La France inégale : diplômes contre chômage, une réalité complexe

Le BTP, pourvoyeur d'emplois qualifiés et non-qualifiés. dimitrisvetsikas1969/Pixabay

Nous poursuivons notre série « La France inégale » avec les cartes d’Hervé Le Bras. Aujourd’hui, la relation entre le niveau d’éducation et l’emploi dépend aussi de là où l’on habite.

 

Les sans diplôme se concentrent dans les petites villes

Pourcentage de personnes âgées de 25 à 34 ans ne possédant aucun diplôme en 2013.

Source : Insee.

Les jeunes souffrent particulièrement du chômage et principalement les jeunes sans diplôme dont la répartition en France est donc voisine de celle du chômage en général. Il existe cependant une différence importante qui tient au rôle des universités et des grandes écoles. Logiquement, les métropoles qui disposent de ces institutions ont une faible proportion de sans diplômes.

Au contraire, les villes petites et moyennes dont les jeunes n’ont pas eu le moyen ou le désir de poursuivre des études concentrent les sans diplôme. Ainsi d’Agen et de Montauban par rapport à Toulouse ou Bordeaux, ou bien d’Évreux et de Dieppe par rapport à Rouen. Le Bassin parisien, particulièrement frappé par la fréquence de jeunes sans diplôme, en donne l’image paroxystique. Par un effet de sélection, la capitale et ses environs ont pompé les jeunes compétents à plus de deux cents kilomètres à la ronde, laissant sur place ceux qui avaient le moins d’éducation, à Châteaudun, Montargis, Compiègne, Laon, etc.

 

Le rayonnement des villes universitaires

Nombre moyen d’années d’études dans la classe d’âge 35 ans en 2013.

Source : Insee.

Comme on peut s’y attendre, les territoires dans lesquels le degré d’éducation est le plus élevé (mesuré ici par le nombre moyen d’années d’étude) s’étendent en tache d’huile autour des grandes villes universitaires, et plus exactement autour de celles dont les universités sont les plus anciennes. Angoulême est presque invisible en comparaison de Poitiers, Limoges et Bordeaux. Nîmes n’existe pas au regard de Montpellier, Le Havre à celui de Rouen, Mulhouse pour Strasbourg.

En dehors des grandes villes, on devine en filigrane une plus forte éducation dans les régions de tradition catholique – Bretagne, Pays basque, sud du Massif central, Savoie et Lyonnais – comme si la Contre-réforme agissait avec cinq siècles de retard et au moment où la pratique religieuse est en chute libre. Ce dernier fait est peut-être la bonne explication : aux vérités révélées que l’on abandonne, succède la quête de la vérité scientifique. Quelques zones sont nettement moins éduquées que la moyenne. Elles se concentrent à la frontière des départements, là où la population est la plus âgée et les cadres et professions intermédiaires les plus rares, l’un expliquant l’autre.

 

Certaines régions résistent au chômage sur la longue durée

Pourcentage de chômeurs dans la population active. Cliquer sur les boutons pour passer entre les deux années.

Source : Insee.

Entre 1982 et 2013, le chômage a quasiment doublé passant de 5,5 % à 10,3 % de la population active. Mais sa géographie a peu changé comme si certains terrains étaient plus exposés que d’autres de longue date et pour des causes plus profondes que la fermeture de telle ou telle usine ou la disparition de telle ou telle industrie. Le chapeau nord de la France et une large bordure méditerranéenne restent les plus touchés ainsi que la plupart des villes, particulièrement celles de dimension moyenne, Châtellerault, Épinal, Moissac par exemple.

Les villes attirent en quelque sorte les chômeurs par leur marché de l’emploi qui leur offre une meilleure chance de retravailler et par la diversité de leur société qui ménage plus de possibilités de survie que les campagnes. Inversement, certaines régions résistent au chômage, l’Ouest, Rhône Alpes, une majeure partie de la Bourgogne et de la Franche-Comté. Plus que le dépérissement de certaines industries et commerces, c’est la capacité à rebondir, à créer, à innover qui parait moduler le chômage, dans l’esprit de la destruction créatrice popularisée par Schumpeter.

Found this article useful? A tax-deductible gift of $30/month helps deliver knowledge-based, ethical journalism.