Menu Close

Le coup d'État au Gabon a été préparé pendant des années : 3 facteurs clés qui ont mis fin à la dynastie Bongo

Un groupe de personnes agitant joyeusement des casquettes blanches
Ali Bongo Ondimba (en casquette) et son épouse, Sylvia (en chemise bleue), lors d'un meeting de campagne le 19 août 2023. Malkolm M./Afrikimages Agency/Universal Images Group via Getty Images

La récente intervention militaire qui a mis fin à la mainmise de la famille Bongo sur le pouvoir au Gabon, qui durait depuis 56 ans, a été préparée de longue date.

Ses origines remontent au moment où le président déchu Ali Bongo Ondimba a été victime d'un accident vasculaire cérébral en 2018.

La crise politique provoquée par la maladie de M. Bongo et la manière opaque dont il a continué à tenir les rênes du pouvoir par l'intermédiaire de membres de sa famille proche pendant sa convalescence ont créé des tensions au sein des cercles du pouvoir.

D'un côté, il y avait les critiques qui exigeaient sa démission et cherchaient à mettre fin à la mainmise de la dynastie Bongo sur le pouvoir dans ce pays d'Afrique centrale riche en pétrole. Ces critiques sont en grande partie responsables de l'émergence d’Albert Ondo Ossa en tant que candidat consensuel de l'opposition à l'élection présidentielle de 2023.

De l'autre côté, on trouve les membres fidèles du Parti démocratique gabonais, le parti au pouvoir. Ce parti a été fondé par l'ancien président Omar Bongo, qui a dirigé le pays de 1967 à 2009. Dans ce groupe se trouvaient des membres du parti qui ont continué à jouer une mascarade institutionnelle faite de réunions de membres du gouvernement et des lois approuvées aveuglément qui masquaient l'absence troublante et l'incapacité d'Ali Bongo.

Le groupe comprend également des membres puissants du clan au sein de la dynastie Bongo qui se disputent des positions et des richesses dans un contexte d'incertitude sur la santé d'Ali Bongo.

En tant que politologue spécialisé dans la politique africaine et la politique de l'industrie pétrolière en Afrique, j'ai fait des recherches sur les implications de la dépendance à la rente pétrolière et du néocolonialisme au Gabon.

Je pense que le régime dynastique corrompu de la rente pétrolière qui a gouverné le Gabon au cours du dernier demi-siècle a pris fin en raison de la combinaison de trois facteurs. Il s'agit de la maladie d'Ali Bongo, de l'effet de contagion d'autres coups d'État réussis récemment en Afrique et de la lutte pour le pouvoir entre le général Brice Oligui Nguema (le chef du coup d'État, qui serait le cousin éloigné d'Ali Bongo) et Sylvia Bongo Ondimba, l'épouse d'Ali Bongo. L'ancienne première dame préparerait son fils, Noureddine Bongo, à succéder à son père.

Facteurs en faveur du coup d'État

Avant le coup d'État, il y avait peu d'espoir qu'Ali Bongo Ondimba perde sa troisième tentative de réélection.

Son parti détenait plus de 80 % des sièges au parlement, contrôlait les conseils régionaux et municipaux et avait la mainmise sur les tribunaux et l'appareil de sécurité de l'État.

Ali Bongo aurait remporté 64,27 % des suffrages exprimés lors de l'élection, que l'opposition a qualifiée de simulacre. Selon l'organe en charge des élections, le principal adversaire d'Ali Bongo, Albert Ondo Ossa, est arrivé en deuxième position avec 30,77 %. C'était avant que les militaires n'interviennent.

L'un des facteurs qui a encouragé l'intervention militaire au Gabon est l'effet de contagion des récents coups d'État réussis en Afrique. Une série de coups d'État au Mali (2020), au Tchad (2021), en Guinée (2021), au Burkina Faso (2022) et au Niger (2022) semble avoir démontré aux militaires gabonais qu'un coup d'État réussi était non seulement possible, mais aussi acceptable.

Après le coup d'État, des foules sont sorties à Libreville et ont dansé dans les rues.

Le deuxième facteur est une lutte pour le pouvoir entre le chef du coup d'État, Nguema, et Sylvia Bongo. L'épouse du président déchu aurait gagné en influence après l'accident vasculaire cérébral dont son mari a été victime en 2018. Nguema a été relevé de ses fonctions de chef de la sécurité du président.

S'il est vrai que Sylvia préparait son fils à succéder à son père, Noureddine aurait été la troisième génération de la famille Bongo à diriger le Gabon. Ali Bongo a succédé à son père en 2009.

La voie à suivre

Avant le coup d'État du 30 août, la seule chose qui semblait unir les nombreux partis d'opposition du Gabon (qui ont à peine réussi à se rassembler autour d'un candidat commun neuf jours avant le scrutin du 26 août) était le désir de démettre Ali Bongo de ses fonctions.

Maintenant qu'un coup d'État semble y être parvenu, il sera difficile pour Albert Ondo Ossa de prendre ses fonctions.

Etant donné ce qui semble être la volonté de la France et des Etats-Unis d'accepter cette révolution de palais, la seule question est de savoir si Nguema mènera une transition vers un régime civil, organisera des élections, refusera de se présenter, ou deviendra le prochain membre du clan Bongo à gouverner.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 187,100 academics and researchers from 4,998 institutions.

Register now