Le foot français, nouvel eldorado des investisseurs étrangers

Les Girondins de Bordeaux vont peut-être rejoindre le club pas si fermé des footballeurs financés par des investisseurs étrangers. Nicolas Tucat / AFP

L’information a été diffusée mi-mars : un fonds d’investissement américain spécialisé dans le marketing sportif serait intéressé par le rachat les Girondins de Bordeaux. Si l’affaire venait à se conclure, les Américains rejoindraient le club richement garni des investisseurs étrangers dans le football français. Avant eux, le Qatar, la Chine, les Émirats arabes unis, la Russie, le Luxembourg ont déjà acquis des parts dans certaines équipes. Sans oublier les tentatives ratées du Kazakhstan ou du Japon, respectivement à Lens et à Grenoble.

C’est simple, en Ligue 1, les quatre premiers clubs du classement actuel sont tous détenus, à des parts plus ou moins majoritaires, par des investisseurs étrangers. Depuis 2011, le Paris Saint-Germain est détenu à 70 % par le fonds d’investissement qatari Qatar Investment Authority, l’AS Monaco à 66 % par le milliardaire russe Dmitri Rybolovlev, l’Olympique de Marseille a été racheté en 2016 par le milliardaire américain Frank McCourt, et la même année l’Olympique lyonnais a annoncé par la voix de son président Jean‑Michel Aulas le rachat de 20 % de son capital par le fonds chinois IDG. Ligue 1 et Ligue 2 confondues, on compte au moins une dizaine d’autres investisseurs étrangers.

Plusieurs raisons expliquent un tel engouement, un tel enthousiasme, une telle attractivité des apporteurs de capitaux étrangers pour le foot français.

La méfiance des investisseurs nationaux

Si beaucoup d’investisseurs étrangers s’intéressent au football français, c’est d’abord parce que les acteurs nationaux se détournent de notre sport. Quand les clubs sont à vendre et qu’il n’y a que des étrangers qui se positionnent sur les rangs, il est normal qu’ils s’accaparent les trésors nationaux sans rencontrer de résistance…

Pour Christophe Le Petit, directeur d’étude au Centre de Droit et d’Économie du Sport de Limoges :

« Les grandes entreprises du CAC 40 sont frileuses pour investir. L’image du foot est brouillée. On sait combien on paie mais pas combien il faut mettre chaque année dans le foot. La France a traversé une crise économique. Quand il faut prioriser, le foot est loin. […] L’élite française méprise le sport et n’a pas la fibre supporter. C’est culturel ».

La médiatisation mondiale du football

L’exposition médiatique est une autre motivation des investisseurs étrangers : non seulement la France bénéficie-t-elle d’une externalité positive certaine, mais de plus, depuis une dizaine d’années, le football se mondialise, s’internationalise. De plus en plus de gens, à travers le monde, suivent et regardent ce sport. Ainsi, alors qu’en 1994, la finale de la coupe du monde Brésil – Italie avait été vue par 100 millions de personnes, celle de 2014 a été suivie par 1 milliard de téléspectateurs. Et 3,2 milliards d’individus ont avoué en avoir vu au moins 10 minutes !

Investir dans le football, c’est bénéficier d’une médiatisation certaine, et d’une base-fan spectaculaire, très importante pour les apporteurs de capitaux. Disposer d’un club, c’est disposer d’un outil de développement de sa marque, de sa visibilité.

Des tickets d’entrée moins chers qu’ailleurs

Dans la mesure où la Ligue 1 ne bénéficie pas des mêmes performances sportives que ses voisins européens (seulement deux victoires en Coupe d’Europe : l’Olympique de Marseille en 1993 et le Paris Saint-Germain en 1996 ; 5e à l’indice UEFA ; aucun club français en quart de finale de Ligue des Champions cette saison, etc.), sa valeur économique est proportionnellement plus faible qu’en Espagne, Angleterre ou Italie (à noter que le championnat allemand ne peut être intégré dans cette comparaison. En effet, la Bundesliga applique depuis toujours la règle du 50+1, qui durcit les règles d’entrée pour les investisseurs étrangers). Conséquence : le prix de vente des clubs français est moindre, ce qui est un avantage pour l’investisseur. Il bénéficie de l’ultramédiatisation du football sans dépenser plus que de raison…

