Menu Close
Un soutien logistique inadéquat augmente les coûts et décourage le commerce en Afrique. Yoamod / Shutterstock

Les pays africains pourraient débloquer des milliards de dollars pour le commerce : les réussites et les échecs

La part de l'Afrique dans le commerce mondial reste disproportionnellement faible, oscillant autour de 2 à 3 %. Les pays du continent commercent davantage avec le reste du monde qu'entre eux. L'Afrique doit accroître sa part de commerce pour stimuler la croissance et réduire la pauvreté.

L'Aide pour le commerce est une initiative pour le développement qui vise à supprimer les obstacles au commerce auxquels sont confrontés les pays en développement. Le professeur de commerce international et d'économie du développement Bedassa Tadesse, qui a récemment co-écrit un article sur l'Aide pour le commerce, explique ce que l'initiative fait pour résoudre les problèmes commerciaux de l'Afrique.

Quelle est la situation du commerce en Afrique ?

Malgré les immenses ressources et le potentiel inexploité du continent, la part de l'Afrique dans le commerce mondial reste faible. On estime, par exemple, que l'Afrique pourrait générer chaque année 21,9 milliards de dollars de plus grâce à ses exportations vers le monde. Cela limite la croissance économique du continent et sa capacité à sortir des millions de personnes de la pauvreté.

Les échanges entre pays africains sont également faibles, représentant environ 16 % du volume total des échanges du continent. Ce chiffre est bien inférieur aux niveaux des échanges intrarégionaux en Europe (68 %) et en Asie (59 %).

Ces statistiques ont des implications importantes. L'accroissement des échanges commerciaux de l'Afrique dans la région et dans le monde pourrait favoriser le développement, créer des emplois et réduire la pauvreté.

Le potentiel commercial de l'Afrique est entravé par une multitude de défis. Le continent est confronté à des déficiences infrastructurelles, à des réglementations commerciales lourdes et à un soutien logistique inadéquat. Ces obstacles gonflent les coûts des entreprises et découragent le commerce à l'intérieur du continent et avec le reste du monde.

Pourquoi le commerce avec les autres nations est-il important ?

Le commerce international est un outil puissant pour la croissance économique et le bien-être des consommateurs. Il permet aux nations d’utiliser leurs avantages comparatifs, d'accéder à des marchés plus vastes et de bénéficier des économies d'échelle. Il favorise la diffusion des connaissances et des technologies au-delà des frontières, stimulant ainsi l'innovation et la productivité. En favorisant les échanges culturels et l'interdépendance entre les nations, le commerce contribue également à la paix et la stabilité.

Pour profiter pleinement des avantages du commerce, les pays et les régions ont besoin de politiques et de cadres institutionnels solides qui facilitent l'intégration du marché mondial et simplifient le commerce.

Qu'est-ce que l'Aide au commerce et comment fonctionne-t-elle ?

L'Aide pour le commerce est une initiative lancée par l'Organisation mondiale du commerce. Lancée en 2005, elle vise à aider les pays en développement, en particulier les moins avancés, à accroître leurs échanges commerciaux. L'initiative a permis de renforcer les infrastructures et les capacités commerciales des pays bénéficiaires, augmentant ainsi les performances à l'exportation. Toutefois, l'intégration des pays dans les marchés mondiaux pose encore des problèmes.

Les projets de l'initiative visent les défis liés au commerce dans cinq domaines principaux :

  • politique et réglementation commerciales : cadres permettant des opérations de commerce international sans heurts

  • infrastructure commerciale : aide au développement des routes, des ports, des communications et des systèmes énergétiques

  • capacité de production : capacité à produire des biens et des services compétitifs pour le marché mondial.

  • ajustement lié au commerce : soutien à la gestion des impacts des réformes commerciales et de l'intégration dans l'économie mondiale, tels que l'abaissement des droits de douane et la réduction des préférences.

Un montant stupéfiant de 647,4 milliards de dollars a été déboursé dans le cadre de l'initiative en faveur de 146 pays en développement entre 2006 et 2022. En 2022, les décaissements de l'initiative en faveur des pays en développement ont atteint 51,1 milliards de dollars, bénéficiant à 178 141 projets. L'initiative a permis de réduire les coûts commerciaux, d'augmenter les volumes d'échanges et de créer des emplois dans les pays concernés.

Comme pour l'aide traditionnelle, les pays bénéficiaires reçoivent des donateurs un financement axé sur la demande pour financer leurs projets prioritaires. Mais ceux-ci doivent être liés au commerce, et le paquet comprend une assistance technique et une coopération technique. En outre, contrairement à l'aide traditionnelle, les fonds alloués ne se traduisent pas toujours par des rentrées financières directes qui soutiennent les objectifs de développement plus larges du bénéficiaire.

