Shutterstock

Halloween: quand les enfants peuvent-ils faire la tournée des bonbons sans adultes?

Élever des enfants aujourd'hui peut être source d'anxiété. Avec l'essor de la technologie et des médias sociaux, les histoires semblent abonder sur les dangers, mais la prévalence de la criminalité et sa gravité sont aujourd'hui plus faibles qu'il y a une décennie environ au Canada.

Mais cela n'empêche pas les parents de ressentir la peur et la vulnérabilité.

Les normes de la société relativement à la sécurité des enfants ont changé et le temps non structuré des enfants et celui passé à l'extérieur ont diminué. Les enfants aspirent à la liberté, mais nous ne sommes plus dans les années 1980. Les enfants d'aujourd'hui voient bien la différence des normes lorsqu'ils regardent des émissions comme Stranger Things, où les jeunes prennent leur vélo et parcourent les rues sans surveillance. Mon propre enfant m'a demandé : « C'était réel ? Est-ce que tu t'es baladée sans que personne ne sache où tu étais ? » C'était réel. C'était génial. Vraiment.

Sans tomber dans la nostalgie, les parents peuvent-ils et devraient-ils lâcher du lousse ?

Nos enfants ont besoin d'apprendre à devenir indépendant et résilient. Un risque raisonnable est important pour leur développement.

Lorsque des enfants plus âgés peuvent assumer la responsabilité de faire la tournée des bonbons avec des enfants plus jeunes, les deux peuvent en bénéficier. (Shutterstock)

Les enfants apprennent en étant indépendants

L'âge idéal pour un Halloween non supervisé est très discutable, mais les parents doivent prendre le temps d'y réfléchir.

Permettre à votre enfant de faire l'expérience de la liberté et de l'indépendance lui donne l'occasion d'acquérir de l'assurance à travers de nouveaux défis et de nouvelles craintes.

Faites confiance à l'instinct de votre enfant, à son jugement et à sa capacité d'apprendre de ses erreurs.

Les risques raisonnables peuvent accroître les capacités de résolution de problèmes, d'écoute, de prise de décision et de compassion.

Les enfants peuvent être confrontés à des défis et le fait d'être sans adultes leur permet d'apprendre à négocier la dynamique de groupe. Ils pourraient avoir à décider quelles maisons éviter ou ce qu'il faut faire si des membres de leur groupe veulent prendre des chemins différents.

Les enfants trouvent aussi des occasions d'apprendre à exprimer leurs besoins et décider quoi faire, s'ils ne sont pas d'accord avec le groupe. Et ils s'amuseront à inventer des histoires sur des maisons qui leur font peur.

Ils apprennent à explorer et à maîtriser de nouvelles situations ou à vaincre leurs peurs par le jeu. Cela peut leur permettre de mieux s'en sortir plus tard dans la vie. Certaines recherches établissent un lien entre le déclin du jeu libre et les avantages qu'il procure sur le plan du développement et l'augmentation de l'anxiété et de la dépression.

Si votre enfant n'est pas prêt à faire la tournée des bonbons sans surveillance, préparez le terrain pour l'avenir. (Shutterstock)

Quand votre enfant est-il prêt ?

Il se rend seul à l'école à pied, connait le quartier, les rues et la communauté.

Vous avez confiance dans votre communauté.

Vous faites confiance aux familles ou aux voisins pour aider votre enfant si nécessaire.

Votre enfant peut comprendre et suivre les règles.

Il comprend les conséquences d'enfreindre ces règles.

Vous pouvez discuter et mettre en œuvre vos règles (par exemple l'heure du retour).

Si vous ou votre enfant n'êtes pas prêts, donnez-lui de petits niveaux de liberté adaptés à son développement. Peut-être est-il prêt à courir à la porte de son propre chef et vous demeurez derrière tout en le gardant dans votre champ de vision.

Vous pouvez discuter et mettre en œuvre vos règles, y compris l'itinéraire et le moment du retour. (Shutterstock)

Conseils parentaux pour votre enfant

Parlez d'abord avec votre enfant des règles, des attentes et même de vos craintes.

Si vous avez peur de quelque chose en particulier, comme de manger des bonbons sans les regarder d'abord, expliquez-lui pourquoi. Il est important qu'il ne pense pas que vous craignez qu'il soient incompétent, ou pire, que vous ne lui faites pas confiance.

Faites-lui savoir que vous avez confiance et que vous croyez en lui. Pour lui aussi, c'est une expérience à la fois excitante et épeurante.

Discutez avec lui de ce qu'il doit faire s'il se passe quelque chose, par exemple se séparer du groupe.

Il est parfois utile de suggérer ce qu'il peut dire à ses amis ou à d'autres parents s'il a besoin d'aide.

Laissez-le s'amuser.

… Et pour vous

Sachez que laisser partir votre enfant et ne pas pouvoir le protéger en tout temps angoisse la plupart des parents, surtout au début.

Pensez à la façon dont vous allez gérer votre propre anxiété.

Il y a des controverses au sujet des parents qui suivent leurs enfants avec un GPS. Votre enfant pourrait avoir un cellulaire et vous pourriez regarder le GPS de temps en temps - mais si vous le faites, assurez-vous qu'il soit au courant, car la confiance est importante.

Il existe toute une gamme de points de vue sur le rôle des téléphones et la question de savoir s'ils aident ou nuisent aux jeux et aux activités de plein air des enfants. Vous pourriez demander à votre enfant qu'il vous envoie un message texte ou téléphone à une heure précise.

Parlez avec lui et laissez-le prendre part aux décisions et aux conversations (https://jyd.pitt.edu/ojs/jyd/article/view/19-14-01-FA-03). Faites confiance à votre enfant et à vous-même. Vous avez mis en place un plan et vous êtes disponible au besoin.

Lorsque votre enfant arrive en courant avec un sac plein de bonbons à la fin de la soirée avec un grand sourire, débordant de confiance, vous pouvez être fier d'élever quelqu'un qui apprend à gérer la vie.

Permettre à nos enfants de prendre des risques calculés, que ce soit à l'Halloween ou au terrain de jeux, selon leur niveau de développement, favorise leur croissance. C'est une victoire pour les parents.

[ Vous aimez ce que vous avez lu ? Vous en voulez plus ? Abonnez-vous à notre infolettre hebdomadaire. ]

This article was originally published in English