Menu Close

Le problème de la sécheresse comme explication de la famine dans la Corne et le Sahel de l'Afrique

Le marché de Djenne au Mali. Des aliments abordables et des marchés sûrs sont importants pour la sécurité alimentaire. Anthony Pappone/ Contributeur/GettyImages

Au début du mois de février 2022, le Programme alimentaire mondial (PAM) a annoncé que 13 millions de personnes dans la Corne de l'Afrique étaient confrontées à une grave famine en raison de la sécheresse qui sévissait dans la région. Des inquiétudes similaires ont été soulevées pour plusieurs pays du Sahel ouest-africain cette année.

Ne vous y trompez pas, la sécheresse met à mal les agriculteurs et les éleveurs de ces régions. Par exemple, la Corne de l'Afrique a connu trois saisons des pluies consécutives sans succès. Toutefois, accuser la nature d'être responsable de la faim est, au mieux, partial et, au pire, fallacieux, car cela revient à occulter des problèmes structurels plus profonds et des explications plus complexes, sans parler des solutions.

L'attrait de la sécheresse comme explication de la faim est qu'elle supprime toute culpabilité, permettant aux décideurs politiques d'attribuer une crise humanitaire à des variations climatiques aléatoires ou à un acte de Dieu. Elle est également séduisante par sa simplicité et son caractère direct. Les pluies cessent, les cultures se flétrissent, le bétail périt et les gens ont faim. Mais la sécheresse n'est pas plus la cause de la faim qu'une vague de froid n'est l'explication complète d'une mort hivernale par exposition dans mon état natal du Minnesota, aux États-Unis.

Je suis un géographe spécialiste de l'environnement humain et du développement qui étudie les facteurs d'insécurité alimentaire dans ces régions. Nous savons que la famine est en grande partie un phénomène colonial et post-colonial dans la Corne de l'Afrique et le Sahel. Ce n'est pas le cas de la sécheresse. Les précipitations ont longtemps été très variables dans les régions de la Corne de l'Afrique et du Sahel, et les agriculteurs et les éleveurs ont développé des systèmes pour faire face à cette variabilité.

Stratégies de sécheresse

Historiquement, les agriculteurs stockaient les excédents de céréales pendant les bonnes années afin de pouvoir traverser les années difficiles et plantaient un ensemble de cultures diverses, ayant des exigences différentes en matière d'humidité, afin de s'assurer qu'au moins une partie de la récolte était produite chaque année. Les éleveurs étaient également très mobiles sur de vastes étendues, une stratégie qui répondait aux régimes pluviométriques irréguliers des zones arides d'Afrique. Au-delà du niveau des ménages, les communautés et les royaumes disposaient de réserves de céréales et de réseaux de parents qui s'entraidaient en cas de pénurie.

Bon nombre de ces stratégies ont commencé à être abandonnées pendant la période coloniale. Les régimes coloniaux britannique et français ont utilisé les taxes de capitation (qui devaient être payées en espèces) pour forcer les agriculteurs locaux à cultiver davantage de cultures commerciales et à stocker moins de céréales excédentaires. Certains éleveurs ont également été encouragés à abandonner leurs animaux au profit de l'agriculture, ou à développer des ranchs clôturés.

Contrairement à l'époque précoloniale, où les taxes étaient souvent utilisées - en partie - par les empires africains pour mettre en place des filets de sécurité sociale, les cultures commerciales et la valeur excédentaire extraites par le biais de la fiscalité pendant la période coloniale étaient envoyées vers de lointains centres de pouvoir européens. Au fil du temps, cela a paralysé les stratégies de gestion des risques des populations locales, les rendant de plus en plus vulnérables aux ravages de la sécheresse, une situation qui était autrefois considérée comme une variation climatique gérable.

Cette situation, décrite par de nombreux spécialistes comme une violence structurelle, s'est perpétuée dans la période postcoloniale. Sous la bannière de la nouvelle révolution verte pour l'Afrique, les organisations de développement ont fait pression pour une agriculture de plus en plus commerciale, à fort apport d'intrants externes, qui implique l'utilisation de semences améliorées, d'engrais inorganiques et de pesticides.

