Menu Close
D es dents cariées.
Carie dentaire trouvée dans la grotte de Taforalt, au Maroc. Louise Humphrey

Le régime alimentaire des chasseurs-cueilleurs n'a pas toujours été riche en viande : une étude marocaine révèle un régime à base de plantes

Il y a environ 11 000 ans, l'homme est passé de la chasse et de la cueillette à l'agriculture. Ce changement, connu sous le nom de révolution néolithique, a radicalement modifié notre régime alimentaire.

Pendant des décennies, les scientifiques ont pensé que les groupes humains pré-agricoles mangeaient beaucoup de protéines animales. Mais l'analyse a toujours été entravée par la rareté des restes humains bien conservés provenant de sites du Pléistocène. En fait, on sait peu de choses sur les pratiques alimentaires de l'époque.

Je suis doctorante et j'étudie ce sujet au Maroc. J'ai fait partie d'une équipe de recherche qui a découvert de nouvelles informations sur le régime alimentaire de l'âge de pierre.

En utilisant de nouvelles techniques de recherche, nous avons trouvé des preuves que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs de la fin de l'âge de pierre en Afrique du Nord avaient un régime alimentaire fortement basé sur les plantes, des milliers d'années avant l'avènement de l'agriculture.

La plupart des études sur les populations pré-agricoles ont été menées sur des sites paléolithiques européens et asiatiques, de sorte que notre compréhension du régime alimentaire durant cette période a été largement basée sur les résultats obtenus dans ces régions. Nos connaissances ont également été limitées par la mauvaise conservation de certains matériaux dans des régions arides comme l'Afrique du Nord.

Nos recherches changent la donne. Elles remettent en question la croyance de longue date selon laquelle les chasseurs-cueilleurs se nourrissaient essentiellement de protéines animales et enrichissent les connaissances sur les régimes alimentaires pré-agricoles dans différentes régions.

Traces chimiques dans les os et les dents

Imaginez que vous puissiez savoir ce qu'une personne a mangé il y a des milliers d'années en examinant simplement ses os et ses dents.

C'est possible grâce à une technique fascinante appelée analyse isotopique. Les isotopes sont de minuscules marqueurs chimiques des aliments que nous consommons et qui sont stockés dans nos os et nos dents. Ils peuvent être conservés pendant des milliers d'années. En les étudiant, nous pouvons obtenir des informations directes sur le régime alimentaire des groupes humains anciens.

Depuis les années 1970, les chercheurs utilisent l'analyse des isotopes stables pour étudier les régimes alimentaires et les modes de vie des anciens groupes humains en analysant les protéines de collagène présentes dans leurs os. Le collagène est une protéine présente dans les tissus conjonctifs, la peau, les tendons, les os et les cartilages. Par exemple, l'analyse des isotopes de carbone a été utilisée pour détecter la consommation de maïs des peuples préhistoriques d'Amérique du Nord. Les chercheurs ont également utilisé cette technique pour comparer les régimes alimentaires des Néandertaliens et des premiers hommes modernes (Homo sapiens) en Europe.

Avec une équipe internationale de scientifiques, j'ai analysé les dents et les os de personnes enterrées dans la grotte de Taforalt, dans le nord-est du Maroc. Les enterrements étaient délibérés. Les chercheurs ont qualifié le site de cimetière en raison de la nature organisée des sépultures et de la longue période au cours de laquelle ils ont eu lieu. La grotte est l'un des sites les mieux étudiés du nord-ouest de l'Afrique pour la période paléolithique. Il s'agit probablement du plus ancien cimetière d'Afrique du Nord. Elle contient certains des plus anciens ADN humains d'Afrique, ce qui a permis aux scientifiques de caractériser l'ascendance génétique humaine dans cette région.

Ouverture de grotte dans un flanc de montagne rocheux
Grotte de Taforalt, Maroc. Nicolas Perrault III., CC BY

Les sépultures humaines, associées à la culture ibéromaurusienne, ont été datées au radiocarbone entre 15 100 et 13 900 ans. Les archéozoologues ont identifié que la population chassait le mouton de Barbarie et d'autres espèces animales des environs, comme les gazelles, les bubales et les équidés. Les restes macrobotaniques retrouvés sur le site montrent qu'ils avaient également accès à une variété d'espèces végétales originaires de la région méditerranéenne, notamment des glands doux, des pignons de pin, de l'avoine, des légumineuses et des pistaches.

