Nos problèmes environnementaux à la lumière de Marx

On célèbre en cette année 2018 le bicentenaire de la naissance du philosophe allemand. Montecruz Foto/Flickr, CC BY-SA

« Et tout progrès de l’agriculture capitaliste est non seulement un progrès dans l’art de piller le travailleur, mais aussi dans l’art de piller le sol. Tout progrès dans l’accroissement de sa fertilité pour un laps de temps donné est en même temps un progrès de la ruine des sources durables de cette fertilité. »

– Karl Marx, « Le Capital » (Livre 1)

Suite à l’effondrement de l’Union soviétique et à une profonde transformation de l’économie chinoise, le capitalisme semble s’être imposé partout comme l’unique modèle possible. Dans un tel contexte, les idées de Karl Marx (1818-1883) pourraient être reléguées en toute sécurité dans les poubelles de l’histoire. Mais le crash financier mondial de 2008 et ses désastreuses conséquences l’auront fait ressortir de la corbeille !

Pour le meilleur ou pour le pire, les idées du philosophe allemand auront affecté notre monde plus profondément qu’aucun autre penseur social ou politique. Mais à l’occasion du 200e anniversaire de sa naissance célébré cette année, le débat sur la pertinence de sa pensée semble toujours dominé par une compréhension « traditionnelle » de sa doctrine.

Les commentateurs, qu’ils soient hostiles ou partisans, se focalisent en effet sur sa critique de l’exploitation et de l’inégalité au sein du capitalisme et de l’impérialisme, et du conflit pour transformer la société grâce au socialisme.

Hélas, il y a peu – bien trop peu – de débats portant sur les relations entre les humains et la nature telles que Marx les a analysées.

Après tout, la destruction régulière, et qui va s’accélérant, des conditions essentielles à toute forme de vie, notamment humaine, par le capitalisme moderne est sans doute le défi principal auquel se trouve confrontée notre humanité contemporaine. Le changement climatique étant l’un de ses symptômes les plus dévastateurs.

Mais cela va plus loin, avec la pollution toxique des océans, la déforestation, la dégradation des sols et, plus tragique encore, une perte absolument inédite de la biodiversité.

« L’histoire de la nature et l’histoire des hommes dépendront l’une de l’autre aussi longtemps que les hommes existeront » – Karl Marx. Stephen Bonk/shutterstock

En réalité, une étude récente a démontré que la problématique – à savoir cette relation discordante entre les hommes et le monde naturel – a bien représenté un thème central dans la réflexion de Marx tout au long de sa vie. Ses idées à ce sujet restent précieuses – voire indispensables – mais son héritage fait aujourd’hui obstacle. Un nouvelle approche s’impose.

Loin de la nature

Les premiers manuscrits philosophiques de Marx, ceux de 1844, sont surtout connus pour le développement du concept de « travail aliéné » dans le contexte du capitalisme. On pourra déplorer que les spécialistes aient plus rarement souligné que, pour Marx, la source fondamentale de cette aliénation résidait aussi dans notre éloignement vis-à-vis de la nature.

Cet éloignement commence avec la compartimentation des terres communes, laissant de nombreux habitants des zones rurales dans l’obligation de vendre leur force de travail à la nouvelle classe industrielle. Marx évoque également les besoins spirituels et la perte d’un mode de vie proche de la nature dans lequel la population avait trouvé un sens.

Pour Marx, la transformation des terres communes en propriétés privées fit passer l’Angleterre du féodalisme au capitalisme. Cristian Teichner/shutterstock

Le thème développé dans ces premiers manuscrits consiste en une vision de l’histoire où l’exploitation des travailleurs et de la nature vont de pair. Pour Marx, la future société communiste résoudra les conflits parmi les humains, et aussi entre les humains et la nature ; les hommes pourront enfin satisfaire leurs besoins en harmonie les uns avec les autres et avec l’ensemble du monde naturel :

« L’homme vit de la nature – signifie que la nature est son corps, avec lequel il doit maintenir un processus constant pour ne pas mourir. Dire que la vie physique et intellectuelle de l’homme est indissolublement liée à la nature ne signifie pas autre chose sinon que la nature est indissolublement liée avec elle-même, car l’homme est une partie de la nature. »

Dans ses écrits, Marx apporte une contribution de premier plan pour éclairer la relation entre l’homme et le monde naturel ; il met ainsi fin à une longue tradition philosophique où les êtres humains sont considérés comme séparés de la nature ; il affirme le besoin, à la fois physique et spirituel, d’une relation authentique et dynamique de l’homme avec la nature, affirmant que ce rapport a été mis à mal à l’avènement du capitalisme.

Le problème, c’est le capitalisme, pas l’humanité

Dans ses ouvrages plus récents, Marx poursuit cette analyse à l’aide de son concept clé de « modes de production ». Selon lui, chacune des différentes formes de société humaine ayant existé possède sa propre façon d’organiser le travail pour satisfaire ses besoins vitaux – par une action sur et avec la nature –, et pour distribuer les fruits de ce travail.

Les sociétés de chasseurs-cueilleurs lui apparaissent ainsi généralement égalitaires et durables ; concernant les sociétés féodales ou esclavagistes, aux relations sociales marquées par l’inégalité et l’exploitation, elles ne possèdent cependant pas cette dynamique destructrice sans fin propre au capitalisme industriel.

Ce concept de « modes de production » empêche toute tentative d’expliquer notre crise écologique en des termes abstraits tels que « démographie », « avarice » ou « nature humaine ». Car chaque forme de société possède sa propre écologie. Et les problèmes écologiques auxquels nous faisons face sont ceux du capitalisme – et non du comportement humain en tant que tel ; il nous faut dès lors comprendre comment ce système interagit avec la nature pour résoudre ces problèmes.

Marx a lui-même initié une réflexion profonde à ce sujet. Dès les années 1860, il écrit à propos de la dégradation des sols, un problème majeur à l’époque. Il montre comment la division entre villes et campagnes conduit immanquablement à une perte de la fertilité des sols et au développement de la pollution et des maladies dans les centres urbains.

Des auteurs contemporains ont développé ces idées : on peut ainsi citer feu James O’Connor ou encore le sociologue John Bellamy Foster, qui identifia une tendance endémique du capitalisme à générer une « faille éologique » ; il y a aussi les penseurs associés, au Royaume-Uni, au Red Green Study Group.

Si j’ai indiqué plus haut que les réflexions de Marx sur l’homme et la nature étaient essentielles, elles demeurent également problématiques. À certains moments de son œuvre, il semble en effet célébrer les immenses progrès de productivité et de contrôle sur les forces de la nature accomplis par le capitalisme ; le socialisme n’apparaissant comme nécessaire que pour partager équitablement les bénéfices.

Si de récentes recherches ont remis en cause cette interprétation, elle aura été historiquement très influente. Et les désastres engendrés par l’industrialisation à marche forcée de Union soviétique sous Staline doivent certainement beaucoup à cette manière de voir les choses.

J’aimerais pour conclure souligner ceci : les nouveaux marxistes environnementaux soutiennent, à juste titre, que le capitalisme n’est pas durable écologiquement et que le socialisme est nécessaire pour établir un lien rationnel avec le monde naturel. Mais pour construire un mouvement capable de transformer la société de cette façon, nous devons nous souvenir de l’accent mis par Marx sur nos besoins matériels et spirituels, qui ne pourront être satisfaits sans une relation gratifiante et respectueuse avec la nature. Bref, nous avons aussi besoin d’un marxisme « vert » et écologique.

This article was originally published in English