Menu Close

Oui, la Normandie a un accent !

Au centre de Darnétal. Alexandr Gruntorad

En France, il existe une longue tradition de l’étude de la corrélation des accents et des langues avec les traits sociodémographiques de telle ou telle communauté : c’est ce qu’on appelle la sociolinguistique. On pourrait dire que cette tradition a été initiée par Martinet, et qu’elle s’est poursuivie dans les travaux de Louis-Jean Calvet, Thierry Bulot, Henriette Walter, Jacques Durand

La tradition incarnée par Calvet, Bulot et leurs collaborateurs, où le chercheur examine plutôt la présence et le statut d’une langue ou des langues dans une communauté, reste majoritaire en France. C’est même à cette tradition qu’un‧e chercheur‧se français‧e pensera d’abord quand on dit « sociolinguistique ». Par contre, l’examen phonétique des voyelles, largement inspiré par les travaux du sociolinguiste américain William Labov, est sans doute la tradition sociolinguistique dominante dans le monde anglophone. Elle n’est pas aussi répandue en France, même si elle a été et est pratiquée par des linguistes français‧e‧s illustres, tels lesdits Martinet, Walter, Durand et autres.

La Bonneville, Manche. Photo de l’auteur

Différences d’accent et différences sociales

C’est ce type d’examen que nous avons fait dans deux communes de la Normandie, La Bonneville (50) et Darnétal (76), pour savoir d’abord s’il y avait un (seul) français régional de Normandie (FRN), et pour connaître quelques-uns de ses attributs. Ensuite, le but, comme dans beaucoup d’études initiales en sociolinguistique, était d’observer si des corrélations existaient entre des différences d’accent et des différences sociales dans ces communautés. Les hommes et les femmes parlent-ils différemment ? Les personnes âgées et les jeunes ? Les personnes de la classe ouvrière et celles des classes moyennes ?

Darnétal, Seine-Maritime : une commune urbaine en lisière de la campagne. Photo de l’auteur

La recherche que nous venons de publier (en anglais, désolé…) traite la question, en examinant en particulier la phonétique des voyelles finales de café et secret en position finale dans les deux mots. Dans cet article, nous utilisons café et secret pour signifier, non seulement ces deux mots, mais « ces voyelles, dans tout mot où ils sont en position finale ».

Tout francophone sait que ces voyelles sont censées être prononcées différemment ; le‧la prof de la maternelle nous l’a enseigné. Or le‧la francophone sait aussi qu’il y a des accents qui les prononcent de la même façon quand même, toutes deux comme café : à savoir, l’accent méridional, mais aussi… l’accent normand.

En effet, nos recherches ont montré qu’un trait des accents de La Bonneville comme de Darnétal consiste à neutraliser (c’est-à-dire à prononcer de façon identique) café et secret. Cette neutralisation s’entend bien dans l’accent de la locutrice dans cet enregistrement, née près de La Bonneville en 1918. Elle a un parler normand marqué, avec plusieurs traits de la région (un a très postériorisé dans pas, le verbe descendre avec avoir au plus-que-parfait, que pour qui…). Pour ce qui est des prononciations des e, écoutez mAIson, FrançAIS, et aprÈS, entre autres, en comparaison avec sa prononciation de voulEZ. Une telle neutralisation s’entend aussi chez certain locuteurs darnétalais. Il ne s’agit pas de dire que tou‧te‧s les locuteurs‧rices prononcent toujours le mot secret avec la voyelle finale de café – dans les deux communautés, surtout à Darnétal, il y a des locuteurs‧rices qui séparent les deux voyelles – mais un‧e auditeur‧rice nouveau‧elle dans ces communautés aurait l’impression que la neutralisation y était au moins fréquente. Les exceptions se trouvent parmi la partie non-jeune (c-à-d d’âge moyen et avancé) de la population darnétalaise, dans lequel bon nombre de locuteurs‧rices ont toujours une séparation.

Comprendre l’effet de neutralisation

Se pose maintenant la question de savoir d’où est venu ce trait du FRN. On pensera immédiatement à la langue normande, appelée par beaucoup (y compris ses locuteurs‧rices) le patois. C’est possible, surtout chez les personnes âgées et surtout en Basse-Normandie (représentée par La Bonneville), puisque ces personnes ont pu parler normand au moins dans leur enfance. Mais le normand même a plusieurs variantes régionales, qui ne prononcent pas toutes secret comme café. Nous ne pouvons donc exclure le normand comme source de ce trait, mais nous proposons aussi qu’il a pu venir de Paris.

Nous postulons donc que Paris pourrait être la source d’un trait non standard d’une région avoisinante. Pour un sociolinguiste, cette affirmation n’aura rien de surprenant : on sait depuis quelque temps que la population de toute grande ville renfermera des différences de parler, même si cette grande ville est un centre culturel prestigieux.

Mais, si l’impression auditive du traitement normand de café et secret est que ces voyelles sont neutralisées, et si ce trait au moins de l’accent normand vient de Paris, pourquoi tout le monde ne parle-t-ils pas ainsi ? Pourquoi les Darnétalais non-jeunes ne prononcent-ils pas café et secret de la même façon ? La réponse se trouve dans les notions de « prestige » et de « normes » et la réaction d’une communauté linguistique à ceux-ci.

En linguistique, le « langage prestigieux » ne veut pas forcément dire « la façon de parler des membres les plus distingués d’une société ». En termes scientifiques, nous définissons plutôt ce langage (pour un‧e locuteur‧rice donné‧e) comme « tout langage que le‧la locuteur‧rice en question prend en exemple ». La prise en exemple peut être consciente ou inconsciente ; pour le phénomène dont il est question ici, nous avons tendance à croire qu’elle est inconsciente, comme pour la majorité de changements linguistiques qui concernent la prononciation. Si la prononciation majoritaire darnétalaise de café et secret a changé pendant les dernières décennies, alors, et si Paris a toujours été une grande influence sur cette prononciation, c’est que la prononciation des locuteurs‧rices parisien‧ne‧s prestigieux‧ses a changé.

C’est ainsi que nous en venons à une situation où les Darnétalais plutôt âgés ont tendance à séparer café et secret, tandis que leurs homologues plus jeunes tendent à les prononcer tous deux comme café. La langue est acquise (grosso modo) pendant la jeunesse pré-adolescente. Pendant cette acquisition, donc, les deux groupes réagissent à la prononciation parisienne qu’ils trouvent prestigieuse, mais cette prononciation (ainsi que le groupe social parisien auquel ils réagissent) a changé entre la jeunesse des plus vieux et la jeunesse d’aujourd’hui.

La prononciation darnétalaise (donc en Haute-Normandie, avant la réunification) de secret comme café parmi les jeunes vient donc rejoindre la prononciation majoritaire, tous âges confondus, à La Bonneville (Basse-Normandie), et c’est ainsi que nous pouvons dire qu’il y a bel et bien un accent normand. Celui-ci a d’autres traits, non examinés ici, bien entendu : par exemple une différence pour certains (comme notre locutrice bonnevillaise) entre a comme pattes et â comme pâtes, et une tendance pour certains à prononcer ti comme tch (« Quetché » pour le nom de famille Quettier, fréquent en Normandie). Certes, la France n’a pas la quantité d’accents régionaux qui existe en Grande Bretagne, par exemple. Mais elle en arbore plus qu’on ne pense, et ils sont à fêter. Boujou !

Want to write?

Write an article and join a growing community of more than 115,300 academics and researchers from 3,747 institutions.

Register now