Cela a-t-il fonctionné pour l'Afrique ?

L'Afrique a été le deuxième plus grand bénéficiaire de l'initiative “Aide pour le commerce” après l'Asie. Dans le cadre de cette initiative, les pays du continent ont reçu un total de 233,18 milliards de dollars US entre 2006 et 2022. Ce montant représente 36 % du total des décaissements effectués en faveur de l'ensemble des pays en développement. Il couvre les coûts d'infrastructure, de renforcement des capacités, de politique et d'ajustement.

Les défis géographiques et logistiques entraînent souvent une hausse des coûts commerciaux en Afrique. C'est pourquoi l'initiative finance principalement des projets tels que des installations portuaires, des corridors commerciaux et des infrastructures de télécommunications à travers le continent.

Dans notre récente analyse, nous avons examiné l'impact de l'initiative sur les coûts commerciaux. Nous avons constaté que les effets de réduction des coûts commerciaux de l'initiative étaient plus importants dans les pays africains disposant de réseaux d'infrastructures relativement bons.

Quelles sont les principales réussites de l'Afrique ?

Les projets d'aide au commerce ont amélioré les réseaux de transport, les procédures douanières et les institutions liées au commerce.

Les exemples de réussite en Afrique sont les suivants :

  • Le projet de poste frontalier unique de Busia entre l'Ouganda et le Kenya. Le projet a été lancé en 2010 avec un financement du Projet de commerce et de transport en Afrique de l'Est de la Banque mondiale. Il visait à réduire le temps moyen de passage de la frontière de 30 %. Depuis, le projet a permis de réduire de 80 % le temps moyen nécessaire pour passer de Busia (Ouganda) à Busia (Kenya). Le temps de traitement douanier à Busia, au Kenya, est maintenant réduit de 98 %, tandis que celui de Busia, en Ouganda, a diminué de 69 %.

  • Le poste frontière de Chirundu au Zimbabwe. Ce projet pilote a été lancé en 2005 avec le financement et l'assistance technique de l'Agence japonaise de coopération internationale et de la Banque mondiale. La modernisation a permis d'accélérer la circulation des personnes, des véhicules et des marchandises entre le Zimbabwe et la Zambie.

  • Le projet de facilitation du commerce et du transport en Afrique de l'Est. Lancé en 2006, il visait à améliorer la circulation sur le corridor reliant le port maritime de Mombasa au Kenya à Kampala (Ouganda), Kigali (Rwanda), la RDC et le Sud-Soudan. Il a été financé par la Banque mondiale à hauteur de 260 millions de dollars, et soutenu par la Banque africaine de développement, l'UE, le Japon et le Royaume-Uni. Le projet a réduit les temps de transit de Mombasa à Kampala de 15 à 5 jours et les temps d'attente moyens au port de Mombasa de 19 à 13 jours.

Ces projets sont tous soutenus par des agences multilatérales et des sources bilatérales de financement de l'aide au commerce. Leur succès montre que l'initiative peut abaisser les barrières commerciales et renforcer l'efficacité économique sur tout le continent.

Que reste-t-il à faire ?

L'Afrique reste confrontée à des contraintes de capacité. Elle dispose de fonds limités pour la recherche et le développement, d'une faible capacité à négocier les questions commerciales et a du mal à respecter ses engagements commerciaux multilatéraux. Les difficultés d'accès au marché, telles que les règles d'origine restrictives, continuent également de limiter les bénéfices de l'Aide au commerce. La faiblesse des cadres institutionnels, l'insuffisance des infrastructures et la corruption généralisée continuent d'accroître les coûts commerciaux de la région. Les choses sont également compliquées par une mauvaise coordination régionale, des réglementations variables et des normes contradictoires d'un pays à l'autre.

Pour relever ces défis, il est nécessaire de renforcer:

  • les capacités institutionnelles

  • la transparence

  • la reddition des comptes de l'administration de l'aide

  • des mécanismes solides de suivi et d'évaluation.

Les projets d'aide au commerce devraient également correspondre aux priorités de développement des pays bénéficiaires.

Les pays doivent élaborer des politiques qui créent un environnement favorable aux entreprises. Cela signifie réduire la bureaucratie, renforcer l'indépendance judiciaire et protéger les droits des investisseurs.

Enfin, les pays doivent s'engager à coopérer au niveau régional pour stimuler le commerce intra-africain. Il s'agit notamment d'harmoniser les réglementations douanières et de normaliser la documentation commerciale. Il s'agit également d'investir dans des projets d'infrastructure à l'échelle du continent qui relient les marchés locaux aux principales plaques tournantes du commerce.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 187,000 academics and researchers from 4,998 institutions.

Register now