Menu Close

L'Afrique à la Coupe du monde de football féminin : le Nigeria, l'Afrique du Sud, le Maroc et la Zambie pourraient créer la surprise

Un groupe de femmes africaines en tenue de football font des gestes avec leurs bras, un sentiment de victoire et des sourires sur leurs visages.
Barbra Banda (devant à droite) et ses coéquipières zambiennes célèbrent une victoire amicale contre l'Allemagne. Sebastian Widmann/Getty Images

Le Maroc et la Zambie feront leurs débuts en Coupe du monde féminine de la Fifa en 2023. L'Afrique du Sud doit retrouver le moral à la suite d'un différend sur les primes et le Nigeria mène à nouveau la charge pour le continent.

Le tournoi, organisé par l'Australie et la Nouvelle-Zélande, se déroule pour la première fois dans l'hémisphère sud, du 20 juillet au 20 août.

Il a pris de l'ampleur cette année, avec 32 nations en lice pour le trophée au lieu de 24. Cela permet à de nouvelles équipes d'accéder à la phase à élimination directe (les 16 premières places) du tournoi.

En tant que professeur et chercheur en sciences du sport avec fort intérêt pour le football africain, je suis attentivement l'évolution du football féminin sur le continent.

Bien que les quatre équipes africaines qualifiées ne fassent pas partie des favoris pour soulever le trophée de la Coupe du monde, il y a de fortes chances que l'une d'entre elles parvienne à se qualifier pour les matches à élimination directe. En tout cas, elles ont toutes le potentiel pour faire bouger les choses.

Zambie

La Zambie espère faire une grande impression pour une première participation à ce tournoi d'élite. Aux Jeux olympiques d'été de Tokyo 2020, l'équipe a montré des coups de génie que beaucoup espèrent voir se multiplier. §Lors des Jeux olympiques, l'attaquante vedette Barbra Banda a pris les devants en devenant la première femme à marquer deux triplés consécutifs aux Jeux.

Elle a également été au cœur de la victoire surprise contre l'Allemagne avant la Coupe du monde 2023 et jouera sans aucun doute un rôle déterminant dans cette compétition. Comme elle est la première footballeuse professionnelle de Zambie, on attend beaucoup de Banda. Son mantra est le suivant :

Laisser mon empreinte, mon propre nom, mon propre livre des records.

Les adversaires de la Zambie sont le Japon, vainqueur de la Coupe du monde en 2011, le Costa Rica et l'Espagne.

Maroc

L'équipe nationale du Maroc, les Lionnes de l'Atlas, fera également ses débuts. Elles auront sur leurs épaules la responsabilité d'être la première équipe féminine du monde arabe à jouer sur la scène de la Coupe du monde. Les pays arabes, où il y a beaucoup de passionés de football masculin, ne sont pas réputés en matière de participation des femmes aux sports d'équipe.

Il s'agit donc d'un effort pionnier qui ne manquera pas d'attirer l'attention du monde entier, surtout si le Maroc remporte quelques matches. On peut espérer que les efforts héroïques de leurs homologues masculins lors de la Coupe du monde 2022 inspireront l'équipe féminine.

Le Maroc, finaliste de la Coupe d'Afrique des Nations 2022, affrontera l'Allemagne, double championne, la Colombie et la République de Corée. Sa joueuse vedette est Rosella Ayane, née au Royaume-Uni mais qui a choisi de jouer pour le pays de son père. L'attaquante est l'étincelle offensive dont le Maroc avait besoin, avec sept buts en 15 matches depuis ses débuts internationaux en tant que grande joueuse en 2021.

Afrique du Sud

L'Afrique du Sud est devenue une force dans le football féminin africain. L'équipe a remporté la Coupe d'Afrique des Nations féminine 2022, son premier titre majeur. Cependant, elle aborde la Coupe du monde avec une ombre au tableau car elle a refusé de jouer son dernier match de préparation contre le Botswana en raison d'un problème de primes. Les joueuses se sont souvent plaintes de ne pas bénéficier de la même reconnaissance ou des mêmes avantages que l'équipe masculine, une caractéristique commune du football africain. L'équipe sud-africaine et ses responsables doivent rapidement résoudre leurs différends pour se concentrer sur leurs prochains matchs, face à la Suède, l'Argentine et l'Italie.

L'Afrique du Sud s'appuie sur un effectif jeune. La majorité des joueuses évoluent dans leur pays d'origine et sont au sommet de leur art ou font preuve d'un enthousiasme juvénile débordant. L'Afrique du Sud sera emmenée par sa joueuse vedette Thembi Kgatlana, qui a marqué le premier - et jusqu'à présent le seul - but du pays en Coupe du monde lorsqu'elle a donné l'avantage aux Banyana Banyana contre l'Espagne en 2019. Kgatlana a joué en club dans le monde entier.

Nigeria

Le Nigeria participe à la Coupe du monde depuis sa première édition en 1991. Il a obtenu ses meilleurs résultats en atteignant les quarts de finale en 1999 et se qualifiant pour le deuxième tour en 2019. Les Nigériannes affronteront l'Australie, coorganisatrice de la compétition, ainsi que le Canada et l'Irlande, qui fait ses débuts dans la compétition.

Le Nigeria sera emmené par sa joueuse vedette, Asisat Oshoala, qui a remporté de nombreux succès partout où elle a joué. Elle a remporté cinq fois le titre de footballeuse africaine de l'année et a marqué lors des Coupes du monde 2015 et 2019.

Une chance pour les outsiders

Les équipes féminines africaines ne sont pas classées très haut à l'approche de la Coupe du monde féminine 2023. Le Nigeria est le mieux classé (40e), suivi de l'Afrique du Sud (54e), du Maroc (72e) et de la Zambie (77e).

Cependant, il y a un fort espoir qu'avec le nouveau format élargi du tournoi, une équipe africaine puisse se montrer à la hauteur et provoquer suffisamment de surprises pour se qualifier pour les huitièmes de finale du tournoi.

This article was originally published in English

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 178,900 academics and researchers from 4,895 institutions.

Register now