Menu Close

Les Sapeurs africains : au-delà des apparences, un discours militant

Jocelyn Armel dit le Bachelor. Un des Sapeurs les plus médiatisés. Connu pour ses sorties, ses pubs, ses interviews emblématiques mais surtout pour son combat pour la Sape, les Sapeurs et l’Afrique. Author provided

On peut les croiser dans les métros parisiens, dans le quartier de la Goutte d’or ou encore lors des grands événements de mode à Londres, Milan, Bruxelles, Dubaï… Ce sont majoritairement des hommes, africains, noirs avec un look vestimentaire atypique, flashy et qui cherchent à se faire remarquer : on les nomme Sapeurs africains ou encore « black dandies ».

Ces Sapeurs (et sûrement pas pompiers), qui se réclament de la Sape (Société des ambianceurs et des personnes élégantes) sauvent les apparences par un style vestimentaire luxueux, décalé, griffé et baroque. Ils veulent enflammer à travers leur discours, leur style et la théâtralisation de leurs faits et gestes.

Chardel Matsanga, Le Présisape. Figure emblématique et charismatique du Mouvement. Un samedi après-midi Sapologique. Couleurs griffées, montre, gants, parasol, lunettes, regard… ces grands détails qui font le Sapeur.

Histoire, genèse et évolutions

Le mouvement de la Sape est né en Afrique centrale. Les travaux des ethnologues et des historiens sur la question semblent attribuer le port de Bacongo (rivière qui sépare les deux Congo), comme point de départ de cette sous-culture dans les années 1919-1920. Trente ans après, dans les années 1950, la Sape va connaître un nouvel élan et prendre son envol. Les premiers émigrés congolais (dont des anciens combattants) de retour au pays rapportent des produits perçus comme luxueux ou d’apparat : objets de marque, accessoires, vêtements ou chaussures de grandes marques.

C’est à partir de là que commencent, dans les quartiers des deux Congo (Brazzaville et Kinshasa), les premières parades, les défilés, les confrontations. Sur le même principe que les battles de danse, il faut montrer, démontrer et prouver ses capacités et aptitudes à la Sape ; les gestes, la voix, la démarche, le regard… autrement dit la communication paraverbale y est essentielle pour se démarquer, outre l’exhibition de vêtements de grandes marques. Alors un peu partout au Congo-Brazzaville et au Congo-Kinshasa, des foules se forment pour assister aux joutes, contempler, soutenir et acclamer ces « esthètes noirs », œuvres d’art vivantes et de surcroît, mieux habillés que les colons blancs eux-mêmes.

[Plus de 85 000 lecteurs font confiance aux newsletters de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

Par la suite, dans les années 1970, des groupes d’étudiants congolais quittent la terre natale pour gagner la France. Le mouvement connaît un nouveau souffle avec des jeunes comme Aurlus Mabele, Djo Ballard, Ricley Loubaky, Jocelyn Armel, Ben Moukacha ou encore Papa Wemba qui deviendront rapidement des figures emblématiques et historiques du mouvement.

Photo du Bachelor de la Sape dans le Métro Parisien, un jour ordinaire. « La Sape, c’est mon quotidien, c’est du lundi au Lundi en passant par les autres jours de la semaine ! », dit-il.

À partir des années 1984-1985, le mouvement optimise son organisation et la MEC (Maison des Étudiants de Congolais) devient le berceau de la Sape en France. La MEC se situait au 20 rue Béranger, dans le IIIe arrondissement de Paris. Tous les étudiants et quelques commerçants congolais (Congo-Brazzaville et Congo-Kinshasa) fréquentaient la MEC. Pour le roi de la Sape, Djo Balard et quelques doyens du mouvement comme Ben Moukacha, Jocelyn Armel, Nono Ngando (tous rencontrés dans le cadre de cette recherche), la MEC est le point de départ officiel de la Sape authentique. C’est à partir de la MEC que le mouvement a pris son véritable envol et s’est internationalisé. Djo Balard explique :

« La MEC, c’est la Mecque des Sapeurs. Quasiment tout a commencé là-bas. C’était la fête tout le temps ; des moments forts de compétitions mais dans la bonne humeur et dans la Sape. On voyait des silhouettes bien habillées. On faisait chanter les couleurs et les marques. Il fallait voir ça. À la MEC, le slogan c’était : être bien habillé, le crier, le savourer et même le jurer. »

Un mouvement médiatisé

Presque partout en Afrique et dans quelques grandes capitales européennes, surtout à Paris, on parlait de ce nouveau groupe d’africains, de noirs très élégants et passionnés qui fréquentent les boutiques comme Hermès, Yves Saint Laurent, Cardin, Prada, Balmain, Yamamoto, Lobb, Weston, Dior, Cerutti 1881, Preston… En quelques années, le mouvement de la Sape gagne le monde de la presse, des médias et du net. On en parle en Europe et particulièrement en France où les Sapeurs parisiens continuent de faire du « buzz » pour démocratiser et populariser leur mouvement voire leur doctrine. Dans les milieux des années 80, le réalisateur français Thomas Gilou réalise le film Black Mic Mac qui a été un premier clin d’œil culturel « mainstream » à ce mouvement.

