Oui à la controverse scientifique, non à la polémique

Les controverses se nourrissent de questionnements scientifiquement, à l'inverse des polémiques stériles. Antenna/Unsplash

Produisons-nous, oui ou non, des nouveaux neurones tout au long de notre vie ? Cette question est importante car la « neurogénèse », si elle persiste chez l’adulte, pourrait être exploitée pour réparer le cerveau. Cette énigme fait l’objet de nombreuses recherches depuis deux décennies, mais le doute persiste. Un nouvel article, publié le 15 mars dans la revue Nature, est venu contredire de précédents résultats suggérant qu’il existe bel et bien une « fontaine de jouvence » dans notre cerveau.

La science est le processus de génération de connaissance et la définition de faits objectifs. Bien que les faits scientifiques soient la chose que nous, humains, avons de plus proche de la vérité, il est essentiel de reconnaître qu’ils sont intrinsèquement et perpétuellement remis en cause. Même lorsqu’un fait a été démontré à de multiples reprises pendant des décennies, des doutes peuvent toujours exister autour de celui-ci.

La science dans son essence la plus profonde est à l’origine de doutes. Les connaissances scientifiques ne peuvent progresser que par le questionnement constant des paradigmes établis. Ces derniers sont soit prouvés encore et encore et deviennent donc des faits établis, ou alors ils évoluent et sont corrigés par de nouvelles preuves. Quoi qu’il en soit, le doute peut également prendre une forme plus destructrice. Il est donc crucial de distinguer deux mécanismes : la controverse et la polémique.

Controverse ou polémique ?

Une controverse est un processus fondamentalement sain qui conduit à l’explication scientifique des choses. Imaginez deux groupes de scientifiques débattant, discutant, échangeant des informations sur des interprétations contradictoires d’une série d’observations.

L’objectif principal de ce débat est ici d’obtenir un consensus, un accord. La controverse ne peut être réglée que par de nouvelles expériences et donc de données, qui alimentent d’autres discussions et ainsi de suite. La controverse se conclut car des preuves soutiennent de manière écrasante une interprétation scientifique en particulier. Le processus de réflexion critique est essentiel en science et la controverse scientifique est indispensable pour atteindre un consensus sur de nouveaux concepts. Elle peut également conduire à l’émergence de nouveaux champs de recherche. Il s’agit là d’un cercle vertueux de débat et de découvertes.

Une polémique, en revanche, est un processus destructeur qui n’aboutit qu’à une impasse. Il faut là imaginer un débat où la vision scientifique des choses est incroyablement restreinte et où le moteur du désaccord est l’idéologie ou les intérêts économiques et non les faits scientifiques. Ce processus créé également du doute, mais celui-ci est utilisé dans le but de discréditer le consensus scientifique.

En effet, une polémique naît souvent de la déformation idéologique d’un débat ou d’une controverse scientifique, à desseins politiques ou économiques. Le processus d’une polémique implique souvent de discréditer les scientifiques, affirmer qu’ils ont des conflits d’intérêts et créer une guerre d’information hypermédiatisée. Ceux qui sont à la poursuite de telles polémiques habillent souvent leurs discours d’un verbiage scientifique pour donner une légitimité superficielle à leur propagande pseudoscientifique. Par comparaison à une controverse, l’objectif principal d’une polémique est d’être le terreau de l’obscurantisme. Les doutes ne conduisent pas qu’à la curiosité scientifique mais aussi à la peur. Nous sommes témoins ici d’un cercle vicieux freinant le progrès et une action publique rationnelle.

Science, média et politiques publiques

Pour que la science soit un outil plus efficace de bien-être social, au moins dans une démocratie, il est important que les décideurs et le public dans son ensemble soient correctement informés et capables de faire la différence entre fait scientifique et fiction, entre controverse et polémique.

Pour informer les personnes responsables de définir les politiques publiques, le lobbying est un élément clé. Bien qu’il soit régulièrement associé à des polémiques et perçu comme une tentative de puissants pour manipuler la démocratie par la désinformation scientifique, ce n’est pas exact. Le lobbying est une série d’actions d’influence pour défendre un intérêt particulier. Il peut donc être motivé par des objectifs positifs et la vérité scientifique, comme dans le cas des énergies renouvelables ou de la vaccination des enfants par exemple.

Au-delà d’informer les décideurs, il est primordial que le public soit scientifiquement averti et bien informé. Grâce aux médias et la digitalisation massive, le public a accès à une quantité extraordinaire d’informations et de connaissances. Cependant, ce tsunami d’informations n’est pas suffisamment accompagné des outils analytiques qui permettraient au grand public de discerner les faits et de la fiction.

Parce que la méthode scientifique paraît mystérieuse, détachée de la vie quotidienne, complexe et nuancée, le public n’a souvent pas accès aux raisons qui distinguent certaines affirmations soutenues par la recherche scientifique, d’autres qui ne le sont pas. On peut citer la vaccination, le changement climatique, la soi-disant crise des migrants en Europe comme des exemples patents de débats alimentés par des non-vérités brandies telles des épouvantails plutôt que par des faits scientifiques. Il est crucial que les médias s’efforcent de fournir au public de tels outils pour permettre aux individus et aux communautés de prendre des décisions éclairées, qui pourraient en retour affecter leur vie et leurs moyens d’existence.

