Menu Close
COP27.

La COP27 expliquée par des experts : de quoi s'agit-il et pourquoi devrais-je m'en soucier ?

La COP27 est la 27e conférence des parties (pays) qui ont signé la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques. La convention a été établie lors du Sommet de la Terre de Rio en 1992 et a été ratifiée par 198 pays. Ils ont convenu de stabiliser la production de gaz à effet de serre afin d'éviter un changement climatique dangereux.

Depuis lors, la conférence des parties est organisée chaque année dans un pays différent. Ces conférences constituent en général une plate-forme de négociation des traités internationaux sur le changement climatique.

Le tout premier traité reconnaissait que la responsabilité de l'action était différente pour les pays développés et les pays en développement, car les pays développés étaient responsables de la plupart des émissions de gaz à effet de serre.

Malgré certains progrès, l'engagement envers ces traités ne s'est pas traduit par les mesures nécessaires pour modifier le cours du changement climatique mondial. Le récent rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat indique que les températures moyennes mondiales ont déjà dépassé de 1,1 °C les niveaux de l'ère préindustrielle et qu'un réchauffement de plus de 1,5 °C est pratiquement inévitable, si des mesures draconiennes ne sont pas prises.

Tout le monde est touché par le changement climatique, mais certaines personnes et régions sont plus vulnérables que d'autres. Les régions qui subiront les effets les plus néfastes du changement climatique sont l'Afrique occidentale, centrale et orientale, l'Asie du Sud, l'Amérique centrale et du Sud, les petits États insulaires en développement et l'Arctique. Les populations vivant dans des établissements informels seront les plus touchées.

La vulnérabilité aux impacts du changement climatique est déterminée par des facteurs socio-économiques, politiques et environnementaux. Les pays africains ont déjà subi des pertes et des dommages dus au changement climatique. Par exemple, la production alimentaire, la production économique et la biodiversité ont toutes diminué et davantage de personnes risquent de mourir à cause du changement climatique dans les pays africains.

La COP27 est donc importante car c'est là que sont prises les décisions sur la manière de répondre au changement climatique.

Traités sur le changement climatique

Trois traités internationaux ont été adoptés sur la coopération internationale en matière de changement climatique. Ils ont conduit au développement de différents organes qui se réunissent tous sous la bannière de la COP. La COP est le lieu où ils se réunissent, négocient et évaluent les progrès accomplis, même si, techniquement, la COP ne désigne que les parties à la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Le premier traité était la convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques.

Le second était le protocole de Kyoto, établi en 1997. Les pays se sont engagés à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. Le protocole de Kyoto était fondé sur le principe des responsabilités communes mais différenciées. Il reconnaît qu'en raison de leur niveau de développement économique plus élevé, les pays développés peuvent et doivent assumer une plus grande responsabilité dans la réduction des émissions.

Le troisième traité, le plus récent, est l'accord de Paris de 2015. Il couvre l'atténuation, l'adaptation et le financement du changement climatique et vise à limiter la hausse des températures à moins de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels. Tous les signataires doivent élaborer un plan non contraignant d'atténuation du changement climatique, notamment en réduisant les émissions. Ils doivent également rendre compte des progrès réalisés.

L'une des principales faiblesses de l'accord de Paris est son caractère non contraignant. En outre, les engagements sont autodéterminés. Une étude récente a révélé que même si tous les pays respectaient leurs engagements, cela ne suffirait pas à limiter le réchauffement à moins de 2°C.

Il est important de comprendre et de s'engager dans ces processus car les impacts du changement climatique s'intensifient au niveau mondial. L'augmentation de la température moyenne mondiale est l'un des nombreux impacts climatiques. Parmi les autres, il y a la probabilité accrue de sécheresses ou d'inondations et l'intensité accrue des tempêtes et des incendies de forêt.

