Une étude sur trois décennies auprès d'un millier de garçons provenant de quartiers pauvres de Montréal démontre que ceux qui présentaient un déficit d'attention à l'âge de six ans avaient des revenus moindres à l'âge adulte. Shutterstock

Le déficit d'attention chez un garçon a un impact sur ses revenus futurs

Une nouvelle recherche, publiée dans la revue médicale JAMA Pediatrics, démontre que les garçons issus de milieux à faible revenu, et qui présentaient un déficit d'attention à la maternelle, avaient des revenus plus faibles à 36 ans, alors que les garçons qui étaient prosociaux gagnaient plus.

L'étude est basée sur l'analyse de près d'un millier de garçons provenant de quartiers pauvres de Montréal. Les garçons ont été évalués par des enseignants de maternelle à l'âge de six ans. Ils ont détecté chez certains un déficit d'attention, de l'hyperactivité, de l'agressivité, de l'opposition et, chez d'autres, des comportements dits « prosociaux » (comme le fait d'être gentil, serviable et prévenant). Puis, ces garçons ont été suivis pendant 30 ans. Leur comportement durant l'enfance a ensuite été lié à leurs déclarations de revenus à l'âge adulte.

Les garçons classés dans le quart supérieur pour déficit d'attention à l'âge de six ans gagnaient environ 17 000 dollars US de moins par année que ceux du quart inférieur. Ceux qui se sont classés dans le quart le plus élevé pour la pro-sociabilité gagnaient en moyenne 12 000 dollars US de plus que ceux qui se sont classés dans le tiers le plus bas.

L'étude tenait compte des facteurs connus pouvant influer sur les gains, y compris d'autres comportements problématiques ainsi que l'intelligence et les antécédents familiaux des enfants.

Bien que des études antérieures aient établi un lien entre un comportement perturbateur et une faible maîtrise de soi durant l'enfance, et des gains plus faibles à l'âge adulte, cette étude est la première à mesurer les gains au moyen des dossiers fiscaux et à démontrer que ces comportements peuvent être identifiés dès la maternelle et que les effets persistent pendant trois décennies.

L'étude démontre surtout qu'après avoir pris en compte d'autres comportements perturbateurs à l'âge de six ans - y compris l'hyperactivité, l'agressivité et l'opposition - seuls le déficit d'attention et les comportements prosociaux étaient associés aux gains ultérieurs.

Pourquoi le comportement a de l'importance pour les gains

Des études longitudinales comme celle-ci ne peuvent pas prouver que les comportements précoces entraînent des gains plus faibles ; elles démontrent seulement qu'ils sont associés. Un grand nombre d'événements survenus à partir de la maternelle pourraient avoir eu une incidence sur les gains à 36 ans.

L'un des facteurs les plus importants peut être le niveau d'instruction. Il existe un lien bien documenté entre le déficit d'attention pendant l'enfance, et l'échec des études secondaires. Il s'agit là d'obstacles importants à l'obtention d'emplois plus complexes et souvent mieux rémunérés.

Le déficit d'attention chez les enfants a également été associé à de mauvaises relations avec les pairs, un comportement antisocial à l'adolescence et la dépendance aux substances, qui pourraient tous abaisser le niveau de scolarité et nuire au rendement et à la productivité professionnelle.

Le lien entre le comportement prosocial de l'enfant et un revenu plus élevé est peut-être plus intuitif. Les enfants qui sont prosociaux ont tendance à avoir de meilleures relations avec leurs pairs, moins de problèmes de comportement à l'adolescence et un meilleur niveau de scolarité, ce qui devrait influencer positivement les possibilités d'emploi, le rendement et les gains.

À long terme, les comportements durant l'enfance, comme le déficit d'attention et la prosocialité, peuvent pousser les enfants vers des voies sociales et éducatives qui mènent à des résultats sociaux et économiques distincts des décennies plus tard.

Changer les comportements

Notre étude ne stipule pas que nous devrions pousser les enfants à être attentifs et prosociaux dans l'espoir qu'ils gagnent plus tard plus d'argent - bien qu'il existe de nombreuses autres bonnes raisons de soutenir et de promouvoir ces comportements.

Nous suggérons plutôt que les enfants aux comportementaux extrêmes, qui sont souvent les plus défavorisés, devraient bénéficier d'une surveillance et d'un soutien précoces afin de maximiser leurs chances de réussite.

L'identification et l'intervention précoces des comportements problématiques sont essentielles parce qu'elles réduisent l'accumulation des événements négatifs de la vie, comme la toxicomanie et l'échec scolaire, et sont plus susceptibles de réussir à long terme.

La prosocialité peut être développée par le biais d'une éducation préscolaire de qualité qui réduit de manière préventive le besoin d'une éducation spécialisée ultérieure.

L'identification et l'intervention précoces des comportements problématiques sont essentielles parce qu'elles réduisent l'accumulation des événements négatifs de la vie. (Shutterstock)

Il existe une gamme d'interventions pour les enfants âgés de cinq à huit ans conçues pour améliorer l'attention et promouvoir les comportements prosociaux.

Les interventions en milieu scolaire mettent l'accent sur l'apprentissage social et affectif, y compris la conscience de soi, l'autogestion, les aptitudes relationnelles et la prise de décision responsable.

Les programmes qui réduisent l'inattention comprennent ceux qui visent la maîtrise de soi et les fonctions exécutives, comme la flexibilité mentale et le contrôle des impulsions, et les traitements médicamenteux dans les cas graves.

L'une des limites de cette étude est qu'elle s'est concentrée sur les garçons issus de milieux à faible revenu dans une grande ville nord-américaine, de sorte qu'on ne sait pas exactement comment les résultats s'appliqueront aux filles ou aux enfants vivant dans d'autres contextes.

De futures études - actuellement en cours - permettront de répondre à ces questions.

Des conséquences pour la vie

Cette étude s'ajoute à une autre qui démontre que le déficit d'attention est l'un des facteurs de risque comportementaux précoces les plus importants pour prédire certains problèmes dans la vie, y compris des gains plus faibles.

La surveillance et le soutien précoces des enfants ayant un un déficit d'attention élevé et des comportements prosociaux faibles pourraient avoir un impact positif sur leur intégration sociale et leur participation à la vie économique.

This article was originally published in English