Le Paris Saint-Germain, notamment, n’a été racheté « que » 40 millions d’euros par le fonds souverain qatari. À Monaco, l’oligarque russe Dmitri Rybolovlev a récupéré 66 % des parts du club pour 100 millions d’euros sur quatre ans. L’américain Frank McCourt a déboursé 45 millions d’euros pour racheter l’Olympique de Marseille et Joseph DaGrosa Jr proposerait 70 millions pour les Girondins de Bordeaux.. Ces tarifs sont très éloignés des prix anglais, espagnols ou italiens. D’après la presse transalpine, le Milan AC aurait par exemple été vendu à un consortium chinois pour 500 à 700 millions d’euros. Son voisin milanais, l’Inter, a quant à lui été cédé à un groupe indonésien pour 270 millions d’euros. En Grande-Bretagne, Liverpool FC s’est fait racheter 700 millions de livres (800 millions d’euros) par un fonds chinois tandis que le club de Manchester United serait actuellement estimé à 2,5 milliards en cas de vente.

Ces valeurs sont largement supérieures aux prix hexagonaux, ce qui constitue un avantage franco-français : le pays bénéficie de l’aura du football, attire des investisseurs, et ne propose pas de prix aberrants ou astronomiques.

La future valorisation des droits TV

Aux deux aspects évoqués plus haut s’ajoute la très probable revalorisation des droits TV. Actuellement, la Ligue 1, chiffrée à 748 millions d’euros par an, reste inférieure économiquement à la liga espagnole (1,6 milliard), la série A italienne (1,05 milliard) ou la Premier League anglaise (2,3 milliards)).

Qui dit droit TV faible, dit prix d’entrée raisonnable. Or, les rumeurs annoncent que le prochain appel d’offre des droits TV, sur la période 2021-2024, devrait atteindre des sommets. On prédit le milliard pour la France et jusqu’à 1,5 milliard en comptant les droits internationaux. Ces prévisions excitent les investisseurs, désireux de prendre des parts dans le football français tant que le ticket reste faible, puis attendre les retombées économiques certaines suite à l’inflation des droits.

Ils débourseraient moins de 50 millions d’euros aujourd’hui et, trois ans plus tard, ils tripleraient leur mise.

L’attractivité retrouvée du pays

Enfin, il ne faut pas négliger le climat d’affaire qui ne cesse de s’améliorer. Les différents mandats présidentiels, de Nicolas Sarkozy, de François Hollande et d’Emmanuel Macron ont tous favorisé le développement et l’attractivité du sport français. En accélérant son lobbying en faveur des grandes compétitions internationales, le pays est redevenu un territoire majeur du sport international. Entre 2016 et 2024 auront eu lieu l’Euro de football, les Jeux olympiques, et les Coupes du monde de handball, de foot féminin, de hockey sur glace, d’escalade, de rugby, etc.

Pour Virgile Caillet, spécialiste en marketing sportif et délégué général à l’Union Sport et Cycle :

« La France fait enfin du lobbying, ce n’est plus un gros mot. Rencontrer des gens, associer les sportifs avec les experts, prendre les personnes les plus compétentes possible et s’entourer des meilleurs. On fait vraiment de la diplomatie sportive, on cherche à préparer, en amont, le terrain et mettre véritablement toutes les chances de notre côté. »

Et cela attire du monde, intéressé par notre visibilité retrouvée et notre réputation dans le domaine. Paris est même redevenu, en 2016, la ville la plus touristique du monde. Mais ce n’est pas tout. La France a aussi fait un effort en matière fiscale !

En mars 2017, à la toute fin du mandat de François Hollande, son secrétaire d’État au sport, Thierry Braillard, a fait voter une loi sur la compétitivité et l’éthique du sport français. Celle-ci acte notamment le retour des droits à l’image collectifs. Autrement dit, une exonération d’une partie des cotisations sociales versées aux sportifs sous la forme de rémunération à l’image, ce qui entraîne une amélioration certaine de la compétitivité fiscale.

Coût d’entrée faible, forte médiatisation, valorisation future certaine, avantages fiscaux… Tous ces éléments expliquent à eux seuls la forte présence d’investisseurs étrangers dans notre football. Et celle-ci n’est pas près de diminuer…

Give now and double the power of your support. Dollar for dollar doubled by NewsMatch.