce à Spotify !

« Outre la cause due à la spéculation, l’instabilité économique trouve une autre cause, inhérente celle-ci à la nature humaine, dans le fait qu’une grande partie de nos initiatives dans l’ordre du bien, de l’agréable ou de l’utile procèdent plus d’un optimisme spontané que d’une prévision mathématique. Lorsqu’il faut un long délai pour qu’elles produisent leur plein effet, nos décisions de faire quelque chose de positif doivent être considérées pour la plupart comme une manifestation de nos esprits animaux, comme l’effet d’un besoin instinctif d’agir plutôt que de ne rien faire, et non comme le résultat d’une moyenne pondérée de bénéfices numériques multipliés par des probabilités numériques. »

Tel est ce qu’écrivait John Maynard Keynes sur une célèbre page de sa Théorie générale de l’emploi, de l’intérêt et de la monnaie en 1936. Dans l’incertitude, nos décisions présentent parfois des incohérences et des instabilités en raison de nos « esprits animaux », notion très utilisée au Moyen-Âge. L’idée a été plusieurs fois reprise par les économistes et appliquée notamment aux marchés financiers. En 2009, George Akerlof et Robert Shiller, « Nobel » d’économie respectivement en 2001 et 2013, publient l’ouvrage Les Esprits animaux. Comment les forces psychologiques mènent la finance et l’économie.

Et si la musique, « langue des émotions » comme le disait Emmanuel Kant, influait sur ces esprits animaux ? Telle est la piste que nous avons explorée dans un travail de recherche récent, publié dans l’International Review of Financial Analysis.

Capter les émotions associées à la musique

Par « sentiment des investisseurs », on désigne l’ensemble des pensées positives ou négatives que ceux-ci portent à l’égard des actifs financiers en général. Ce sentiment peut influencer les prix des actifs de manière non justifiée par des facteurs économiques fondamentaux. Le mesurer n’est pas facile car il n’y a pas de moyen direct de le faire. Les premières études sur le sujet posaient des questions à des individus pour évaluer leur degré d’optimisme ou de pessimisme. Pendant un certain temps, les chercheurs ont également utilisé les résultats des moteurs de recherche, le langage dans les articles de presse en ligne et les tweets, ou même des événements comme la météo ou les résultats sportifs, pour mieux comprendre l’état d’esprit des investisseurs.

Récemment des chercheurs de l’Université de Claremont ont construit un indice reposant sur le Billboard Hot 100, classement hebdomadaire des 100 chansons les plus populaires aux États-Unis, et montrait son impact à court terme sur les variations des cours du Dow Jones, du Nasdaq ou encore du S&P 500. Nous avons poursuivi dans cette veine en construisant une mesure d’humeur, en utilisant des données provenant de Spotify, le principal service de streaming musical au monde. Ce dernier semble capable de prédire le volume des transactions et la volatilité des cryptomonnaies.

Les chansons véhiculent une émotion que tout le monde peut ressentir, et cette émotion est exprimée à travers des caractéristiques musicales comme la dynamique d’un morceau, son mode, son tempo ou encore sa valence. Les plates-formes de musique en ligne comme Spotify, Apple Music ou Deezer utilisent déjà ces caractéristiques pour classer les chansons et suggérer de nouvelles musiques aux utilisateurs en se fondant sur celles qu’ils ont déjà écoutées et appréciées. C’est en utilisant ces caractéristiques des chansons les plus écoutées, nous pouvons comprendre les sentiments des auditeurs.

L’indicateur que nous avons construit fonctionne comme prévu au sens où il épouse bien les moments où les gens se sentent moins bien, comme pendant la pandémie liée au coronavirus ou bien les jours de la semaine chargés.

Humeur grincheuse, transactions plus volumineuses

« Régulateur d’humeur », la musique influence les états d’esprit autant qu’elle les reflète. Selon la théorie de « broaden and build », lorsque l’affect positif est stimulé, cela peut élargir les perspectives des gens qui sont alors plus attentifs.

Il apparaît alors que l’humeur, telle qu’elle est reflétée par l’écoute de musique, est un indicateur puissant de l’activité des cryptomonnaies. Nos résultats mettent en évidence une corrélation significative et négative entre l’humeur musicale et le volume des transactions ainsi que la volatilité des prix. Plus l’humeur est mauvaise, plus les volumes de transactions sont importants et plus les prix sont volatils. Ces résultats restent constants indépendamment des préférences des auditeurs ou d’une cryptomonnaie spécifique, et ne sont pas influencés par des facteurs macroéconomiques ou financiers.

Nous observons par ailleurs qu’une baisse du volume des transactions est suivie, trois jours plus tard, d’une hausse d’ampleur similaire. Quant à la volatilité, la diminution persiste de manière significative jusqu’à quatre jours. Cette relation est plus prononcée pour le volume des transactions pendant les périodes de marché baissier et lors des jours où l’humeur est élevée, tandis que la volatilité, elle, est plus marquée pendant les jours où l’humeur est basse et ne semble pas liée aux conditions du marché. Durant la pandémie, l’impact sur le volume des transactions a été plus manifeste que sur la volatilité des prix.

Encourager les financiers et les économistes à considérer l’humeur musicale peut sembler étonnant. Cependant, nos conclusions suggèrent que suivre le sentiment des auditeurs musicaux pourrait réellement être bénéfique.

Cette semaine, le Spotify Top 200 était dominé par Djo, Benson Boone et Ariana Grande, avec des sons plutôt mélancoliques. Faut-il donc s’attendre à des transactions plus nombreuses et à des prix plus volatils ces prochains jours ?

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 181,700 academics and researchers from 4,934 institutions.

Register now