La fréquence des événements climatiques augmentera avec la hausse des températures. Il est urgent d'agir pour empêcher que le réchauffement de la planète ne dépasse 2°C. Des températures supérieures à 2°C auront des effets irréversibles sur le climat, comme l'élévation du niveau de la mer, et affecteront bien plus de personnes qu'une augmentation de 1,5°C.

Les réponses au changement climatique

Trois domaines politiques ont vu le jour pour répondre au changement climatique.

Le premier est l'atténuation - la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour stabiliser le climat. Parmi les exemples d'atténuation, citons le remplacement des combustibles fossiles par des sources d'énergie renouvelables, ou le développement de transports publics électrifiés pour remplacer les véhicules privés à moteur à combustion.

La seconde est l'adaptation - des interventions qui favoriseraient la résilience au climat et réduiraient la vulnérabilité. Il s'agit par exemple de l'amélioration de la gestion et de la conservation de l'eau pour réduire le risque de sécheresse, des initiatives visant à améliorer la sécurité alimentaire et du soutien à la biodiversité.

Le dernier domaine d'action concerne les pertes et les dommages. Les pertes et dommages désignent “les dommages économiques et non économiques associés aux événements à évolution lente et aux événements météorologiques extrêmes causés par le réchauffement climatique, ainsi que les outils et institutions qui identifient et atténuent ces risques.” Les interventions visant à remédier aux pertes et dommages peuvent inclure un soutien à la gestion des risques et un financement qui est souvent présenté comme des réparations climatiques.

L'atténuation et l'adaptation sont bien comprises et établies dans la politique climatique. Elles disposent également de mécanismes de financement au sein des traités internationaux, même si les engagements existants à l'égard de ces mécanismes ne se sont pas concrétisés dans la pratique, notamment en ce qui concerne l'adaptation. Les pertes et dommages, en revanche, ont reçu beaucoup moins d'attention dans les traités et négociations internationaux.

Mettre en avant pertes et dommages

Le Mécanisme international de Varsovie sur les pertes et les dommages a été créé en 2013 pour fournir un cadre permettant de traiter les pertes et les dommages. Il vise à améliorer la compréhension des approches de gestion des risques, à accroître la coordination et le dialogue entre les parties prenantes et à renforcer l'action et le soutien.

La question des pertes et dommages a été intégrée à l'Accord de Paris, mais sans engagements spécifiques autour de cette question. Lors des négociations de la COP25, le Réseau de Santiago a été créé pour prévenir, minimiser et traiter les pertes et dommages pour les pays en développement, mais il se concentre principalement sur l'assistance technique plutôt que sur le financement. Lors de la COP26 (en 2021), un accord a été conclu pour financer le Réseau de Santiago, mais le cadre institutionnel n'est pas encore finalisé.

La question des pertes et dommages a été soulevée comme une question importante à traiter lors de la COP26. Certaines mesures prometteuses ont été prises, comme la promesse du premier ministre écossais, Nicola Sturgeon, de consacrer 2 millions de livres sterling à un mécanisme de financement des pertes et dommages. Mais de nombreuses nations riches n'ont pas soutenu cette initiative.

Les négociations ont abouti à la proposition d'établir la facilité de financement de Glasgow pour les pertes et dommages. Mais le libellé de la décision a été modifié à la dernière minute pour devenir les Dialogues de Glasgow, qui s'engageaient à discuter des modalités de financement des activités visant à éviter, minimiser et traiter les pertes et dommages. Ce changement a retardé tout soutien financier réel pour les pertes et dommages à court terme.

Cela a été très décevant pour les pays en développement parties, qui feront une fois de plus pression pour obtenir un financement pour les pertes et dommages lors de la COP27, et qui demanderont aux autres pays de rendre compte de l'engagement annuel de 100 milliards de dollars US en faveur du financement climatique qui ne s'est toujours pas concrétisé.

De nombreux activistes climatiques du Sud estiment que si un mécanisme de financement pour les pertes et dommages n'est pas discuté lors de la COP27, la conférence sera un échec.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 181,700 academics and researchers from 4,934 institutions.

Register now