Nous avons analysé les isotopes du carbone, de l'azote, du strontium, du soufre et du zinc. Chaque type d'aliments laisse des “empreintes” isotopiques uniques. Par exemple, la viande, les plantes et les fruits de mer présentent des rapports isotopiques distincts pour le carbone et l'azote, ce qui nous aide à déterminer les types d'aliments consommés par les populations.

Nous avons également employé des techniques de pointe impliquant des isotopes de zinc développées par l'un de mes directeurs de thèse, Klervia Jaouen, que nous avons appliquées à l'émail des dents. Cette méthode, combinée à des analyses d'acides aminés, nous a permis de mieux différencier les sources végétales et animales du régime alimentaire.

Cette approche innovante nous a permis d'obtenir une image plus claire et plus détaillée des régimes alimentaires anciens, et de comprendre comment ces peuples s'adaptaient à leur environnement bien avant que l'on ne commence à cultiver des plantes.

Un régime surprenant pour les chasseurs-cueilleurs

Nous avons analysé l'émail des dents et les os de sept individus de la grotte de Taforalt, ainsi que diverses dents isolées. Notre analyse a révélé quelque chose d'inattendu : au lieu d'un régime riche en viande, les signatures isotopiques ont montré une forte dépendance à l'égard des plantes sauvages. Nous avons également trouvé peu de preuves de la consommation de fruits de mer ou d'aliments d'eau douce, ce qui est surprenant compte tenu de la proximité des sources d'eau. Nos recherches indiquent que si les Ibéromaurusiens consommaient de la viande, leur régime alimentaire reposait en grande partie sur les plantes sauvages qu'ils pouvaient stocker pour assurer leur approvisionnement en nourriture tout au long de l'année.

L'une des découvertes intéressantes que nous avons faites est qu'un bébé a commencé à manger des aliments solides dès l'âge de six à douze mois. Ce bébé recevait apparemment des aliments à base de plantes, probablement sous forme de bouillie ou de soupe. Cela nous donne un aperçu fascinant de la manière dont les chasseurs-cueilleurs s'occupaient de leurs enfants dans le passé.

Ces découvertes permettent également d'expliquer pourquoi les caries dentaires étaient fréquentes chez les habitants de Taforalt. Ils mangeaient beaucoup de féculents, ce qui peut entraîner des caries, d'autant plus qu'ils n'avaient pas de brosse à dents ni de bonne hygiène dentaire à l'époque. Les morceaux de plantes restaient coincés dans les dents et provoquaient des caries, ce qui entraînait des problèmes dentaires.

Les personnes qui étaient principalement des chasseurs devaient suivre un mode de vie nomade. À Taforalt, cependant, les archéologues ont trouvé des pierres à moudre probablement utilisées pour le traitement des plantes. L'utilisation de la grotte comme lieu de sépulture, en plus d'une forte consommation de végétaux, suggère que cette population menait peut-être déjà un mode de vie plus sédentaire, exploitant les ressources alimentaires disponibles dans les environs.

Perspectives d'avenir

Ces résultats remettent en question l'idée ancienne selon laquelle l'agriculture a été le seul facteur à l'origine d'une forte dépendance envers des régimes alimentaires à base de plantes. Les Ibéromaurusiens consommaient beaucoup de plantes sauvages 8 000 ans avant l'apparition de l'agriculture au Maroc. Cela suggère que les premiers hommes étaient plus adaptables et ingénieux dans leurs habitudes alimentaires qu'on ne le pensait auparavant. Comprendre cela nous permet d'apprécier la complexité et la flexibilité des régimes alimentaires humains de la préhistoire et la manière dont ces pratiques alimentaires ont influencé notre évolution et notre santé.

Notre étude montre également comment les nouvelles techniques isotopiques peuvent nous donner un aperçu détaillé des régimes alimentaires de nos ancêtres, nous aidant ainsi à comprendre les fondements de la nutrition humaine.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 186,900 academics and researchers from 4,996 institutions.

Register now