Si cette approche permet d'augmenter les rendements d'une gamme étroite de cultures dans des conditions idéales, elle marginalise souvent les pauvres et les femmes. Elle crée un système qui est plus vulnérable à la sécheresse. Ces nouveaux systèmes mettent en péril les agriculteurs, car ils achètent souvent les intrants à crédit, s'endettent lorsque les récoltes ne sont pas idéales ou doivent vendre leurs récoltes pour régler les factures, une pratique qui sape tout effort visant à conserver un excédent de production pour une année ultérieure.

Modèle sécheresse-famine

Le modèle causal sécheresse-famine représente une vision extrêmement étroite de la malnutrition. La sécurité alimentaire est un concept dont on comprend de plus en plus qu'il ne comporte pas une, mais six dimensions: disponibilité, accès, stabilité, utilisation, agence et durabilité.

La production alimentaire, lorsqu'elle est paralysée par la sécheresse, représente un manque de disponibilité alimentaire pour un type particulier de ménage qui produit la plupart de ses propres aliments. Ce que cela masque, c'est un système alimentaire beaucoup plus complexe.

Dans la Corne de l'Afrique et au Sahel, de nombreux ménages achètent de plus en plus de nourriture ou vivent dans des zones urbaines. L'accès à la nourriture - la capacité d'acheter de la nourriture - est donc tout aussi important que sa disponibilité. Ce facteur a été fortement exacerbé ces derniers mois par la hausse des prix alimentaires mondiaux.

Ce sont également des régions où plusieurs pays - par exemple, la Somalie, l'Éthiopie, le Mali et le Burkina Faso - sont en proie à l'instabilité politique et aux conflits. Cela affecte la stabilité des marchés que les agriculteurs et les éleveurs utilisent pour l'achat de nourriture, les besoins en intrants et les ventes. Ils sont tout aussi essentiels que les précipitations.

Un soldat français, d'une opération antiterroriste au Sahel, discute avec un homme sur son jardin maraîcher dans le nord du Mali. PHOTO AFP / PHILIPPE DESMAZES

Un semblant d'état, une gouvernance raisonnable et une sécurité de base sont nécessaires pour soutenir les systèmes agricoles plus commerciaux qui ont été mis en place depuis la période coloniale, ce qui a fait cruellement défaut dans de nombreuses régions des pays africains susmentionnés.

Les marchés d'exportation se sont également effondrés pour de nombreux agriculteurs de ces régions lors des lockdowns COVID-19 à l'étranger. C'est ainsi que des fleurs coupées et des légumes ont pourri dans les exploitations agricoles du Kenya lorsqu'ils n'ont pu être transportés dans les soutes des avions commerciaux qui avaient pratiquement cessé de se rendre en Europe pendant un certain temps.

Il y a ensuite les contraintes liées à l'utilisation des aliments, avec la hausse des prix des combustibles de cuisson ou le manque d'accès à l'eau potable. Il est donc difficile pour les ménages de préparer un repas sain.

Enfin, et ce n'est pas le moins important, le pouvoir ou l'agence limités des gens pour façonner leurs propres systèmes alimentaires. Depuis la période coloniale, cela a conduit à un mélange non durable de pratiques de subsistance qui sont constamment menacées par la sécheresse.

Des systèmes alimentaires vulnérables

En tant qu'organisation de secours d'urgence à court terme, le Programme alimentaire mondial (PAM) a raison d'attirer l'attention sur la sécheresse et la faim dans la Corne de l'Afrique et les régions sahéliennes. Mais attribuer la responsabilité de la crise à la sécheresse, c'est comme reprocher au chien d'avoir mangé vos devoirs.

Le colonialisme, la mondialisation et les initiatives de développement modernes ont produit des systèmes alimentaires plus vulnérables. Ce n'est qu'en s'éloignant des explications simplistes de la faim et en adoptant une conception plus nuancée de la sécurité alimentaire que les communautés locales, les gouvernements et les organisations internationales pourront travailler en collaboration pour construire des systèmes alimentaires plus résilients.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 150,600 academics and researchers from 4,452 institutions.

Register now