Menu Close
Des hommes en costume et quelques femmes brandissent des banderoles et lèvent les mains jusqu'au visage.
Des personnes protestent contre le conflit dans l'est de la RDC lors d'une assemblée de l'Union africaine à Addis-Abeba, le 17 février 2024. Amanuel Sileshi /AFP via Getty Images

Manifestations en RDC : pourquoi la colère des Congolais contre l'Occident est justifiée et utile au gouvernement

Depuis le début du mois de février, la capitale de la République démocratique du Congo, Kinshasa, est secouée par des manifestations dirigées contre des ambassades occidentales. Des manifestations ont eu lieu devant les ambassades britannique et française, ainsi que devant les bâtiments des Nations unies. Dans toute la ville, des drapeaux américains et belges ont été brûlés.

Les manifestants dénoncent ce qu'ils estiment être la complicité de l'Occident dans la guerre dans l'est de la RDC. Ces manifestations ont été déclenchées par la nouvelle avancée du mouvement rebelle M23.

Le M23, dirigé par les Tustsi congolais, est le plus récent des groupes rebelles rebelles soutenus par le Rwanda. Il a émergé en avril 2012, a pris le contrôle de la ville orientale de Goma en novembre 2012 et a été vaincu en 2013. Fin 2021, le groupe est réapparu, alimenté par des tensions géopolitiques de longue date entre la RDC et le Rwanda. Il a depuis lors pris le contrôle de vastes portions de territoire.

Le mouvement contrôle désormais l'accès à Goma. Cette ville, dont la population est estimée à 2 millions d'habitants, est symboliquement et stratégiquement importante en tant que plus grande ville de la province du Nord-Kivu, située à la frontière avec le Rwanda.

Le groupe rebelle a maintenant encerclé la ville, ce qui lui permet de couper les approvisionnements ou de conquérir la ville. La possibilité que cela se produise - comme en 2012 - a provoqué une panique généralisée et davantage de déplacements.

J'ai étudié la RDC et sa géopolitique pendant près de deux décennies. Dans cet article, j'explique les raisons et l'ambiguïté des manifestations.

Tout d'abord, il est frappant de constater à quel point la communauté internationale reste silencieuse à l'égard du Rwanda. De nombreux rapports récents des Nations Unies ont largement documenté le soutien militaire direct du Rwanda à la rébellion du M23 - un soutien que Kigali lui-même nie.

Un certain nombre de pays, comme la Belgique et la France, ont demandé au Rwanda de mettre fin à son implication. Plus récemment, le 17 février, les États-Unis ont publié une déclaration ferme condamnant le soutien du Rwanda au M23. Pourtant, peu d'actions concrètes ont été entreprises : le Rwanda reste la coqueluche des bailleurs de fonds occidentaux.

Deuxièmement, les manifestations actuelles témoignent du manque d'attention de la communauté internationale à l'égard de la crise congolaise. La comparaison avec l'Ukraine et Israël/Palestine est souvent évoquée dans le pays : où est l'attention portée à la crise congolaise ?

Pour Félix Tshisekedi, qui a récemment entamé un second mandat en tant que président de la RDC, les manifestations sont opportunes. Elles permettent au gouvernement de rejeter la responsabilité sur les pays occidentaux. Et ce, après cinq années marquées par des progrès limités, au mieux, dans la résolution de la crise dans l'est du pays.

L'échec des politiques

Le gouvernement congolais n'a pas réussi à résoudre la crise armée dans l'est du pays. La région reste en proie à une multitude de groupe armés, dont la rébellion du M23.

Depuis la Deuxième Guerre du Congo, les conflits n'ont cessé d'éclater dans l'est du Congo, motivés par des intérêts et des griefs aux niveaux local, national et régional. Cette situation a donné naissance à une multitude de groupes armés, estimés à plus de 100 à l'heure actuelle. L'accès aux ressources naturelles - qui sont abondantes dans l'est du Congo - est l'un des moteurs du conflit mais pas nécessairement le plus important. Au niveau régional, les pays voisins tels que l'Ouganda et le Rwanda ont continué à protéger leurs intérêts économiques, politiques et sécuritaires dans l'est du Congo.

Lorsque Tshisekedi est devenu président en 2019, il a pris des mesures pour rétablir la stabilité dans l'est du pays.

Mais ces mesures ont eu des résultats limités.

Tout d'abord, il a permis à certains pays voisins, tels que l'Ouganda et le Burundi, d'opérer à nouveau militairement dans l'est. Cette décision était controversée pour de nombreux Congolais, compte tenu de l'implication de l'Ouganda dans le pillage des ressources naturelles congolaises pendant la deuxième guerre du Congo.

Cette politique, et en particulier la présence de militaires ougandais sur le sol congolais, est tenue pour responsable par le groupe de recherche congolais Ebuteli d'avoir ravivé la rébellion du M23 en 2022. La présence de ces troupes étrangères en RDC a été perçue comme une menace pour les intérêts rwandais.