Le scientifique au micro

Quels sont les aspects positifs du fait que les scientifiques s’impliquent directement dans le débat public ? De toute évidence, les scientifiques travaillant dans un domaine particulier sont les principaux experts sur le sujet. Dans ce sens, ils sont les mieux placés pour donner une opinion solide basée sur des preuves objectives.

Vul-ga-ri-ser ! PEB&Fox, CC BY

Même lorsqu’un sujet est sensible et que le débat autour de celui-ci est enflammé, l’avis scientifique peut souvent être le meilleur moyen de construire un consensus. L’expertise et la connaissance ont également une tendance naturelle à tempérer le débat. Les scientifiques diront souvent « Nous avons observé ceci… mais des données supplémentaires sont encore nécessaires pour confirmer ces observations ».

À l’inverse, les médias auront tendance à évoquer la découverte scientifique en des termes plus tranchés et imposants. Il y a donc au moins 3 avantages principaux à l’implication des scientifiques dans le débat public. Le premier est de s’assurer de la présentation mesurée et nuancée des découvertes. La seconde, qui peut paraître paradoxale, est d’expliquer la nature souvent controversée des nouveaux résultats. La troisième est de communiquer clairement sur la complexité du processus d’une découverte scientifique.

Après tous les avantages susmentionnés, quelles sont, alors les désavantages ? Nous en distinguons au moins 3. D’abord, les scientifiques sont par définition spécialistes d’un aspect très spécifique de leur domaine. Si l’expertise scientifique est un avantage évident, le danger existe qu’un scientifique soit tenté ou poussé à donner son opinion au-delà de son champ d’expertise.

Une seconde préoccupation, inévitable, est que les scientifiques sont également des êtres humains. Avec leur biais personnels et, plus rarement, des positions idéologiques affirmées, ils pourraient participer, volontairement ou involontairement, à la naissance d’une polémique.

Enfin, il existe une différence entre connaître beaucoup de choses sur un sujet et être capable de communiquer efficacement ces connaissances à un public plus large. Tous les scientifiques ne sont pas de bons communicants, ce qui peut conduire à plus de confusion que de clarté. Cela peut aussi conduire les scientifiques à arrêter de communiquer auprès du public. Dans ce contexte, mettre en place des outils de formation en communication pourrait encourager les scientifiques à intervenir plus activement auprès du public.

Une vision plus large d’une question scientifique, en particulier si elle suscite d’autres questionnements, d’ordre éthique par exemple, nécessite le point de vue de plusieurs experts. S’assurer que différents experts sont consultés, quelle que soit la question, peut répondre à ces inquiétudes. Ce processus est essentiel pour mettre sur la table suffisamment d’informations pour que le public puisse se forger sa propre opinion éclairée, et ainsi participer positivement à la vie publique.

Un corrélat important de l’implication des scientifiques dans le débat public est l’exemple des politiciens possédant une formation scientifique. Il existe plusieurs exemples de politiciens titulaires d’un diplôme scientifique, dont le doctorat, et même pour certains une carrière scientifique derrière eux. L’aspect positif que cela suggère est que la science est reconnue comme une valeur positive dans la société. Un autre point positif est que ces politiques pourraient avoir une plus grande capacité, due à leur formation, à faire la distinction entre des conclusions basées sur des preuves et de la pseudoscience.

Il ne faut cependant pas oublier l’impact négatif que cela peut avoir. La science évolue relativement vite et ces politiques n’exercent plus en tant que scientifiques. Leurs priorités et impératifs ont changé avec leur carrière politique. Ces éléments auront des conséquences sur leurs conclusions, qui interféreront avec les conclusions de la communauté scientifique aux yeux du public. Il est essentiel que les politiciens de formation scientifique évitent d’utiliser leurs diplômes pour avancer des positions politiques comme s’il s’agissait de conclusions scientifiques. De toute évidence, une décision politique ne peut être prise uniquement sur des bases scientifiques et des informations partielles. En revanche, plus le public comprend ce qu’est le consensus scientifique, pourquoi il en est ainsi et où la controverse peut encore résider, plus la société pourra éviter la polémique.

Placer le scientifique au cœur du débat public et du relais médiatique de l’information mettra inévitablement en avant le profil et le prestige de certains scientifiques adeptes de la communication. Comme dit plus haut, les scientifiques sont aussi des êtres humains et ne sont donc pas à l’abri des pièges de l’excès de médiatisation, aux dépens de la science elle-même. Il est crucial de garder à l’esprit que ce n’est pas le prestige du scientifique qui est important, mais plutôt de mettre l’esprit scientifique et les informations basées sur des preuves aux cœurs du débat public, des médias, et – chose la plus importante- de l’éducation. C’est primordial.

We need your help to elevate the voices of experts, not the shouters.