Menu Close
L'infrastructure numérique est essentielle au développement de l'Afrique. Photo: Getty images

L'Afrique a besoin de la Chine pour son développement numérique mais à quel prix ?

Les technologies numériques présentent de nombreux avantages potentiels pour les populations des pays africains. Elles peuvent soutenir la prestation de services de santé, promouvoir l'accès à l'éducation et à l'apprentissage tout au long de la vie, et renforcer l'inclusion financière.

Mais il existe des obstacles à la concrétisation de ces avantages. L'infrastructure de base nécessaire pour connecter les communautés fait défaut par endroits. La technologie et le financement font également défaut.

En 2023, seulement 83 % de la population de l'Afrique subsaharienne était couverte par un réseau mobile 3G au moins. Dans toutes les autres régions, la couverture était supérieure à 95 %. La même année, moins de la moitié de la population africaine disposait d'un abonnement mobile actif à haut débit, derrière les États arabes (75 %) et la région Asie-Pacifique (88 %). Par conséquent, les Africains représentaient une part importante des quelque 2,6 milliards de personnes dans le monde qui étaient toujours déconnectées en 2023.

La Chine est un partenaire clé de l'Afrique pour débloquer ce goulot d'étranglement. Plusieurs pays africains dépendent de la Chine en tant que principal fournisseur de technologie et sponsor de grands projets d'infrastructure numérique.

Cette relation fait l'objet d'une étude que j'ai publiée récemment. Cette étude montre qu'au moins 38 pays ont travaillé en étroite collaboration avec des entreprises chinoises pour faire progresser leur réseau national de fibres optiques, leur infrastructure de centres de données ou leur savoir-faire technologique.

L'implication de la Chine a été déterminante si bien que les pays africains ont fait de grands progrès en matière de développement numérique. Malgré la persistance de la fracture numérique entre l'Afrique et d'autres régions, la couverture du réseau 3G est passée de 22 % à 83 % entre 2010 et 2023. Les abonnements mobiles actifs à haut débit ont augmenté de moins de 2 % en 2010 à 48 % en 2023.

Pour les gouvernements, cependant, le risque existe que le développement numérique impulsé par des acteurs étrangers maintienne en place les structures de dépendance existantes.

Raisons de la dépendance à l'égard des technologies et des financements étrangers

Le marché mondial de l'infrastructure des technologies de l'information et de la communication (TIC) est contrôlé par une poignée de producteurs. Par exemple, les principaux fournisseurs de câbles à fibres optiques, un composant de réseau qui permet l'Internet à haut débit, sont Huawei et ZTE, basés en Chine, et l'entreprise suédoise Ericsson.

De nombreux pays africains, dont les revenus internes sont limités, n'ont pas les moyens de s'offrir ces composants de réseau. Les investissements dans les infrastructures dépendent des financements étrangers, notamment des prêts à des conditions préférentielles, des crédits commerciaux ou des partenariats public-privé. Ces éléments peuvent également influencer le choix du fournisseur d'infrastructure d'un État.

Le relief du continent africain ajoute aux difficultés technologiques et financières. Les vastes terres et les topographies difficiles rendent le déploiement des infrastructures très coûteux. Les investisseurs privés évitent les zones peu peuplées parce qu'il n'est pas rentable pour eux d'y fournir un service.

Les États enclavés dépendent de l'infrastructure et de la bonne volonté des pays côtiers pour se connecter aux points d'atterrissage internationaux de fibre optique.

Une solution complète

On suppose parfois que les dirigeants africains optent pour les fournisseurs chinois parce qu'ils offrent la technologie la moins chère. Des témoignages anecdotiques suggèrent le contraire. Les entrepreneurs chinois sont des partenaires attrayants parce qu'ils peuvent offrir des solutions complètes qui incluent le financement.

Dans le cadre du système dit “EPC+F” (Engineer, Procure, Construct + Fund/Finance), des entreprises chinoises comme Huawei et ZTE supervisent l'ingénierie, l'approvisionnement et la construction, tandis que les banques chinoises fournissent un financement garanti par l'État. L'Angola, l'Ouganda et la Zambie sont quelques-uns des pays qui semblent avoir bénéficié de ce type d'accord.

Les solutions globales de ce type intéressent les pays africains.

Quels sont les avantages pour la Chine ?

Dans le cadre de sa stratégie “go-global”, le gouvernement chinois encourage les entreprises chinoises à investir et à opérer à l'étranger. Le gouvernement offre un soutien financier et attend des entreprises qu'elles améliorent la compétitivité mondiale des produits chinois et de l'économie nationale.

À long terme, Pékin cherche à établir et à promouvoir des normes numériques chinoises. Les partenariats de recherche et les possibilités de formation exposent un nombre croissant d'étudiants à la technologie chinoise. Le gouvernement chinois s'attend à ce que les applications mobiles et les startups en Afrique reflètent de plus en plus les principes technologiques et idéologiques de Pékin, y compris sa vision des droits de l'homme, de la confidentialité des données et de la liberté d'expression.

Cela s'inscrit en droite ligne avec la vision de la “Route de la soie numérique” de la Chine, qui complète son initiative économique Nouvelle route de la soie, en créant de nouvelles routes commerciales.

Dans le domaine numérique, l'objectif est la primauté technologique et une plus grande autonomie par rapport aux fournisseurs occidentaux. Le gouvernement s'efforce d'instaurer un ordre numérique mondial sino-centré. Les investissements dans les infrastructures et les partenariats de formation dans les pays africains constituent un point de départ.

Implications à long terme

D'un point de vue technologique, une dépendance excessive à l'égard d'un seul fournisseur d'infrastructure rend l'État client plus vulnérable. Lorsqu'un client dépend fortement d'un fournisseur particulier, il est difficile et coûteux de changer de fournisseur. Les pays africains pourraient être enfermés dans l'écosystème numérique chinois.

Des chercheurs comme Arthur Gwagwa de l'Institut d'éthique de l'université d'Utrecht (Pays-Bas) estiment que l'exportation par la Chine de composants d'infrastructures critiques permettra l'espionnage militaire et industriel. Ces allégations affirment que les équipements fabriqués en Chine sont conçus de manière à faciliter les cyberattaques.

Human Rights Watch, une ONG internationale qui mène des activités de recherche et de défense des droits de l'homme, a exprimé ses préoccupations quant au risque d'un autoritarisme technologique accru lié aux infrastructures chinoises. Huawei a notamment été accusé d'être de connivence avec des gouvernements pour espionner des opposants politiques en Ouganda et en Zambie. Huawei a nié ces allégations.

La voie à suivre

L'implication de la Chine offre aux pays africains une voie rapide vers le progrès numérique. Elle expose également les États africains au risque d'une dépendance à long terme. La solution consiste à diversifier l'offre d'infrastructures, les possibilités de formation et les partenariats.

Il est également nécessaire de promouvoir l'interopérabilité dans les forums internationaux tels que l'Union internationale des télécommunications, une agence des Nations unies responsable des questions liées aux technologies de l'information et de la communication. L'interopérabilité permet à un produit ou à un système d'interagir avec d'autres produits et systèmes. Cela signifie que les clients peuvent acheter des composants technologiques auprès de différents fournisseurs et passer à d'autres solutions technologiques. Elle favorise la concurrence sur le marché et des solutions de meilleure qualité en empêchant les utilisateurs d'être enfermés dans les mains d'un seul fournisseur.

Enfin, à long terme, les pays africains devraient produire leurs propres infrastructures et devenir moins dépendants.

.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 181,800 academics and researchers from 4,938 institutions.

Register now