Menu Close
Un policier garde l'entrée d'un point de deal dans la cité nord de Maison-Blanche à Marseille le 1er décembre 2023. La violence liée au trafic a explosé mais masque aussi une violence structurelle. Nicolas Tucat/ AFP

Marseille vue de l’intérieur : une exploration de la violence urbaine

L’année 2023 a été particulièrement meurtrière à Marseille : selon des chiffres avancés par le procureur de la ville, au moins 49 personnes seraient mortes et plus d’une centaine auraient été blessées du fait de trafic de stupéfiants. Au point où le terme « narchomicides » est évoqué et que le président de la République s'y est rendu le 19 mars 2024, annonçant « une opération sans précédent » pour lutter contre le trafic de drogue. Faisant un pas de côté, les anthropologues Dennis Rodgers et Steffen Jensen ont choisi d’explorer cette violence de manière plus large et plus contextualisée, en se basant sur un terrain de sept mois effectué entre 2021 et 2023 dans la cité Félix-Pyat. Située au cœur du IIIe arrondissement marseillais, elle est souvent décrite comme l’une des plus difficiles de la préfecture des Bouches-du-Rhône.


La mauvaise réputation

Grands ensembles à Félix Pyat, Marseille, 3e arrondissement, 2021. D.Rodgers, S.Jensen, Author provided (no reuse)

Les représentations des cités marseillaises comme lieux de violence tributaires du trafic de drogue nourrissent des imaginaires masquant d’autres formes de violences structurelles.

Des trafics pas si juteux, des morts complexes

Des policiers montent la garde devant un bureau de vote au coeur de la cité Félix-Pyat souvent citée dans les médias. Illustration datant de 2020 prise lors du scrutin municipal. Clément Mahoudeau/AFP

Il existe de profondes contradictions et ambiguïtés concernant le trafic de la drogue à Félix-Pyat, qu'il est nécessaire saisir dans son contexte social, économique, et culturel pour véritablement le comprendre.

Des murs devant les yeux

La cité Felix Pyat dans le 3e arrondissement de Marseille. Anne-Christine Poujoulat/AFP

Certains aménagements des infrastructures du territoire à Marseille peuvent être vus comme une forme de violence, dont les effets sont tout aussi insécurisants que les activités du trafic de drogue.

État partout, État nulle part ?

La photo ci-dessus montre le bâtiment B à Félix-Pyat, l’un des plus insalubres de la cité, après des années de négligence. On peut y noter plusieurs appartements ayant souffert des incendies, qui restent des mois et même des années sans être rénovés. Anne-Christine Poujoulat/AFP

Les habitants de cités comme Félix-Pyat ne se perçoivent plus comme vivant au sein d’espaces bénéficiant d’un état de droit, mais plutôt dans des lieux d’exception devant être disciplinés et punis.

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 181,800 academics and researchers from 4,936 institutions.

Register now