Deuxièmement, Tshisekedi a déclaré “l'état de siège” dans les provinces en conflit du Nord-Kivu et de l'Ituri, où l'armée a pris le contrôle de l'autorité civile. Mais cette mesure s'est également révélée inefficace. La violence s'est intensifiée. Et, comme l'ont montré Amnesty International et Human Rights Watch, les militaires ont abusé des pouvoirs conférés par l'état de siège pour réprimer davantage et cibler l'opposition dans ces provinces.

Troisièmement, il y a eu une série d'autres interventions militaires. Mais elles n'ont eu, elles aussi, qu'un succès limité.

Cela inclut :

  • le déploiement de 1 000 mercenaires roumains, dirigés par un ancien légionnaire roumain à la tête de sa propre société militaire privée. Ils ont été spécifiquement engagés pour combattre le M23.

  • Leur engagement spécifique pour combattre le M23, en collaboration avec des groupes d'autodéfense locaux et des groupes armés existants, dont beaucoup ont été combattus par l'armée congolaise. Ces combattants sont appelés Wazalendo (patriotes en kiswahili). Cette opération visait également à vaincre le M23.

  • Le déploiement d'une force de la Communauté de développement de l'Afrique australe (SADC). A la mi-février 2024, il a été annoncé que l'Afrique du Sud enverrait 2.900 soldats supplémentaires dans le pays. Il s'agit de la dernière des organisations régionales qui se sont impliquées dans la résolution du conflit depuis l'arrivée au pouvoir de Tshisekedi. Parmi les autres organisations, on peut citer la Communauté de l'Afrique de l'Est, la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et l'Union africaine.

Dans l'ensemble, ces initiatives et ces accords n'ont donné que des résultats limités et n'ont guère contribué à changer la situation humanitaire qui se détériore dans le pays.

Depuis octobre de l'année dernière, le nombre de personnes déplacées dans le pays a atteint 6,9 millions – le chiffre le plus élevé jamais enregistré.

Le rôle de l'Occident

Les récentes manifestations arrangent dans une certaine mesure le gouvernement Tshisekedi, car elles lui permettent de rejeter la responsabilité sur l'Occident.

Il a été remarqué que le gouvernement est resté relativement tolérant à l'égard des manifestations. Les manifestations anti-occidentales ont été autorisées à se poursuivre pendant plusieurs jours, avec une mobilisation publique sur les médias sociaux. Cette approche contraste nettement avec la réaction face à d'autres manifestations publiques récentes. Les manifestations de l'opposition contre les résultats contestés des élections en décembre ont été interdites ou rapidement dispersées.

Dans le même temps, la colère de la population à l'égard du rôle de l'Occident dans la région - à la fois son attitude protectrice à l'égard du Rwanda et son apparente indifférence à l'égard de ce qui se passe en RDC - est justifiée.

Tout d'abord, les manifestations s'appuient sur des frustrations de longue date à l'égard de la force de maintien de la paix des Nations unies dans le pays, mieux connue sous l'acronyme de Monusco. La Monusco a toujours eu un problème de crédibilité majeur en RDC en raison de son piètre bilan en matière de protection de la population civile. Cette frustration a, à plusieurs reprises, conduit à des manifestations violentes contre l'ONU dans le pays.

Deuxièmement, un certain nombre d'initiatives diplomatiques occidentales ont contribué à ancrer l'idée que la politique occidentale dans la région n'avait pas les intérêts des Congolais à cœur. En décembre 2022, l'Union européenne a annoncé sa décision de donner 20 millions d'euros (environ 21,6 millions de dollars) à l'armée rwandaise pour ses opérations militaires au Mozambique. A cette époque, de nombreux éléments de preuve attestaient du soutien rwandais au M23. Cette initiative a donc été perçue par l'opinion publique congolaise comme un soutien direct de l'Europe au M23.

Les initiatives diplomatiques ultérieures visant à réparer les dégâts, telles que le même montant d'aide européenne à l'armée congolaise, n'ont guère contribué à modifier cette perception.

Il est également vrai que la crise congolaise n'a pas bénéficié d'une attention suffisante de la part de la communauté internationale, y compris de l'Occident. L'une des raisons directes des manifestations est que lors de la récente demi-finale de la Coupe d'Afrique des nations (que la RDC a disputée contre la Côte d'Ivoire), les manifestations anti-guerre des supporters congolais dans le stade n'ont pas été retransmises. Bien qu'il appartienne à la Confédération africaine de football de décider diffuser de telles manifestations, la décision a été interprétée comme ayant été prise par la chaîne française Canal+. Elle a été perçue comme une nouvelle illustration de l'attitude occidentale à l'égard du conflit congolais.

Cela a conduit à des attaques contre les points de distribution de Canal+ et à des manifestations contre l'ambassade de France.

À l'instar d'autres crises en Afrique subsaharienne, comme celles du Soudan ou de l'Éthiopie, la crise en RDC est particulièrement reléguée au bas de la hiérarchie des priorités des préoccupations internationales, notamment en Occident. Les manifestations contre les symboles occidentaux à Kinshasa peuvent donc également être considérées comme des signaux de détresse : “nous sommes là nous aussi”.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 187,000 academics and researchers from 4,998 institutions.

Register now