Menu Close
Les gnous sont de grandes antilopes africaines. Photo: Ayzenstayn/Getty Images

Gnous d'Afrique : ceux qui ne peuvent pas migrer s'affaiblissent génétiquement, selon une nouvelle étude

Les gnous, antilopes africaines imposantes reconnaissables à leurs cornes courbées, sont réputés pour leurs grandes migrations dans les prairies d'Afrique de l'Est et d'Afrique australe. Il y a cent cinquante ans, ils ont migré en grand nombre à travers le continent, à la recherche de pâturages et d'eau et pour trouver des zones propices à la mise bas.

La migration revêt une importance cruciale pour la préservation de cette importante population de gnous. Mais leurs itinéraires sont interrompus par les routes, les oléoducs et les gazoducs, les lignes de chemin de fer, les clôtures, les villes, le bétail et les terres agricoles.

Aujourd'hui, la seule grande migration qui subsiste est la célèbre migration Serengeti-Mara en Afrique de l'Est. Environ 1,4 million de gnous - accompagnés d'environ 200 000 zèbres, 400 000 gazelles et 12 000 élands- parcourent chaque année jusqu'à 3 000 km selon un cycle qui suit les précipitations saisonnières.


Read more: Serengeti migration: fire and rain affect how zebras, wildebeest and gazelles make the journey


Même cette migration est aujourd'hui menacée par les projets de construction de nouvelles routes et voies ferrées, les projets immobiliers incontrôlés et non planifiés et la croissance exponentielle de la population humaine aux abords de l'écosystème du Serengeti-Mara.

Nous venons de révéler, dans une nouvelle recherche, que la perturbation de la route migratoire a des implications génétiques pour la survie à long terme des animaux.

Nos résultats montrent que les populations de gnous qui ne migrent plus sont génétiquement moins saines que celles qui continuent à migrer.

Comme ces populations ne se mélangent pas avec d'autres groupes de gnous, elles sont plus consanguines et génétiquement isolées. Nous nous attendons à ce que cela entraîne une diminution du taux de survie, une baisse de la fertilité et d'autres effets néfastes sur la santé.

Ce ne sont pas seulement les gnous qui sont menacés lorsque nous les empêchons de migrer, mais aussi de nombreuses autres espèces. Le pâturage des gnous maintient la végétation en bonne santé et distribue les nutriments. Les gnous servent également de proies aux prédateurs, de charognes aux charognards et leurs excréments entretiennent des millions de batraciens.

Si les migrations disparaissent, le Kenya et la Tanzanie risquent de perdre une énorme quantité de revenus touristiques qui profitent aux gouvernements et aux communautés locales.

L'effondrement des populations

C'est la première fois que l'on étudie l'effet génétique de la migration chez les gnous.

Nous avons analysé le matériel génétique de 121 gnous bleus et de 22 gnous noirs. Nous avons choisi ces 143 gnous dans l'ensemble de leur aire de répartition sur le continent africain, de l'Afrique du Sud au Kenya. Nous avons ainsi pu effectuer une comparaison génétique générale entre les populations migratrices et non migratrices.

Author provided

Les populations de gnous migrateurs présentaient une plus grande diversité génétique. Elles ont connu des accouplements aléatoires importants qui ont réduit les niveaux de consanguinité par rapport aux populations voisines dont les schémas de migration ont été récemment interrompus. Ce phénomène a été observé dans plusieurs endroits.

La conclusion est claire. Les populations de gnous qui ont été empêchées de migrer ont un effet génétique négatif global, quel que soit l'endroit où elles vivent sur le continent.

Une réduction de la diversité génétique rend les animaux moins sains et donc plus vulnérables aux maladies et à l'infertilité. Les populations présentant une faible diversité génétique ont moins de capacité à évoluer ou à s'adapter aux changements de l'environnement. Par conséquent, si les changements climatiques continuent à s'intensifier et qu'il n'y a pas suffisamment de variation génétique pour leur permettre de s'adapter, leur survie pourrait être menacée.

Déjà vulnérables

Les grandes populations de gnous qui ne migrent pas sont déjà vulnérables et leur nombre diminue lorsqu'elles ne peuvent pas migrer.

En effet, elles n'ont pas assez de nourriture, ne peuvent pas accéder aux aires de mise bas riches en nutriments ou n'ont pas assez d'eau potable pendant les périodes sèches.

Elles ne peuvent pas non plus échapper à leurs prédateurs, deviennent vulnérables au braconnage et aux épidémies, comme la peste bovine.


Read more: Africa's savannah elephants: small 'fortress' parks aren't the answer – they need room to roam


Alors que le nombre total de gnous sur le continent reste relativement stable, de nombreuses populations migratrices locales ont subi un fort déclin, voire se sont même effondrées au cours des dernières décennies.

Nous avons constaté ce phénomène dans certaines régions du Kenya, de la Tanzanie et du Botswana.

Par exemple, la migration Mara-Loita s'est effondrée de 76 %, passant d'environ 150 000 gnous dans les années 1970 à environ 36 500 animaux, tous devenus sédentaires, en 2021.

Au Botswana, l'installation de clôtures pour empêcher le bétail d'entrer en contact avec les animaux sauvages migrateurs a entraîné un déclin de plus de 94,2 % de la population de gnous du Kalahari, qui est passée d'environ 260 000 individus dans les années 1970 à moins de 15 000 à la fin des années 1980.

Ces résultats mettent en évidence la nécessité de préserver les voies de migration des animaux.

Mettre les choses en perspective

Les décideurs politiques doivent accorder une attention particulière à la préservation des anciennes voies de migration naturelles des gnous. Certaines mesures peuvent être prises :

  • protéger les terres arides et semi-arides à forte variabilité où vivent les gnous

  • protéger les refuges essentiels contre la sécheresse, tels que les marécages et les forêts

  • réglementer et planifier stratégiquement l'expansion des établissements permanents, y compris les centres urbains, les infrastructures, les clôtures et les cultures dans les terres pastorales

  • désigner des zones pour le pâturage de la faune sauvage et du bétail, ainsi que pour les établissements humains.

  • établir et appliquer des règles et des réglementations claires concernant l'utilisation des terres, les ventes de terres, les baux et le développement le long des routes de migration cruciales pour la faune sauvage.

  • réintroduire les espèces locales sauvage menacées , telles que les gnous, depuis d'autres écosystèmes lorsque cela est possible.

En abordant ces priorités, les efforts visant à sauver et à restaurer les migrations de masse menacées des ongulés peuvent être plus ciblés, coordonnés et efficaces, contribuant ainsi à la conservation à long terme de ces animaux.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 184,200 academics and researchers from 4,969 institutions.

Register now