File 20170914 9029 1cv3gtz.jpg?ixlib=rb 1.1

Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile : qui sont-ils vraiment ?

Une famille syrienne sauvée en mer sur le port grec de Kos, en juin 2015. Freedom House

Migrants, réfugiés, demandeurs d’asile : qui sont-ils vraiment ?

Nous publions ici une série de data visualisations sur la crise des réfugiés, réalisée par Aliénor Anido, Quentin Cavalan, Adeline Gueret et Irène Hu, étudiants de l’ENSAE, sous la direction de leur professeur, Kilian Bazin. L’intégralité de leur travail peut être visualisé sur leur blog, Lumière sur les migrations.

On évoque souvent la « crise des migrants » pour décrire l’afflux de personnes fuyant la guerre en Syrie ou d’autres conflits qui arrivent sur les côtes européennes. Mais de plus en plus d’associations, de journalistes, d’hommes et de femmes politiques plaident aujourd’hui pour l’utilisation du terme réfugié. Ce mot renvoie à une migration politique pour cause de conflit notamment, et, in fine, fait référence au droit d’asile.

La distinction entre réfugié et migrant est essentielle : les gouvernements ont des responsabilités différentes envers chacun. En effet, les pays gèrent les migrants en vertu de leurs propres lois et procédures en matière d’immigration. En revanche, le terme réfugié est défini par la législation internationale : la Convention de Genève de 1951, ratifiée par 145 membres des Nations unies, interdit de refouler des réfugiés dans un pays où leur vie est en danger.

1. Une majorité d’exilés… restent dans leur pays !

Échelle verticale en millions de personnes. Source : UNHCR.

Contrairement aux idées reçues, les populations fragilisées par les conflits et crises s’exilent… à l’intérieur de leur propre pays. Depuis 2006, il y a plus de déplacés internes que de réfugiés. Quant aux demandes d’asiles, elles ont décollé depuis 2012.

2. La géopolitique des demandes d’asile

Source : OFPRA.

En France, plusieurs vagues de demandes d’asile ont été directement liées à des événements historiques, en particulier pour les décennies 1990 et 2000 : l’éclatement du bloc soviétique et les guerres civiles en ex-Yougoslavie.

3. L’Europe des accueils et des rejets

Les demandes d’asile déposées dans les pays européens et le taux d’acceptation. Source : Eurostat.

La France reçoit six fois moins de demandes d’asile que l’Allemagne et accepte une proportion moindre de demandes. En 2015, 70 570 demandes d’asile ont été déposées en France par des individus ressortissants d’un pays n’appartenant pas à l’Union européenne. 29 % ont été acceptées. Le pays qui accepte la plus grande part relative des demandes qu’il reçoit est Chypre, avec un taux de 75 %, suivi de Malte (74 %) et du Danemark (48 %).

4. D’où viennent ceux qui demandent l’asile en France ?

Congo, Chine, Bangladesh

Les dix principaux pays d’origine des demandeurs d’asile (première demande). Source : OFPRA.

Soudan, Syrie, Kosovo

Les dix principaux pays d’origine des demandeurs d’asile (première demande). Source : OFPRA.

Le drame syrien se dessine sur ces deux graphiques : sur une période de deux ans, ce sont près de 3 500 personnes en provenance de ce pays qui ont demandé l’asile à la France.