Ben Mukasha, Un des doyens et figure emblématique de la Sape. Ici, à Lille dans le cadre d’une séance photo pour les besoins d’un article de recherche. Fourni par l'auteur

Le styliste et designer Paul Smith lance en 2010 une collection Sape pour rendre un vibrant hommage au penchant coloré, vivant, flashy et décalé du style vestimentaire des Sapeurs africains. Le célèbre photographe anglais Martin Parr, lors d’un séjour en 2011 dans la capitale française, rend visite aux Sapeurs et présente une exposition de photos dans le quartier de la Goutte d’or (XVIIIe arrondissement). Une exposition très fortement relayée par la presse, les réseaux sociaux et les blogs de professionnels (mode, photo…). Enfin, le créateur Christian Louboutin, lance en 2016 une collection de chaussures hommes Printemps Eté inspiré du modèle Kitendi (kitendi désigne le mouvement de la Sape en lingala, langue parlée dans une grande partie de l’Afrique centrale).

Derrière la Sape, un discours militant

Les pratiques vestimentaires peuvent dépasser l’expressivité individuelle ou collective pour entrer dans le champ religieux, symbolique ou politique. Mon travail de recherche, qui s’inscrit dans le champ des études postcoloniales et des « subaltern studies » (qui désignent l’étude des personnes, minorités ou groupes ignorés, peu reconnus ou dominés par la race, la classe sociale, le genre, l’orientation sexuelle, l’« ethnie » ou la religion) a pour objet d’explorer le sens et l’impact de la consommation démonstrative de luxe vestimentaire des Sapeurs noirs africains.

Les Sapeurs ne sont pas des clients traditionnels pour les marques de luxe. Ils sont en quête de reconnaissance sociale et s’approprient les marques. Le luxe, justement, avec ses différents degrés d’appréciation, étant employé ici comme le référentiel d’un groupe d’appartenance.

Ce qui fait le style particulier du Sapeur, c’est sa manière très codifiée de porter les accessoires, les marques, les couleurs, les motifs et de créer ainsi une tenue originale en référence au modèle occidental classique. Les accessoires sont présents à l’excès : chaussures, écharpe, chaussettes, sous-vêtements, pochette, ceinture, montres, lunettes, chapeau, cigare, cosmétiques, parfums et maquillage. Cette profusion est là pour souligner le discours du Sapeur : il s’agit de « cogner fort » c’est-à-dire de faire forte impression dans un contexte compétitif. En exhibant un maximum de griffes de luxe, on souligne tout à la fois l’authenticité de la tenue, sa créativité personnelle et un brin d’humour et de subtile provocation.

Les Sapeurs lors du Tournage du film du Réalisateur Jean Pascal Zadi, Tout simplement Noir. Ici, rue Panama, dans le XVIIIᵉ arrondissement. Un samedi après-midi Sapologique ! Fourni par l'auteur

Le Sapeur cherche à signaler sa présence aux autres, à se faire remarquer : l’excès de couleurs, de marques et d’accessoires le transforme en acteur du théâtre social, qu’il rend soudain bien plus visible. Par son accoutrement original, il réclame un droit de se faire plaisir, mais aussi de paraître, d’exister et d’interpeller.

Ces vêtements bruissants de symboles

Le vêtement remplit plusieurs fonctions : pratique, utilitariste, institutionnel, symbolique, esthétique… Chez les Sapeurs, le vêtement de valeur permet de porter un discours politique. Et ce discours plaide la dignité. La Sape s’oppose à l’humiliation liée à la pauvreté et à la condition du client « étranger ou noir » qui peut être perçu comme illégitime dans les magasins de luxe.

Le passé colonial joue aussi un rôle dans ce besoin de réparation et de justice. Dans l’histoire récente du continent africain, la tenue kaki et le casque colonial ont longtemps représenté le pouvoir politique et militaire des Blancs ; avec la Sape, l’image du pouvoir s’inverse et la griffe de luxe, le chapeau, le cigare, la canne, le costume étincelant permettent de gagner de la reconnaissance, de dépasser symboliquement l’humiliation de la domination coloniale – tout en rappelant qu’elle a eu lieu.

Enfin, il y a un terme très important dans le monde des Sapeurs, c’est l’ambiance : les Sapeurs sont des ambianceurs. Ils se mettent en scène dans la rue et favorisent une sociabilité intense, en créant des attroupements. Les vêtements colorés et luxueux, la danse des griffes, le flot de paroles (comme un sorte de transe), la musique chaleureuse et l’ambiance électrique provoquent l’admiration collective, la légitimation entre pairs et valident le statut du Sapeur.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 184,200 academics and researchers from 4,969 institutions.

Register now